Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Mar 1 Nov 2016 - 6:11

Rappel du premier message :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voila bien expliqué pour ne pas confondre :
 
Quiz : les champignons

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas


Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Mar 22 Nov 2016 - 6:52



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Cécile ainsi que les Célia et Shéila.
Bonne fête à notre Cécile (pseudo)
Demain, nous fêterons les Clément ainsi que les Clémentine et Rachilde.

Le 22 novembre est le 326e jour de l’année du calendrier grégorien, 327e en cas d’année bissextile. Il reste 39 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 2e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du turnep.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 41
le soleil se couche à 17h 07
durée d'ensoleillement 9h 27 (-2mn):
(aujourd'hui il est un peu en morceaux le soleil)



Citation du jour :
« Il y a du bonheur dans toute espèce de talent. »
Honoré de Balzac



Dicton du jour :
« Pour la Sainte Cécile, chaque fève en fait mille. »
« Planté à la Sainte-Cécile, chaque pois va en donner mille. »



Proverbe du jour :
« Quand le chariot est brisé, beaucoup de gens vous diront par où il ne fallait pas passer. »



Événement du jour :

1675 : Römer mesure la vitesse de la lumière.
Le 22 novembre 1675, à l'observatoire de Paris, Olaüs Römer (ou Roemer) réussit à évaluer la vitesse de la lumière. Son résultat, 200.000 kilomètres par seconde, est remarquablement proche de la mesure actuelle (300.000 km/seconde). L'astronome danois s'est servi de l'observation des « planètes médicéennes » (les satellites de Jupiter), découvertes par Galilée le 7 janvier 1610.
1963 : John Fitzgerald Kennedy est victime d'un attentat à Dallas, peu avant la fin de la 3e année de sa présidence.
Âgé de 46 ans, le président effectue une visite dans la ville texane au cours d'un voyage à travers les États-Unis. Alors qu'il traverse le centre-ville à bord d'une voiture décapotable, accompagné de sa femme et du gouverneur du Texas John Connally, trois coups de feu éclatent du 5e étage d'un entrepôt proche du parcours officiel.
Grièvement blessés, Kennedy et Connally sont transportés au Parkland Memorial Hospital ; le président mourra 30 minutes après l'attentat sans avoir repris connaissance. Un peu plus de trois quarts d'heure après le décès de Kennedy, le vice-président Lyndon B. Johnson prête serment, dans l'avion qui le ramène à Washington, et devient le 36e président des États-Unis. Entre-temps, la police a arrêté un ancien Marine, Lee Harvey Oswald, soupçonné d'être l'auteur de l'assassinat.



L'historiette :
Double vue de Véro Lo

Le cabinet de consultation que j’ai aménagé au premier étage de la maison est toujours plein à craquer. Les clients défilent du matin au soir. Des hommes, des femmes, des jeunes et des moins jeunes, des dentistes, des secrétaires, des avocats, des agents de service... Un véritable microcosme de la société.
C’est ma mère qui m’a transmis son don de voyance. Elle-même l’avait hérité de ma grand-mère, une vraie peau de vache qui prenait un malin plaisir à annoncer les malheurs les plus terribles, voire à les amplifier. Avec elle, un ongle incarné se transformait vite en gangrène irréversible et la dispute conjugale finissait à coup sûr par un divorce avec pertes et fracas. L’arrière-cuisine sombre et malodorante qui accueillait ses activités ajoutait par son décor à l’effroi qui se lisait sur le visage des pauvres gens au sortir de leur consultation. Confinée à la maison à moucher ses cinq marmots, elle avait trouvé le moyen de faire de son don la seule distraction de sa misérable vie.


Lire la suite de l'historiette... :
Madame Michel, enceinte pour la troisième fois, se présenta un soir d’hiver devant la maison de campagne où vivaient mes grands-parents. Elle voulait savoir si une fille ou un garçon allait rejoindre la petite famille. Elle tapa timidement au carreau de la porte, et une silhouette un peu voûtée la fit entrer. Les voisins racontèrent le lendemain qu’elle était ressortie une demi-heure plus tard, chancelante et comme terrorisée. Personne ne sut jamais ce que ma grand-mère avait pris tant de joie à lui annoncer. Six mois plus tard, madame Michel accouchait d’un enfant mort-né.

Ma mère ne fut pas plus mesurée. Elle fut longtemps dans le déni le plus complet, attribuant ses « putains de visions » comme elle les appelait, à une fatigue passagère ou un manque de sommeil. C’est bien simple, elle n’y accordait aucun crédit. Selon elle, elle rêvait éveillée et ses fulgurances n’étaient que le fruit d’une imagination qu’elle estimait débordante malgré elle. Bref, ce n’était pour elle ni un don, ni une malédiction, juste un léger dysfonctionnement de son cerveau qui se mettait parfois à disjoncter, mais qu’elle soignait consciencieusement à grands coups de whisky-coca.

Plus jeune, elle n’avait pas prévu que sur la pente glissante et alcoolisée qu’elle empruntait régulièrement, un obstacle se présenterait bientôt à elle. Je vis le jour par surprise un premier avril. Le déni de grossesse faisait comme un écho au déni de son don. Le whisky avait eu raison de ma constitution fragile. Je naquis légèrement bancale.

Je n’en ai jamais tenu rigueur à ma mère. Les moqueries de mes camarades de classe ont rapidement cédé la place à leur admiration sans borne. Une fois par semaine, au fond de la cour de récréation, je monnayais discrètement mes prédictions. Le petit pécule accumulé remplaçait l’argent de poche que je n’ai jamais reçu.

Je n’ai jamais eu peur de mes facultés de voyance ni de mes visions. Je les accueille toujours avec bienveillance. Elles sont un formidable outil de communication et d’empathie.

Mais l’annonce de mauvaises nouvelles reste toujours une grande difficulté que je tente de contourner. Mardi dernier, un jeune homme qui voulait en savoir plus sur son avenir a poussé la porte de mon cabinet. Un gars solide, d’une beauté sombre et fascinante. Je lui ai conseillé de se tenir à distance des armes à feu. Pourtant, je sais très bien qu’il ne survivra pas à la décharge du fusil qu’il pointera sur son cœur un soir prochain.

Et puis j’ai rencontré David. Le jour où il est venu me consulter, il était inquiet quant à son avenir professionnel. Il était charmant, charmeur, drôle, sûr de lui, un brin macho. Très attentif à mes conseils, il était revenu plusieurs fois, cherchant toujours à en savoir davantage. Il me posait beaucoup de questions sur ce qui l’attendait dans le futur, mais petit à petit, aussi sur moi. J’ai vite compris que ses visites répétées étaient devenues un prétexte pour venir me voir et tenter d’entrer dans ma vie. Je le repoussais gentiment mais fermement. Au fond, je prenais tout ça pour un jeu.

Je n’avais pas prédit qu’il me laisserait un jour à moitié morte sur le tapis fleuri de mon cabinet, le corsage déchiré et la jupe à demi relevée...



Bonne journée à toutes et tous
C'est encore une journée maussade qui se prépare
la pluie est déjà là, le vent pas bien loin il va se pointer
avec une force inouïe, l'automne bat son plein
et le tempête se profile à l'horizon, nous sommes en alerte
J'espère que chez vous le temps est plus clément.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Mer 23 Nov 2016 - 6:50



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Clément ainsi que les Clémentine et Rachilde.
Demain, nous fêterons les Flora.

Le 23 novembre est le 327e jour de l'année du calendrier grégorien, le 328e en cas d'année bissextile. Il reste 38 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 3e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la chicorée.



à Marseille :
le soleil se lève à 17h 41
le soleil se couche à 17h 07
durée d'ensoleillement : 9h25 (-2mn)



Citation du jour :
« Il faut de l'artifice pour se faire aimer ; il faut chercher avec quelque adresse les moyens d'enflammer, et l'amour tout seul ne donne point de l'amour. »
Gabriel de Lavergne, sieur de Guilleragues



Dicton du jour :
« Quand l'hiver vient doucement, il est là à la Saint-Clément. »
« Saint-Clément a rarement un visage avenant. »



Proverbe du jour :
« On croit ce que l'on veut croire. »



Événement du jour :
1654 : expérience mystique de Blaise Pascal.
Blaise Pascal, qui vient d’échapper à une mort accidentelle, dans la nuit du 23 novembre 1654, il éprouve une violente expérience mystique. Il a 31 ans. En une nuit il rédige la nuit son Mémorial, texte témoin de sa conversion, qu’il gardera toute sa vie sur lui, cousu dans la doublure de son habit. Le savant va dès lors se rapprocher des jansénistes de Port-Royal et se consacrer à la réflexion théologique. Participant à la querelle des jansénistes et des jésuites, il publie deux ans plus tard un célèbre pamphlet, les Provinciales.
1790 : l’impôt foncier est créé.
1869 : invention de la photo couleur.
Après dix années de recherches, le physicien Louis Ducos du Hauron met au point le procédé de trichromie et invente ainsi la photographie couleur. Originaire de la région d’Agen, il s’était tourné vers l’étude des couleurs et de la lumière par passion pour la peinture. Son exposition de photos à l’Exposition Universelle de Paris en 1878 lui valu un franc succès.
1976 : L'écrivain et homme politique André Malraux succombe à une embolie pulmonaire à l'âge de 75 ans. Son roman La condition humaine, évoquant la condition des communistes chinois à Shanghai, lui a valu le prix Goncourt en 1933. Son séjour en Chine lui a inspiré deux autres romans, La voie royale et Les conquérants. Sur la scène politique, André Malraux a été ministre de l'Information et ministre de la Culture sous le régime de de Gaulle.



L'historiette :
La vieille dame en bleu de Flora Cistoldi

Je regardai l’eau. Si agitée, avec ses vagues puissantes qui allaient et venaient, comme insatiables. Elle semblait vouloir s’échapper de son nid pour venir vivre au creux des rochers qui la retenaient malgré son poids.
Le temps était lourd, et j’entendais l’orage qui grondait au loin.

Lire la suite de l'historiette... :
1...2...3...4....5...6...7...8...9...10...11...12...13...14

Quatorze secondes. Il devait être à Monterosso.

J’avais découvert les Cinque Terre à vingt-six ans. Un voyage sur un coup de tête qui m’avait amenée à regarder la mer un soir de juillet en me demandant comment j’en étais arrivée là. Il avait fallu que je parte, que je m’échappe de cette personne que je ne reconnaissais plus. Que je m’échappe de moi-même.
J’avais pris un billet d’avion, un ordinateur sous le bras, et j’avais décidé de partir pour quelques temps ; écrire, faire le point.

C’était il y a six ans. Et je n’étais jamais revenue.

Certains diront qu’il s’agissait d’une fuite.
Le bleu de l’eau et les couleurs des façades des maisons ont été ma thérapie. Des aplats de couleur salvateurs pour réapprendre à vivre seule, et reprendre ma vie en main, après des années à me perdre dans ma tête.

1...2..3...4...5...6...7...8...9

Neuf secondes. L’orage se rapprochait, me faisant frissonner à chaque fois que le vent venait s’engouffrer sur le port de Vernazza.
La première fois que j’avais posé les yeux sur les maisons colorées de l’un des villages des Cinque Terre, la beauté de l’endroit m’avait fait oublier les raisons de ma présence. Et puis je l’avais aperçue. Une vieille dame qui portait un chandail bleu, malgré la chaleur ambiante. Elle était assise sur un banc, face à la mer, et semblait fixer l’horizon, sans ciller. Je n’oublierai jamais l’expression sur son visage. Elle me rappelait... moi. Un visage perdu, par lequel la tristesse était passée et avait laissé des traces que rien n’efface. Elle semblait perdue, entre deux endroits, incapable d’avancer ou de rattraper le passé.
J’avais loué un appartement au dernier étage d’un immeuble branlant dont le parquet grinçait à chaque pas. Mais pour la première fois, je me sentais là où je devais être. Je savais que ce serait ici que je réglerai ce que je devais régler.
Pendant des plusieurs semaines, je m’étais rendue sur le port, sur le banc voisin de celui sur lequel était assise la vieille dame. Je la regardais du coin de l’œil, fixant l’horizon. De temps en temps, elle fermait les yeux, comme si elle espérait que, lorsqu’elle les rouvrirait, elle aurait trouvé ce pourquoi elle était là.

1...2...3...4...5...6

Six secondes. Ça n’allait plus tarder désormais.
Un jour, alors que j’écrivais sur mon banc habituel, la vieille dame m’avait parlé, sans même détourner le regard :
— Vous savez, le chagrin est comme la mer, il finit toujours par se calmer.

Je l’avais regardée, bouche bée. Incapable de prononcer quelque mot que ce soit. Elle avait finalement tourné la tête pour me regarder droit dans les yeux, et avait souri. Un sourire timide, mais chaleureux, empli d’empathie et de compréhension.
Elle s’appelait Agnese et venait sur ce banc depuis trois ans, tous les jours, qu’il pleuve, qu’il vente, touristes ou non.

Elle ne m’a jamais raconté son histoire.

Chaque jour, on parlait de la vie, de nos voyages, de nos expériences. Parfois, on ne parlait pas du tout, mais cela n’avait pas d’importance. Les silences étaient tout aussi bénéfiques et appréciés que nos longues conversations.
Agnese était le soutien dont j’avais eu besoin tout ce temps, sans jamais le savoir. Cette main tendue qui m’aiderait à tourner la page, à faire le deuil d’un amour passé qui m’avait changée profondément.
On partageait parfois des viennoiseries que l’une de nous ramenait de la boulangerie du village, encore chaudes et parfumées de la fournée de laquelle elles sortaient à peine.

1...2...3...4

Quatre secondes. Les volets mal accrochés claquaient sur les façades des maisons, les lumières extérieures vacillaient. Les barques se faisaient malmener au rythme des vagues qui semblaient se préparer à accueillir l’orage qui ne tarderait désormais plus, plongeant tout le village dans une atmosphère inquiétante, mais paisible.
Quand j’avais posé le pied à Vernezza, jamais je ne pensais faire une rencontre qui changerait à nouveau ma vie et qui me permettrait de panser une plaie que je pensais trop profonde pour cicatriser.

1...
Un éclair immense traversa le ciel, éclairant le village comme en plein jour. Je regardai le spectacle avec un regard d’enfant. Mes yeux étaient humides, entre larmes et gouttes de pluie. Je posai les yeux sur la pierre tombale sur laquelle était gravé le nom d’Agnese ainsi que ses années de naissance et de disparition.
Et ces mots, qui résonnent encore dans mon esprit à chaque fois que mon regard se pose sur l’eau : « Le chagrin est comme la mer, il finit toujours par se calmer. »

Je murmurai un « Merci Agnese », la gorge serrée, avant de regarder une derrière fois la mer, et de quitter Vernazza pour me rendre à l’aéroport.

Il était temps de rentrer.



Bonne journée à toutes et tous
Novembre court, il court aussi vite que les autres mois
il file a un train d'enfer vers décembre et vers 2017
Mon Dieu, les amis on parle de Noël des fêtes de fin d'année
mais la nouvelle année est à nos portes... bientôt elle entre chez nous.
Bon mercredi



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Mer 23 Nov 2016 - 7:49


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bon de connaitre ça avant d'aller aux champignons

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Opaline le Mer 23 Nov 2016 - 8:23

Bonjour tout le monde
Un temps clair ce matin mais cela ne durera pas. La météo nous promet des orages à partir de cette nuit

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Jeu 24 Nov 2016 - 6:30


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le petit boulanger du coin !!!Pain et pâtisserie à volonté!!!
Voici l’automatisation poussé à l'extrême et pourtant on achète, cela vaut la peine de visionner !...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Jeu 24 Nov 2016 - 7:45




Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Flora.
Demain, nous fêterons les Catherine Labouré ainsi que les Cathel, Katel, Katia, Katy et Ketty.

Le 24 novembre est le 328e jour de l'année du calendrier grégorien, le 329e en cas d'année bissextile. Il reste 37 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 4e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la nèfle.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 43
le soleil se couche à 17h 07
durée d'ensoleillement : 9h 23 (-2mn)



Célébrations de demain :
• Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Il ne s'agit pas de faire des journées mais d'AGIR.



Citation du jour :
« Les mythes et les contes de la littérature universelle renferment des thèmes bien définis qui reparaissent partout et toujours. »
Carl-Gustav Jung



Dicton du jour :
« À Sainte-Flora plus rien ne fleurira. »



Proverbe du jour :
« Long à manger, long à tout faire. »



Événement du jour :
1793 : la publication du calendrier révolutionnaire
1798 : le Directoire crée un impôt sur les portes et sur les fenêtres.
1993 : Deux garçonnets de 11 ans, Robert Tomson et Jon Venables, sont reconnus coupables du meurtre du petit James Bulger et condamnés à la détention "pour une durée illimitée". Ce sont les plus jeunes Britanniques à avoir été reconnus coupables de meurtre depuis 1748, année où un garçonnet de 10 ans avait étranglé une fillette de 5 ans. Il a fallu à peine 6 heures de délibérations au jury pour déclarer les 2 enfants coupables d'un meurtre qui avait bouleversé toute la Grande-Bretagne : l'assassinat 9 mois plus tôt du bambin de 2 ans, James, torturé et battu à mort près d'une voie ferrée, après avoir été kidnappé dans un centre commercial de Liverpool.
1995 : l'Irlande légalise le divorce.
La loi irlandaise sur le divorce est approuvée par loi de référendum. Le vote extrêmement serré est remporté avec 50,3% de "oui" contre 49,7 % de "non". L'Irlande était le seul pays à maintenir cette interdiction en vigueur. Malgré les exhortations du Pape Jean-paul II, les Irlandais cèdent à " l'esprit du monde " et pourront désormais librement divorcer.



L'historiette :
Le bruit de Labat

Lorsque c'est arrivé, j'étais en train de me masturber.
Un porno avec deux femmes chinoises, entrelacées.
Au début, j'ai cru que quelque chose clochait dans l'ordinateur. J'ai aussitôt pensé à ma femme. Et si elle me prenait sur le fait ?
Fébrilement, j'ai éteint l'écran et renfilé mon pantalon. Et là, j'ai réalisé que le bruit ne s'était pas arrêté.
Il résonnait dans mes oreilles et devenait désagréable. On aurait dit la sonnerie d'un de ces vieux réveils. Un de ceux que tu rêves de briser contre le mur, chaque matin.
J'ai cherché l'origine de ce son strident dans toute la chambre, sans succès.

Lire la suite de l'historiette... :
Je suis sorti et je me suis rendu compte que ça me suivait.
Un bruit qui te suit, c'est impossible, non ?
J'ai rejoint ma femme au rez-de-chaussée, et je l'ai surprise en train de farfouiller partout. Elle vidait les placards frénétiquement et lançait tout par terre. C'était un foutoir total...
Je lui a prêté main forte, en vain. Nous n'avons rien trouvé qui aurait pu être à l'origine de ce bruit insupportable.
Au bout d'un moment, j'ai allumé la télé, je ne sais pas trop pourquoi, sans doute dans l'espoir de contrer le bruit. C'est là qu'on a découvert qu'il ne s'agissait pas que de nous.
Le présentateur parlait sur un ton saccadé, comme dérangé. Lui aussi, il entendait le bruit.
Il expliquait que le phénomène s'étendait au monde entier.
Chaque être humain l'entendait.
Notre fille s'est mise à pleurer dans son berceau. Ma femme l'a prise, a voulu la bercer, rien à faire.
Moi, j'étais scotché à la télé.
Dans la soirée, un gars qui ressemblait à un scientifique a dit que le bruit ne venait pas d'une source extérieur, mais bien de nos cerveaux.
Là, j'ai compris qu'on était dans la merde.
Je suis sorti dans la rue. Il n'y avait pas grand monde.
Les rares gens qui parlaient entre eux criaient pour se faire comprendre. Évidemment, le seul sujet de conversation était le bruit.

Les migraines ont commencé le lendemain. Tout le monde en souffrait. Normal, en même temps, quand on a une discothèque qui beugle plein pot dans le cerveau !

La nuit avait été très dure. Impossible de dormir. Et notre gamine... la pauvre pleurait sans discontinuer. Elle avait les yeux injectés de sang, et une expression de folie sur le visage. C'est pas normal, ce genre d'expression sur une enfant d'à peine un an.
Elle est morte le lendemain.
Pas longtemps après, ma femme s'est suicidée, sans prononcer un mot. Elle m'a regardé dans les yeux, a pris un couteau, s'est tranchée la gorge. Et elle s'est effondrée.
J'ai cru que j'allais pleurer, mais le bruit m'empêchait de ressentir quoi que ce soit. Il n'y avait plus que ça : le bruit.

Alors j'ai mangé des chips.
Je ne savais pas quoi faire d'autre. J'avais compris que c'était la fin du monde. Du coup, je n'étais pas vraiment triste pour ma femme et ma fille. Quand tout le monde est dans le même pétrin, quand partout on perd pied, la mort perd de son importance.
J'ai rassemblé tous les chips et toute la bière que j'avais chez moi, je me suis posé dans le canapé, et j'ai plus lâché la télé.
Les trois quart des chaînes ne fonctionnaient plus, et toute celles encore en marche parlaient du bruit.
Sauf Arte. Sur Arte, il y avait des documentaires animaliers.
J'ai regardé, de mon canapé, avec une migraine pas possible et la télé à fond, l'humanité qui livrait sa dernière bataille.
Sur une chaîne, on donnait des conseils pour trouver de la drogue. Apparemment, c'était le seul truc qui atténuait le bruit. Mais pas juste de l'herbe. Au moins de la coke, ou de la meth. C''était devenu les produits les plus chers au monde du jour au lendemain, plus chers que les diamants, plus chers que n'importe quoi.
Je m'en foutais, je savais que j'allais bientôt mourir.
Sur une autre chaîne, il y avait un rassemblement d'hommes politiques qui expliquaient que les pays du monde entier avaient répondu à l'appel et cherchaient activement une solution.
Les plus grands cerveaux de l'humanité avaient été rassemblés.
Ça m'a fait peur. S'ils trouvaient une solution, que tout revenait à la normale, alors je serais seul, et la mort de ma famille prendrait une dimension bien plus dramatique.
Mais plus les jours passaient et plus l'humanité s'enfonçait sans que l'annonce d'une solution ne se profile.
Les chaînes télé fermaient les unes après les autres, et les rares journalistes qui tenaient bon avaient les traits creusés, le teint gris, la mine épuisée.
Les hommes politiques ne venaient plus sur les plateaux de télé. Les bimbos qui essayaient jadis de s'illustrer devant le public par des comportements excentriques ou des remarques d'une stupidité calculée, avaient déserté, elles aussi. En fait, il n'y avait plus personne, excepté quelques entêtés qui essayaient encore de nous tenir au courant.
J'ai commencé à perdre un peu les pédales.
Je n'avais presque plus de chips, je ne dormais plus depuis une semaine. Le bruit me taraudait de plus en plus.
Mais j'ai quand même tenu bon. J'ai attendu d'assister au déclin définitif de l'humanité. Et ça m'a fait rire. Une guerre nucléaire ? La nature qui se révolte ? Un virus ? Non. On allait disparaître à cause d'un bruit.
Un foutu bruit de réveil.

Je me suis accroché jusqu'à ce que la dernière chaîne télé abandonne.
Enfin, sauf Arte qui continuait à diffuser ses documentaires animaliers.
Là, j'ai compris que mon tour arrivait.
Je suis descendu dans les rues de Paris. J'ai vu les voitures en travers, les magasins éventrés, les poubelles débordantes, les cadavres abandonnés à leur sort...
Je suis allé à l'Arc de Triomphe.
Je ne sais pas vraiment pourquoi. Je me suis dit que ce serait une mort assez cool.
Je suis monté tout en haut et j'ai été un peu déçu en voyant qu'un autre mec s'apprêtait à faire pareil que moi.
On s'est regardé, et il m'a souri. Il a dit : « Une mort cool, hein ? »
J'ai rigolé, j'ai dit oui, et j'ai sauté.
Putain de bruit.



Bonne journée à toutes et tous
Déjà jeudi les ami(e)s du forum
il me semble que la semaine fut courte et vous ?
Pourtant je n'ai pas fait grand chose de formidable
la routine, le train train quotidien qui meuble nos jours
L'automne est vient installé, la pluie est là
qui oscille entre soleil et vent. Novembre s'en va
tout doucement, tranquillement et les festivités
approchent à grands pas.



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Ven 25 Nov 2016 - 6:25


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Expéditions polaires

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Ven 25 Nov 2016 - 7:34


Monsieur Dupont en bonne compagnie

Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Catherine Labouré ainsi que les Cathel, Katel, Katia, Katy et Ketty.
Demain, nous fêterons les Delphine de Sabran ainsi que les Conrad et Kurt.

à Marseille :
le soleil se lève à 7h 44
le soleil se couche à 17h 06
durée d'ensoleillement : 9h 22 (-2mn)



Célébrations :
• Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes



Citation du jour :
« Le Saint-Esprit n'inspire pas les gens intelligents. »
Anatole France



Dicton du jour :
« À la Sainte-Catherine tout bois prend racine. »



Proverbe du jour :
« Les fous font les modes, les sages les suivent. »



Événement du jour :
1616 :
Armand Jean du Plessis devient secrétaire d'Etat pour la guerre et aux affaires étrangères.
1790 : soulèvement des esclaves à Saint-Domingue qui massacrent plusieurs propriétaires terriens.
1981 : le cardinal Ratzinger [Benoît XVI] est nommé préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.
1997 : Barbara n'est plus. La voix de l'inoubliable interprète de L'aigle noir, âgée de 67 ans, s'est tue à tout jamais. D'abord interprète des chansons de Brassens, Ferré et Brel, elle commence ensuite à faire connaître ses propres compositions. Son public s'élargit alors qu'elle fait la première partie du spectacle de Brassens à Bobino. À la fin des années 60 elle commence à se produire à l'Olympia. Elle a aussi joué dans trois films des années 70 : Aussi loin que l'amour, Franz et L'oiseau rare.
Un hommage à Barbara.





L'historiette :
Le stage de Annec

Saint Martin, le 3 Mai 2013

Cher monsieur,
Je ne sais comment exprimer toute ma reconnaissance pour la confiance dont vous avez gratifié ma fille lorsque vous l’avez acceptée comme stagiaire au sein de votre société... Parents désespérés de nos démarches vaines pour dégoter un stage, mon épouse et moi avions épuisé toutes les possibilités de lui trouver une place et votre générosité n’a d’égal que sa maladresse dont vous avez un peu souffert.

Lire la suite de l'historiette... :
Votre comportement magnanime pour ses erreurs au cours de ce stage est grandiose car je vous admire d’avoir conservé votre sang-froid lorsque par inadvertance elle s’est pris les pieds dans les fils et a arraché les branchements de votre système informatique. Elle a voulu bien réparer sa maladresse en les remettant en place sans malveillance aucune ; il devait y avoir un défaut à l’origine de l’installation électrique puisqu’elle a fait disjoncter tout le réseau de votre société. Elle a bien reconnu n’avoir rien à faire dans cet espace confiné, mais accro à son portable, elle cherchait une prise discrète pour le recharger. Après les deux jours de fermeture forcée pour une intervention de techniciens afin de tout remettre en ordre, je vous suis très obligé de l’avoir fait revenir.
Je suis encore flatté pour ma fille dans le fait que vous lui ayez confié la tâche délicate de faire du café et le servir elle-même pour accueillir vos clients ; la prise de contact directe avec des partenaires commerciaux est une preuve de grandeur d’âme de la part d’un directeur. Je vous le rappelle, et j’insiste, vous êtes béni de cette bienveillance extrême. Je tiens à d’autant plus vous dédommager du costume maculé de café de votre « client », je ne peux malheureusement rien faire pour sa mauvaise humeur le poussant à renoncer à la signature de votre contrat. Je vous sais gré de ne pas lui avoir avoué que la nervosité de ma fille, comme elle vous l’a dit, était due au fait qu’elle l’avait confondu au prime abord avec notre voisin, voisin courroucé contre notre famille, pour une vague histoire de branches coupées par mégarde.
Pour vous prouver toute ma gratitude pour le stage de ma fille, je me permets de vous proposer les services de mon fils, doté d’une formation de peintre : il pourrait mettre un coup de pinceau, bien sûr gracieusement, sur le portail de l’entreprise éraflé par ma fille avec sa voiture, le dernier jour de son stage.
Sachez que je n’oublierai jamais la bonne volonté avec laquelle vous avez formé notre petite Aimée, pendant une semaine. Elle a, depuis, décidé de quitter l’univers du secrétariat : elle s’est découverte une nouvelle vocation, la coiffure... Sans vouloir vous obliger, seriez-vous assez aimable de communiquer les coordonnées de votre sœur, qui tient, si mes souvenirs sont exacts, un salon dans une commune voisine.
Avec toute ma reconnaissance. Votre dévoué, Mr Lagaffe.

Réponse :

Saint Martin, le 12 Juin 2013

Cher Monsieur Lagaffe,
Votre message précédent me confirme votre courtoisie légendaire et je vous suis reconnaissant de me tenir informé de l’évolution de la stagiaire la plus mémorable de notre société.
Suite au stage de votre fille, les principes de mon directeur des ressources humaines, d’habitude si prompt à former des jeunes, a révisé sa position. Je pense que notre assureur l’a convaincu de cette décision car suite au sinistre de la réfection du câblage informatique qui lui a couté deux jours de chômage technique pour nos cinquante salariés, notre surprime a doublé. Pour le remboursement du costume du client potentiel, qui nous apportait un marché considérable après des mois de négociation, rassurez-vous sur ce point : le coût de ce costume de marque n’a pas été un problème énorme pour l’assureur.
J’apprécie votre proposition du savoir-faire en peinture de votre fils mais je vais devoir la décliner. J’accepterais l’offre faite de bon cœur, et je constate là encore votre gratitude sincère, mais ce travail ne sera pas nécessaire. Il a fallu procéder au remplacement total du portail : votre fille, affolée par « l’éraflure », n’a pas vu qu’elle avait détruit la cellule de sécurité de la grille nécessaire pour l’ouverture ou sa fermeture, ni que le coulissement du portail sorti du rail rendait alors impossible toute utilisation.
Je suis heureux que votre petite ait trouvé une nouvelle voie, où s’épanouir au mieux. Ce n’est pas ma sœur, mais ma cousine Josiane qui a un salon de coiffure dans notre ville. C’est avec plaisir que je vous communique ses coordonnées : le « Au tif’us » située Rue du Talion. N’hésitez pas à la solliciter pour Aimée car je viens d’apprendre justement qu’elle cherche en ce moment du personnel, j’aimerais tant l'aider en lui rendant ce service après tout ce que Josiane a fait pour nous suite au décès de ma grand-mère. Par contre je suis soucieux de ma discrétion, donc ce serait fort aimable de ne pas me mentionner lorsque vous lui demanderez de prendre votre fille en apprentissage : je ne voudrais pas qu’elle se sente redevable. Comme nous nous voyons très peu depuis la liquidation de la succession de ma grand-mère, n’ayez crainte, elle ne pensera pas que la jeunette pleine de ressources qu’elle formera est envoyée par mes soins. Ma cousine va adorer le pétillant naturel d’Aimée qui lui va si bien. Surtout, qu’elle ne change en rien !

Je souhaite une bonne continuation à votre fille dans sa nouvelle voie. Très cordialement.

Mr Duroc

Bonne journée à toutes et tous
Ici il pleuviote notre beau soleil est parti
en voyage vers d'autres cieux plus cléments
Je ne sais pas encore si je vais faire ma randonnée
je n'ai pas envie de me mouiller moi..............
Ensuite journée tranquille de prévue






avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Sam 26 Nov 2016 - 6:20



Bonjour !
Aujourd'hui, nous fêtons les Delphine de Sabran ainsi que les Conrad et Kurt.
Demain, nous fêterons les Séverin ainsi que les Astrid et Séverine.

Le 26 novembre est le 330e jour de l'année du calendrier grégorien, le 331e en cas d'année bissextile. Il reste 35 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 6e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la mâche.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 45
le soleil se couche à 17h 06
durée d'ensoleillement : 9h 20 (-2mn)



Citation du jour :
« L'humanité serait depuis longtemps heureuse si tout le génie que les hommes mettent à réparer leurs bêtises, ils l'employaient à ne pas les commettre. »
Georges Bernard Shaw



Dicton du jour :
« À la Sainte-Delphine mets ton manteau à pèlerine. »



Proverbe du jour :
« Le renard doit être récusé dans le jury qui juge la poule. »



Événement du jour
1687 :
le Parthénon endommagé par une explosion.
Transformé en église, puis en mosquée, sans jamais subir de grandes modifications, le site de l'Acropole est demeuré en très bon état pendant deux millénaires. Mais en ce jour, la guerre fait rage entre Vénitiens et Ottomans qui sont alors maîtres des lieux. Retranchés sur le site, ces derniers ont stocké de la poudre dans le Parthénon. Un boulet vénitien atteint le bâtiment qui explose. Ce qui restait du toit tombe définitivement comme le haut des colonnes et la partie sud. Un millénaire plus tôt la statue d'Athéna avait été emmenée, tandis que 150 ans plus tard les Anglais pilleront littéralement les sculptures.
1755 : la place royale, Place Stanislas est inaugurée à Nancy.
1903 : le ministère de la Justice enregistre la requête de Dreyfus (révision du procès de Rennes).
1965 : La fusée Diamant, premier lanceur français, met sur orbite le satellite Astérix faisant ainsi entrer la France dans le club très fermé des puissances spatiales.



L'historiette :
L’homme de sable de Emmanuel

Monsieur K croyait qu’il s’était réveillé ce matin là.
Et en effet, il avait les yeux grands ouverts et se tenait allongé sur le dos dans son lit. Par la fenêtre aux rideaux fermés, il devinait les agréables lueurs du petit jour. Cette journée serait sans doute aussi ensoleillée que celle de la veille.
Il tourna sa tête pour vérifier l’heure sur son réveil ; il affichait un banal six heures vingt huit. La nuit avait été courte, il s’était couché tard après avoir regardé les quatre épisodes de sa série américaine préférée.

Lire la suite de l'historiette... :
Monsieur K était un vieux garçon à la quarantaine grisonnante. Son beau regard bleu n’avait pas suffi à le rendre séduisant aux yeux des femmes ; sa timidité et sa silhouette empâtée les avaient écartées de lui.
Il travaillait pour une petite entreprise de parfumerie ; il était comptable, un métier qui s’accordait gentiment avec sa discrétion et son goût pour la routine.
L’envie de dormir l’avait complètement quitté. Ses yeux fixaient la blancheur du plafond. Il se concentrait sur la course de ses pensées intérieures. Il avait souvent des obsessions, la crainte d’être passé à côté de la vraie vie. Il ruminait contre sa solitude. Les autres (des collègues qu’il observait de loin) avaient l’air de prendre plaisir à leur vie de couple. Ils parlaient très souvent entre eux de leurs épouses et de leurs enfants, des joies et des soucis qu’ils leurs donnaient. Exclus de leurs conversations, il les jalousait et se réjouissait en secret à l’annonce d’un divorce ou d’un enfant malade. Il souffrait de n’avoir rien à raconter. La solitude l’étouffait. La télévision était devenue le meilleur médicament contre sa morosité et son ennui.
Il tenta de chasser ses horribles ruminations mentales. Et pour ce faire, Monsieur K se concentra sur son corps, en particulier sur les sensations provenant de ses doigts ; il ressentit un léger picotement. Mais cela ne l’inquiéta pas. Il jeta un rapide coup d’œil sur le réveil qui indiquait désormais six heures quarante cinq. Il prit la décision qu’il ne se lèverait qu’à sept heures. Il aimait bien paresser au lit en profitant du silence et de la tiède chaleur des draps.
Il s’obligea à demeurer lucide, les yeux grands ouverts toujours tournés vers le plafond. Cela n’avait pas d’intérêt, c’est vrai, mais c’était sa façon de ne penser à rien de triste. Ce n’était pas le chagrin qui lui apporterait femme et enfant !
Il fut parcouru par un frisson ; il se sentait fébrile et même un peu nauséeux. Il n’était pourtant pas souvent malade. En dix sept ans de travail, il n’avait jamais manqué pour maladie. Sa santé était de fer.
Les picotements persistaient et avaient même gagné du terrain en s’étendant sur toute la longueur des bras. C’était comme un flux électrique qui montait puis redescendait le long des nerfs. Pour faire cesser la douleur, il décida de bouger, il replia la jambe droite et tenta de se tourner sur le côté, mais une douleur sourde lui poignarda le dos et l’immobilisa.
Monsieur K pensa qu’il serait peut-être obligé d’aller chez le médecin. Il n’avait jamais rien ressenti de semblable, mais il se dit que cela ne devait pas être bien méchant. Au printemps, les refroidissements succèdent aux premières fortes chaleurs ; on attrape facilement des microbes...
Le flux électrique s’intensifia. Son gros orteil le faisait souffrir. Mais étrangement, il ne ressentait plus ni ses jambes ni ses cuisses.
Monsieur K commençait à être inquiet. D’abord, il y avait eu ce réveil précoce, cette nuit trop courte et, à présent, ces sensations étranges, ces douleurs intenses. Il devenait manifeste qu’il était malade et qu’il n’irait pas travailler... enfin, si les troubles persistaient. Il était mécontent que le mal lui tomba dessus d’un seul coup. Il n’aimait pas être obligé à rester chez lui, sans aucune visite. À son travail, au moins, il pouvait voir du monde, des collègues lui adressait un salut, il se sentait moins seul.
Soudain il eut une forte quinte de toux et, à sa grande surprise, des petits grains de sable lui sortirent par la bouche. Il n’avait jamais vu cela et commença à s’inquiéter de sa santé. Il eut l’intuition que ces troubles devaient être graves... peut-être mortels... son cœur s’accéléra et sa gorge se noua d’angoisse.
Il redressa la tête, arracha le drap blanc qui recouvrait son corps et là, il s’épouvanta en voyant le mal qui le rongeait. À la place de son ventre, de son sexe et de ses jambes, il y avait des petits morceaux de quelque chose... d’une main tremblante, il saisit les petits morceaux qu’il ramena sous ses yeux, c’était du sable. Du sable ! Il poussa un hurlement de terreur !
Cela ne lui parut pas possible. Comment s’appelait ce mal ? Il n’en avait jamais entendu parler. Il plongea littéralement sa main dans son ventre. Ses organes avaient fondu, ou plutôt s’étaient transformés en infimes particules. Il regarda de plus près le contenu de sa main ; cela ressemblait à du sable, comme celui que l’on trouve sur les plages.
Avec horreur, il vit que le mal évoluait très, très vite, il avait dépassé son nombril et gagnait la poitrine. Monsieur K prit d’une panique incontrôlable se mit à hurler : « Pas le cœur ! Non ! Pas le cœur ! »
Mais sa voix s’étouffa. Il se mit à vomir du sable par la bouche et par le nez ; sa respiration devint sifflante et lente, de plus en plus lente ; il agonisait doucement, emporté par une maladie sans nom. Le sable gagna jusqu’au cerveau. Avant de s’éteindre, Monsieur K eut cette dernière pensée : je suis de sable...

Vingt-quatre heures plus tard, les collègues de la petite parfumerie prévinrent la police ; ils pressentaient que quelque chose de grave était arrivé, Monsieur K ne répondant pas à leurs appels téléphoniques.

Le policier, en charge de cette affaire, ouvrit la porte de l’appartement avant d’entrer dans la chambre ; sur le lit, il découvrit, à sa grande surprise, une silhouette de sable qui avait les traits de Monsieur K ; mais de l’être de chair, nulle trace.



Bonne journée à toutes et tous
La nuit nous enveloppe encore, le café embaume
une nouvelle journée se prépare tout doucement.
Qu'allons nous faire de ce jour qui pointe ?
Les rues commencent à scintiller de milles feux
Décembre va chasser novembre et sera plus gaie
Décembre est festif et marque la fin de l'année.



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Sam 26 Nov 2016 - 6:26


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Un peu d’histoire locale : haut-rhinoise ( Sundgauvienne )

Ci après le lien d'une superbe vidéo, réalisée à la suite de la découverte d'une galerie allemande de la 1ere guerre

Lors des travaux de la voie rapide vers Altkirch dans les environs de Carspach - la Kilian Stollen -

Super intéressant, à regarder !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Dim 27 Nov 2016 - 7:24


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les Transfigurations de Notre-Dame - Cathédrale de Strasbourg
Avec de l' informatique & les moyens de la vidéo actuels on fait des prouesses...allez à
De 22h15 à 22h30, tous les jours à Strasbourg !
Surtout, mettre en plein écran !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Dim 27 Nov 2016 - 7:36



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Séverin ainsi que les Astrid et Séverine.
Demain, nous fêterons les Jacques de la Marche.

Le 27 novembre est le 331e jour de l'année du calendrier grégorien, le 332e en cas d'année bissextile. Il reste 34 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 7e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du chou-fleur.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 46
le soleil se couche à 17h 05
durée d'ensoleillement : 9h 18 (-2mn)



Citation du jour :
« Réprimez, vous aurez moins à punir. »
Duc Gaston de Lévis



Dicton du jour :
« À la Saint-Séverin chauffe tes reins. »



Proverbe du jour :
« Le chat est le tigre du rat. »



Événement du jour :
1095 :
1ère croisade.
Lors du Concile de Clermont, le pape Urbain II exhorte les chevaliers des royaumes occidentaux à la croisade. Le but: libérer la Terre sainte et prendre possession de Jérusalem. Les premiers croisés partiront à la fin de l'été 1096 avec à la tête des Lorrains, Godefroi de Bouillon. La première croisade est lancée.
1252 : décès de la Reine Blanche de Castille, régente de France, à Paris.
1912 : la France et l'Espagne signent des accords sur la division administrative du Maroc : l'Espagne conserve une zone d'influence au nord (Rif) et au sud (Tarfaya, Ifni).
1940 : annexion de l'Alsace-Lorraine par l'Allemagne nazie.
1967 : le président de Gaulle déclare qu'il opposera son véto à l'entrée du Royaume-Uni dans la CEE.
1990 : John Major, qui a succédé à Margarett Tatcher à la tête du Parti conservateur, devient à 47 ans le plus jeune premier ministre britannique depuis 200 ans.



L'historiette :
Mia de Elisabeth Charier

Mia ouvre les yeux sur le noir, éternue, et tousse. Toute cette poussière... Elle a si soif ! Sa langue semble avoir triplé de volume, sa gorge desséchée lui pique quand elle respire. Elle est coincée entre deux parois de métal, elle ne peut pas se relever.
Pour échapper au sentiment de claustrophobie, Mia essaye de se détendre et de se souvenir.
La terre a tremblé. J’étais à la cuisine et la maison s’est effondrée avant que j’aie pu sortir.
Elle écoute et n’entend rien. Elle crie au secours, personne ne répond.

Lire la suite de l'historiette... :
Ils viendront, c’est sûr, quelqu’un va creuser et me retrouver. Chaque fois qu’il y a eu un désastre, les pays voisins ont envoyé des sauveteurs.
Mia s’efforce de respirer moins fort.
Je dois garder de l’air pour tenir jusqu’à ce qu’on me dégage de cette prison.

Entre inconscience et veille, elle a perdu la notion du temps. Une odeur âcre lui parvient, elle s’est pissé dessus. Mia tâte son environnement immédiat, peut-être trouvera-t-elle un peu d’eau. Dieu qu’elle a soif ! Et faim aussi. Malheureusement, elle ne rencontre que des gravats, une casserole et un couteau. Elle se rappelle qu’un briquet traîne dans sa poche. Fébrilement, elle se tortille entre les panneaux qui l’obligent à la station assise, pour arriver à l’extirper de là. Elle craque la pierre et observe. La cuisinière et l’énorme radiateur en fonte l’ont rejointe dans cet espace confiné. Elle abaisse le halo, ose un bras hors de son abri, entre le pied de table et le radiateur descellé, vers le plan de travail sur lequel elle composait une salade quand le sol a tremblé, et aperçoit le rouge d’une tomate rescapée.

Mia dirige la flamme vers le fruit.
Hors de portée !
De quelques centimètres seulement. Elle reprend son souffle, rallume le briquet qui lui brûle le pouce, étire son épaule au maximum entre les obstacles. Le briquet s’éteint, le noir l’enveloppe de nouveau.
Mia tâtonne vers le souvenir de sa vision, halète sous l’effort et s’entête. Une tomate, c’est plein d’eau.
Le vaisselier a déversé les assiettes sur le sol et leurs éclats lui entaillent l’avant-bras, elle ne ressent aucune douleur. Seule la soif mobilise son cerveau. De plus en plus nerveusement, ses doigts remuent la poussière et les tessons. L’épaule est passée dans l’interstice, mais le buste et la tête coincent. Elle crie son impuissance.
À force d’efforts, le bout du majeur caresse le fruit. Le halètement d’impatience se mue en souffle d’espoir. Elle tente de faire rouler la tomate vers elle, et au bout de longues minutes, réussit à la saisir. Lentement, avec précaution, Mia reflue et rallume son briquet pour admirer sa prise qu’elle époussette du pouce.
Il faudra l’économiser jusqu’à ce qu’on me retrouve.

Qui sait qu’elle se trouvait chez elle ce matin-là ? Elle travaille tant qu’elle profite à peine de son petit logis.
Sauf aujourd’hui, je devais rejoindre ma fille à la gare. Elle va me chercher, oui.
Elle entame la tomate et ses papilles assoiffées en subliment la saveur. Juteuse à souhait, avec ce léger arrière-goût acide qui la réveille... Elle la termine sans s’en rendre compte.
Zut ! Moi qui voulais rationner !
Pour tromper la faim, Mia déroule son passé depuis cet homme qui l’a abandonnée pendant sa grossesse, jusqu’à son enfant qui l’a portée à bout de bras. Les images défilent dans sa tête pendant une éternité.
– Je me suis bien battue.
Le son de sa voix lui arrache un sursaut.
– Eh, quoi ! c’est pas la fin ! Je ne suis pas blessée, pas morte ! On va me retrouver !
Mais sa montre lui indique minuit, ou midi pour la sept ou huitième fois, le froid l’engourdit et elle n’a pas trouvé d’autre tomate. Son estomac l’a digérée puis a réclamé sa pitance pendant des heures avant de déclarer forfait, et elle a uriné à huit reprises dans la casserole qu’elle a bue en se bouchant le nez.

Un grondement la réveille. Ils arrivent ! Mia hurle à s’en brûler les poumons, attrape l’ustensile et frappe les parois de sa prison à s’en démettre l’épaule. Le bruit s’amplifie, l’édifice tremble, et s’affaisse peu à peu en dégageant des poussières. Les gravats cognent les meubles. Le radiateur bascule contre elle, la cuisinière grince, et plie. Les pieds de table cèdent soudain, le plateau s’écroule sur elle et tout tombe dessus ; les murs, le toit... La maison s’écrase sous le poids d’une pelleteuse qu’elle entend vrombir. Elle sent son crâne exploser.

Au-dessus des décombres, les excavatrices à chenilles passent sur les ruines pour extraire d’abord les plus gros débris. L’état a décidé que huit jours après le séisme, ils ne retrouveraient aucun survivant.
Place à la reconstruction.



Bonne journée à toutes et tous
Ce matin, elle n'est pas rapide la connexion
ça en devient pénible... et donne pas envie
de naviguer, surfer sur le net, on prendra un bouquin
pour passer le temps paisiblement, un dimanche pépère
et le dernier de novembre, décembre arrive tout doucement.



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Lun 28 Nov 2016 - 6:18


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

VOILÀ UNE CHORALE QUI DÉMÉNAGE..
Vous connaissez ? ; C'est 2'26" de bonheur !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Lun 28 Nov 2016 - 7:37



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Jacques de la Marche.
Prénoms fêtés autrefois : Sosthème.
Demain, nous fêterons les Saturnin.

Le 28 novembre est le 332e jour de l'année du calendrier grégorien, le 333e en cas d'année bissextile. Il reste 33 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 8e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du miel.



Célébrations de demain :
• Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 47
le soleil se couche à 17h 05
durée d’ensoleillement : 9h 17 (-2mn)



Citation du jour :
« La véritable perfection d'un homme réside, non dans ce qu'il a, mais dans ce qu'il est. »
Oscar Wilde



Dicton du jour :
« À la Saint-Sosthème, il y a des chrysanthèmes. »



Proverbe du jour :
« La langue du sage est dans son cœur : le cœur du sot est dans sa bouche. »



Événement du jour :
1615 :
mariage de Louis XIII avec Anne d'Autriche.
1632 : naissance du compositeur Jean-Baptiste Lully.
1789 : le « frère » docteur Guillotin présente son invention.
1943 : Staline, Churchill et Roosevelt se rencontrent à Téhéran. Le principal sujet de discussion de la conférence est celui de la Pologne, dont le gouvernement en exil à Londres réclame les territoires occupés par l'Union soviétique. Il sera aussi question du partage de l'Allemagne après la guerre, et Churchill propose que l'opération Overlord soit fixée au mois de mai 1944.
1947 : mort du Maréchal Leclerc dans un accident d'avion au Sahara.
1959 : le premier synchrotron à proton de France est mis en service.
Le CERN met en service son premier synchrotron à proton qui est alors le plus puissant du monde. Situé sur la frontière Franco-suisse, ce projet européen se poursuivra avec la construction de plusieurs accélérateurs de particules et deviendra le plus grand laboratoire consacré à la physique des particules, et... l'inventeur du World Wide Web.



L'historiette :
Histoire à nager debout de Emmanuelle Ménard

Il était une fois Anna, une littéraire femme d’affaires vivant au fond des mers. Les livres étaient des poissons ou les poissons des livres, qu’elle dégustait à la « Table des merveilles », nom qu’elle avait donné à son restaurant préféré, en vérité son unique restaurant, l’océan...
Livres-poissons ou poissons-livres nageaient gaiement autour d’Anna et se laissaient attraper et manger par celle-ci parce qu’ils se sentaient flattés par cette belle sirène qui, trouvaient-ils, « avait bon goût ».

Lire la suite de l'historiette... :
Et puis, il y avait une autre raison : c’était si reposant de pouvoir enfin dormir dans le ventre de la féminité incarnée plutôt que de vagabonder çà et là, de bulle d’eau en bulle d’eau, sans savoir vraiment pourquoi... Et puis et puis et puis... A bien y réfléchir, Anna leur offrait là une cachette idéale pour se défendre du dentier de Max, ce vieux requin blanc qui ne pensait qu’à s’empiffrer de tout ce qu’il pouvait trouver dans la mer et n’hésitait pas à dévorer des boites de conserve, des sacs plastique, des bijoux de famille ou même des hommes quand il n’avait rien à se mettre sous ses fausses dents ! Et puis et puis et puis... Anna avait un don ! Non seulement elle mastiquait avec grâce la chair des mots ou les mots de la chair mais aussi, de son appétit magicien, elle les changeait en rimes.
Le temps de la digestion devenait alors le temps de la musique ; une musique si harmonieuse et si sonore qu’elle allait jusqu’à bercer tout l’océan, les étoiles des mers, les coquillages, les hommes qui y nageaient et même le ciel, qui aimait se regarder dans la mer parce qu’il s’y trouvait beau...
Seul Max n’entendait pas, tout simplement parce qu’il était sourd comme un pot au feu ou parce que, disaient les mauvaises langues, « il n’entendait que son ventre ! ».
Sacré Max, à force de passer son temps à nettoyer l’océan en gardant tout dans son estomac, il allait bientôt devenir aussi rond que la terre et un beau jour, éclater comme un ballon gazé d’air ! Sacré Max... Sa gloutonnerie légendaire ne l’emporterait pas au Paradis ! Mais ce dernier avait un secret, un secret que seule Anna connaissait : l’immortalité. Ce secret, il le détenait du temps de sa jeunesse, un jour où il avait fricoté avec une algue marine qui, en vérité, était une déesse.
Max, donc, avait l’éternité devant lui ! Cependant, comme il était vieux et qu’il se sentait aussi seul que la Lune, il s’en fichait bien. Il était même prêt à vendre son éternité pour un bout de pain, pour quelques miettes de sardine, pour du vent... Et puis, un jour arriverait où il n’aurait plus rien à se mettre sous son dentier... Plus rien à manger. Que ferait-il alors ? Il n’aurait plus que l’éternité pour s’ennuyer... S’ennuyer à mourir sans mourir, quelle horreur ! Quelle fin sans fin tragique !

Un beau jour, alors qu’Anna était attablée entre deux planches d’un navire naufragé et qu’elle faisait de la musique tout en croquant dans une jolie raie, elle aperçut Max et l’entendit qui pleurait.
Cette littéraire femme d’affaires avait aussi un cœur, aussi vaste que l’océan. Ainsi elle lui proposa un marché honnête et équitable qui ferait le bonheur des deux partis. C’était bien simple : Anna rêvait d’éternité parce que le jour où elle mourrait, l’océan perdrait ses rimes et il n’y aurait alors plus de musique pour faire des vagues où les enfants sauteraient ; plus de musique pour donner sa couleur au ciel, rendre les hommes heureux et faire chanter la terre et les étoiles... Quel silence, quelle tristesse, quelle tragédie ! Pauvres enfants, sans vagues ils deviendraient vite des adultes... Pauvre ciel, pâle comme un drap il irait se jeter à la mer... Pauvres hommes, pauvre terre, pauvres étoiles... Ils se noieraient alors dans le silence de la mer.
Quant à Max, il rêvait de jeunesse comme il rêvait au bonheur, temps où il passait son temps à croquer dans l’amour, le cœur juteux des jolies filles, qu’il pouvait tout à la fois faire rire et pleurer.
En quelques minutes, le marché fut conclu et ils se congratulèrent en se serrant la nageoire. Max souffla dans l’oreille d’Anna le secret de l’éternité : il s’agissait d’un code à trois chiffres, une sorte de Sainte-Trinité. Anna regarda Max droit dans les yeux et lui transmit le langage de l’amour, qui n’était autre que le secret de la jeunesse, ou plus précisément les mots du cœur.
Ils se quittèrent alors tout émus et heureux ; et depuis ce jour, l’océan sourit au ciel qui sourit à la terre qui sourit aux hommes qui sourient à la vie... Pour l’éternité.



Bonne journée à toutes et tous
Le dernier lundi de novembre, novembre s'étiole
Décembre se prépare de mille feux pour fêter la Nativité
Les rues se parent d'illuminations toutes plus belles les unes que les autres
Les petits enfants font leur lettre au père Noël et celui ci prépare ses rennes
pour sa belle tournée la nuit du 24 décembre, que de merveilles et d'heureux il va faire
Allez bonne semaine les ami(e)s.



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Opaline le Lun 28 Nov 2016 - 8:33

Bonjour tout le monde

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Mar 29 Nov 2016 - 6:20



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Saturnin.
Demain, nous fêterons les André l'Apôtre ainsi que les Andrée.

Le 29 novembre est le 333e jour de l'année du calendrier grégorien, le 334e en cas d'année bissextile. Il reste 32 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement 9e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé le jour du genièvre.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 48
le soleil se couche à 17h 04
durée d'ensoleillement : 9h 15 (-2mn)



Célébrations :
• Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien
pour moi une journée comme une autre et pour vous ?



Citation du jour :
« L'égoïste est celui qui n'emploie pas toutes les minutes de sa vie à assurer le bonheur de tous les autres égoïstes. »
Lucien Guitry



Dicton du jour :
« Neige le jour de la Saint-Saturnin, c'est de l'eau pour le moulin. »



Proverbe du jour :
« L'inimitié est une colère qui guette une occasion de vengeance. »



Événement du jour :
1516 :
signature de la « paix perpétuelle » entre la Suisse et la France.
Au lendemain de la défaite de Marignan, les Suisses abandonnent tout projet de conquête étrangère. Ils signent alors une paix perpétuelle avec la France de François Ier, qui leur attribue le Tessin et des indemnités en échange de mercenaires. Cette paix " perpétuelle" est aussi appelée Paix de Fribourg. Les Suisses s'engagent à ne plus porter les armes contre la France ni à aider ses adversaires. Fidèle jusqu'à la mort les gardes Suisses se feront massacrer jusqu'au dernier pour défendre les Tuilerie, en 1792, contre les révolutionnaires armés par le duc d'Orléans, voir la chronique du 10 août.
1594 : le duc de Guise livre Reims à Henri IV.
1947 : l'ONU scinde la Palestine en deux Etats, un juif et un palestinien.
L'Assemblée générale de l'ONU réunie à New-York, prend la décision de partager la Palestine en deux: un Etat arabe et un Etat juif. L'administration de Jérusalem relèvera de l'organisation internationale. Le Conseil de la ligue arabe s'oppose à cette décision ; très vite les affrontements commencent. L'état d'Israël naît le 14 mai 1948, et connaît immédiatement la guerre en étant envahi par l'Egypte, le Jordanie, l'Irak, la Syrie et le Liban.
1962 : accord pour construire le Concorde.
A Londres, De Gaulle et Macmillan décident de développer ensemble un avion supersonique commercial, dont l'entrée en service est prévue en 1970, le "Super-Caravelle".
1986 : Le cinéma mondial perd un de ses grands séducteurs. Cary Grant meurt à l'âge de 82 ans, après avoir joué dans 72 films en près de 35 ans de carrière. Son nom restera lié à celui d'Alfred Hitchcock, avec lequel il a tourné 4 films : Suspicion, Notorious, To Catch A Thief et North By Northwest. En 1970 il a reçu un Oscar spécial pour l'ensemble de sa carrière.
2005 : béatification du futur Saint Jean Paul II.
L'ancien secrétaire du pape Jean-Paul II, le cardinal Dziwisz, confirme le choix d'un miracle survenu en France.



L'historiette :
Le merveilleux destin de Romuald de Chantal Parduyns

— Romuald ! Tu viens ? On va être en retard...
— J’arrive, M’man. Où va-t-on ?
— Nous allons rendre visite à Mara, la Sorcière.
Romuald pointe son nez hors des buissons, jette un œil sur l’immensité blanche qui s’étale devant lui et baisse la tête, grognon. La neige est tombée toute la nuit, il y en a partout, et pas qu’un peu !

Lire la suite de l'historiette... :
— On est vraiment obligés d’y aller aujourd’hui ? demande-t-il boudeur.
— Mais oui, le temps est idéal pour une promenade, pas trop froid, pas de vent et un rayon de soleil. D’ailleurs, regarde tes frères et tes copains !
En effet, de jeunes rennes se poursuivent gaiement dans la prairie et, sous leurs sabots rapides, des flocons joyeux virevoltent dans la lumière. Romuald jette un œil noir sur ce spectacle et bougonne :
— Suis obligé de t’accompagner ?
— Oui, répond sa mère sèchement. Dépêche-toi, sors de ce buisson !
Romuald obéit trèèèès lentement, il pose délicatement une patte dans la clairière, son sabot s’enfonce dans la neige fraîche, et aussi la moitié de sa jambe ! Qu’est-ce que c’est froid ! Et mouillé ! Maman fait mine d’ignorer les hésitations de son gamin et avance dans la neige en meuglant ses recommandations aux jeunes rennes :
— Ne vous éloignez pas des arbres ! Si vous voyez des animaux qui marchent sur deux pattes, courez vite vous réfugier dans la forêt ! Alors Romuald, tu viens ?
— Oui, oui...
Avec précaution, il sort des taillis, repère les endroits les moins profonds du manteau blanc. À chaque pas, il soulève un sabot dégoûté et le secoue pour en enlever cette ouate collante et froide.
Devant lui, Maman désespère, des idées noires tournent dans sa tête : Mais qu’est-ce que j’ai fait au ciel et aux arbres pour avoir un fils qui n’aime pas courir dans les prairies ? Qu’est-ce qu’il va devenir ? Il va se faire tuer par les chasseurs ; les loups ou les ours vont le dévorer tout cru... Ça me brise le cœur, Il est si beau, si affectueux. S’il ne s’endurcit pas, il ne passera pas l’hiver.
Maman avance le long des arbres, là où la neige est moins épaisse. Romuald la suit, précautionneusement.

Voilà des jours qu’elle le force à sortir des taillis, elle a tout essayé : les encouragements, les récompenses, les punitions... Rien n’y fait. Depuis que l’hiver est arrivé, Romuald regarde le sol humide d’un air renfrogné et refuse de poser les pattes dans les flaques, la boue ou la neige. Si elle l’oblige à avancer, ses pattes deviennent vite raides comme des piquets de bois, sa fourrure se hérisse et il se met à trembler.

C’est pourquoi elle a décidé d’abandonner le troupeau aujourd’hui pour aller consulter Mara, la Sorcière. C’est son dernier espoir. Elle aura peut-être un remède pour endurcir son fils, le rendre moins frileux, bref, pour faire de son fils un renne normal !
— M’man ? C’est encore loin ? J’ai les sabots gelés !
— Si tu marchais un peu plus vite, tu aurais moins froid et on y serait déjà, lui dit-elle brusquement en accélérant le pas. Elle a des envies de le pousser à coups de bois dans le derrière, de lui mordre les fesses, de lui bramer si fort dans les oreilles qu’elles en tombent... mais elle a déjà essayé ces techniques, ça ne sert à rien...
— Bon, bon, répond Romuald, résigné.
— Allez, on marche encore un peu. Quand le soleil sera haut dans le ciel, on fera une halte pour manger et se réchauffer... Viens ici, à côté de moi, tu auras plus chaud. On va traverser cette prairie, ce sera plus court.

Quand le petit se met à claquer des dents, elle décide de s’arrêter pour une pause. D’un sabot expert, elle soulève la neige pour trouver de la mousse tendre et fraîche.
— Ici, Romuald, regarde, de la bonne mousse pour ton déjeuner.
— Merci, M’man !
Affectueusement, elle souffle sur les pattes de son petit.

Puis ils reprennent leur chemin.
— On arrive bientôt ?
— Oui, oui, bientôt... Mara habite là-bas, au bout de cette clairière.

Ils arrivent enfin sous le couvert des arbres. Romuald se sent revivre, les arbres sont tellement serrés que la neige n’est pas passée à travers leurs branches entremêlées.
— Mara la Sorcière ? appelle Maman.
Un sifflement aigu lui répond, tout près.
— Bonjour Mara, comment vas-tu ?
— Bien, bien, sauf mes rhumatismes... Et toi, Cella ? Ça me fait plaisir de te revoir. Mais je suppose que tu n’as pas fait un si long chemin juste pour me saluer... Tu as des ennuis ?
— Je suis venue pour le petit. Il s’appelle Romuald, il est né au printemps dernier.
— Un bien beau jeune homme ! Tu dois être fière de lui ! s’extasie Mara.
— Oui, oui, pourtant, il a quelque chose qui ne va pas... Tu comprends, il n’est pas normal... Il ne supporte pas le froid de l’hiver, il ne sait pas courir dans la neige... J’ai tout essayé, rien à faire...
— Ah oui ! C’est un gros problème... Pourtant, il n’a pas l’air malade, il est costaud...
Mara tourne autour de Romuald en sifflant doucement.
— Il a un bon dos, des pattes solides, un pelage bien épais... Lève les pieds, Petit... Les sabots sont bien formés... Je ne lui trouve rien d’anormal... Nous allons demander l’avis de la fée de la forêt... Romuald, pendant que ta Maman et moi parlons un peu, va nous chercher la plus belle touffe de nourriture que tu pourras trouver. Et rapporte-la ici, ne la mange pas, surtout !

Quelques minutes plus tard, Romuald revient, une touffe de lichen grisâtre entre les dents. Il la dépose devant Mara qui l’observe attentivement.
— En effet, Cella, ton fils n’est pas un renne comme les autres, il est spécial... exceptionnel... Regarde, on voit son avenir dans cette touffe... Ici, à gauche, ce sont des rennes et là, sur la droite, un traîneau... C’est merveilleux... Ton petit va travailler pour le père Noël, il va tirer son traîneau à travers le ciel !

Une année a passé. L’hiver est revenu avec ses flocons glacés. Mais Romuald est heureux. Plus question pour lui de se geler les pattes sur le sol dur de la prairie, il saute de nuage en nuage, la tête dans les étoiles. Ses sabots s’enfoncent avec volupté dans des boules moelleuses. Le père Noël l’a félicité : il est devenu le plus adroit des rennes de l’attelage.



Bonne journée à toutes et tous :
Qu'allez-vous faire les ami(e)s aujourd'hui ?
Balade dans la campagne, shopping en ville,
aller au cinéma, au théâtre, au musée ou
lire au coin du feu et ou simplement farnienter
Que votre journée soit belle et heureuse.



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Mar 29 Nov 2016 - 6:23


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le Larousse des chansons anciennes, à conserver précieusement.
Voici un trésor de belles vieilles chansons
- LE GRAMOPHONE ! extraordinaire !
Ça c'est une vraie trouvaille !
Si vous cliquez en bas, vous changez de répertoire et vous multipliez les titres...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Mer 30 Nov 2016 - 6:19


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Luc Langevin, jeune magicien québécois, docteur en physique, est de plus en plus célèbre ici au Québec...
Comment peut-il se changer en petit garçon de 13 ans ?
Où se cachent le garçon et Luc Langevin après ?
Si quelqu'un a une réponse, dites-le moi, moi je suis tout simplement estomaqué...
Voici une vidéo à ne pas manquer .



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Mer 30 Nov 2016 - 6:24



Bonjour !
Aujourd'hui, nous fêtons les André l'Apôtre ainsi que les Andrée.
Demain, nous fêterons les Florence ainsi que les Eloi, Loïc, Nahum et Tudal.

Le 30 novembre est le 334e jour de l'année du calendrier grégorien, le 335e en cas d'année bissextile. Il reste 31 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 10e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la pioche.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 50
le soleil se couche à 17h 04
durée d'ensoleillement : 9h 14 (-1mn)
ça sent bon Gabé... qu'une minute en moins.



Célébrations de demain :
• Journée mondiale contre le SIDA



Citation du jour :
« Quand la bouche dit oui, le regard dit peut-être. »
Victor Hugo



Dicton du jour :
« La neige de la Saint-André fait beaucoup de mal au blé. »



Proverbe du jour :
« L'encre vaut mieux que la meilleure mémoire. »



Événement du jour :
1750 : décès du Maréchal de Saxe.
Le maréchal général de France et condottiere, Maurice de Saxe décède à Chambord. Fils de la comtesse de Königsmark et du futur roi de Pologne Auguste II, il participe à sa première bataille, en 1712, face aux Suédois. Il prend ensuite une part active à la guerre de Succession de Pologne ainsi qu'à la guerre de Succession d'Autriche au service de la France. Il s'illustre notamment durant les batailles de Fontenoy et de Rocourt. En récompense de ses victoires, il est nommé gouverneur à vie de Chambord en 1748, deux ans avant de s'éteindre.
1807 : Lisbonne capitule face à Napoléon.
La Grande Armée de Napoléon, commandée par les généraux Junot, Dupont et Moncey entre dans Lisbonne avec 25 000 hommes. Ils trouvent la capitale abandonnée. La veille, le roi du Portugal Dom Jão Ier et sa cour ont fui vers le Brésil. Pour l'empereur, la conquête du Portugal est indispensable, car le pays est le plus fidèle allié de l'Angleterre, dont il a décrété le blocus.
1840 : retour de la dépouille de Napoléon 1er de Sainte Hélène
En ce jour, la Belle Poule accoste à Cherbourg. A bord, le cercueil de l'empereur Napoléon Ier mort à Sainte-Hélène le 5 mai 1821. Le catafalque, après une sobre cérémonie, est déposé sur une péniche qui va remonter le cours de la Seine jusqu'à Paris. Le 16 avril 1821, l'empereur a écrit :
" Je désire que mes cendres reposent sur les bords de la Seine, au milieu de ce peuple français que j'ai tant aimé. "
Sa dernière volonté est respectée, dix-neuf ans après sa mort
1900 : L'écrivain irlandais Oscar Wilde succombe à une méningite à Paris, à l'âge de 46 ans. Il est devenu l'auteur le plus fêté de toute l'Angleterre, grâce notamment à son élégance, la subtilité de son esprit et l'esthétisme raffiné de sa doctrine littéraire. Condamné à 2 ans de travaux forcés pour une affaire de mœurs, il ne s'est jamais relevé de l'effondrement de sa réputation et a fini ses jours dans la solitude. Il a enrichi la littérature de son pays de quelques-uns de ses plus hauts chefs-d'oeuvre.
1988: instauration du RMI.
La loi sur le revenu minimum d'insertion (RMI) est définitivement adoptée par l'Assemblée Nationale à l'unanimité. Le texte, proposé par le gouvernement de Michel Rocard, a été débattu durant deux mois avant d'être voté. Dès février 1989, 570 000 foyers vont bénéficier du RMI. La culture de l'assistanat s'installe en France, les outils permettant le « grand remplacement » s'accumulent sous couvert de justice sociale…



L'historiette :
Papi Léon de Gouelan

Papi Léon passait sa vie à voleter d’un paysage à l’autre, absorbant les couleurs pour peindre ses ailes de merveilles.
Comme le pinceau d’un peintre fou, sur une toile de champ ou de ciel, il s’en allait à tire-d’aile, petit géant aux ailes de vent, semant sur son passage une traînée de poudre sautillante.

Lire la suite de l'historiette... :
Il trouvait cela drôle et enivrant, ce qui le rendait éclatant de bonne humeur.

Beaucoup d’enfants tentaient de l’attraper, mais il ne se laissait pas faire Papi Léon, ce pétillant vagabond.

Il en connaissait des histoires, des histoires à rire, d’autres à pleurer, des histoires de poètes en délire ou d’artistes en herbe dans les champs de blé. Tableaux de pluie ou de soleil, tachetés de gris ou de vermeil, pour que chacun s’en émerveille.

Un jour, une petite fille répondant au doux nom de Violette le pria de lui en conter une. Il accepta volontiers car Violette, au sourire illuminé d’une fossette, n’avait pas d’épuisette. Elle avait tout l’air d’une petite fée des champs, avec son nez en trompette et ses yeux verts de rêves.

Il en choisit une couleur soleil...

« Il était une fois un papillon qui vécut joyeux en goûtant l’ivresse de l’instant. Il avait un secret ; il aimait toutes les saisons.

L’hiver, il se couvrait d’un manteau blanc, aussi doux que les flocons de neige, aimant écouter le silence de la campagne engourdie.

Au printemps, il buvait toutes les couleurs, surtout celles des fleurs, en les poudrant de mots polis ou de vers de laine, de graines de génie ou de porcelaine.

L’été, il s’assoupissait sous un parasol, sur une serviette de plage multicolore. Ou, sirotant le nectar d’un joli tournesol, il s’enivrait du puissant parfum des prés, après l’orage.

L’automne, il jouait avec les teintes cuivrées des feuilles secouées par le vent, leur soufflant des airs de velours, pour leur enlever la rouille au cœur.

Aventurier épousant le vent, ne craignant ni la sécheresse du Lesotho, ni la fraîcheur de l’Islande, il contemplait le monde. Osant même se poser, dans un léger battement d’ailes, sur l’épaule d’une antilope, ou le bec d’un macareux.

Il ne se plaignait jamais, il acceptait toutes les couleurs, même les plus sombres. Et c’est pour cela qu’il vécut heureux. En aimant autant les jours pluvieux que les jours bleus, il vécut plus vieux.

On l’appelait Papi Léon, il avait traversé tant de saisons, mais aussi, ne le répétez pas, on ne vous croirait pas, car il était mi-papillon, mi-caméléon.
Il était... papiléon. »

Violette n’avait pas perdu une graine de cette histoire. Elle comprit bien vite que le papillon qui venait de prendre son envol, en emportant sur ses ailes les couleurs de sa robe bohème, n’était autre que Papi Léon. Ce papiléon fabuleux qui, comme les saisons, ne se laissera jamais attraper, ni par le temps, ni par les enfants, même les plus grands.

Bonne journée à toutes et tous
C'est mercredi jour des enfants
avec ma Miss on doit faire les boutiques cet après-midi
je crains le pire avec elle pour la Carte Bleue
mais j'adore la gâter, la chérir, se promener bras dessus bras dessous
des moments d pur bonheur et de grands plaisirs.



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Opaline le Mer 30 Nov 2016 - 9:46

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Jeu 1 Déc 2016 - 5:51


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Jeu 1 Déc 2016 - 9:37



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Florence ainsi que les Eloi, Loïc, Nahum et Tudal.
Demain, nous fêterons les Viviane.
Le 1er décembre est le 335e jour de l'année du calendrier grégorien, le 336e en cas d'année bissextile. Il reste 30 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 11e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la cire.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 51
le soleil se couche à 17h 03
durée d'ensoleillement : 9h 12 (-1mn)



Célébrations :
• Journée mondiale contre le SIDA



Célébrations de demain :
• Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage



Citation du jour :
« Entendre ou lire sans réfléchir est une occupation vaine ; réfléchir sans livre ni maître est dangereux. »
Confucius



Dicton du jour :
« À la Saint-Éloi la nuit l'emporte sur le jour qui luit. »
« Lorsque Saint Éloi a grand froid, Quatre mois dure le grand froid. »



Proverbe du jour :
« Il ne faut qu'une brebis galeuse pour contaminer tout le troupeau. »



Événement du jour :
1792 :
la Convention décrète la peine de mort contre ceux qui proposeraient d'établir la royauté en France ou tout autre pouvoir attentatoire à la souveraineté du peuple.
1805 : la grande armée acclame Napoléon pour l'anniversaire de son sacre.
1900 : les femmes françaises accèdent au barreau.
Une loi autorise les femmes à exercer la profession d'avocat. En 1897, Jeanne Chauvin, pourvue de tous les diplômes requis, n'a pas eu le droit de prêter serment devant la Cour d'Appel de Paris.
1947 : 80000 réservistes sont rappelés devant la crainte d'un coup d'état communiste.
1956 : les JO de Melbourne et la victoire d'Alain Mimoun au marathon.
1971 : le 1er sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE), "Le Redoutable", est mis en service.
1990 : Jonction du tunnel de service sous la Manche.



L'historiette :
Conte du soir de Naliyan

Il était une fois un petit garçon qui rêvait d’être une étoile parmi les étoiles.
Il passait son temps, la tête en l’air, à contempler le ciel. Il souhaitait aller dans l’espace, là où il pourrait toucher les étoiles et se promener entre les constellations, jouer et rester avec elles pour l’éternité. Il ne savait pas comment se rendre dans l’immensité noire et brillante de la nuit, mais il essayait.

Lire la suite de l'historiette... :
Une fois, il sauta avec un trampoline et bondit si fort et si haut qu’il effleura un nuage. Mais ce n’était pas assez. Alors, il prit un avion et vola à travers les nuages si vite et si loin qu’il atteignit la limite de l’atmosphère. Mais ce n’était pas suffisant. Alors, il voulut monter dans une fusée pour transpercer la stratosphère et pénétrer dans l’espace sombre et froid. Mais il n’y avait pas de place pour lui. Car il n’était pas le seul à rêver de partir si haut : des plus grands, des plus vieux et des plus riches avaient déjà réservé leurs sièges depuis longtemps. Alors, il regardait les fusées s’élever dans les airs, les unes après les autres, dans un rugissement de feu et de fumée, et une larme coulait chaque fois sur sa joue douce de petit garçon.

Un jour, qu’il était assis sur un rocher suivant des yeux le panache blanc à l’arrière de la fusée et soupirant pour l’énième fois, il entendit une voix à côté de lui :
— Cette fusée ne va que sur la lune. Ce n’est pas suffisant pour rejoindre les étoiles.
Le petit garçon se tourna et vit un vieux monsieur avec une longue barbe blanche s’appuyant sur un bâton gris et tordu.
— Comment faire alors ? demanda-t-il, impatient que le vieillard lui apporte la solution de l’énigme qui perturbait ses songes. Celui-ci, au contraire, lui posa une devinette :
— Quelles sont les trois choses que fait une étoile ?
Le petit garçon réfléchit un moment et répondit :
— Une étoile, ça flotte dans l’espace, ça brille dans le noir et ça guide les voyageurs égarés.

Alors le sage expliqua au petit garçon que pour flotter jusqu’au vide de l’espace, il devait être très léger.
— Pour être aussi aérien qu’un nuage, tu ne dois rien avoir dans tes poches, tu dois offrir tout ce que tu possèdes à ceux qui n’ont rien. Pour alléger ton âme, tu ne dois rien avoir de pesant dans ton cœur, tu dois partager ta joie avec les plus malheureux, ton courage avec les plus lâches et ton innocence avec les plus méchants.

Puis, il lui dit que pour briller dans l’obscurité de l’espace, il devait être très lumineux.
— Pour être aussi scintillant qu’une étoile, tu dois croire intensément en toi, t’imaginer aussi précieux que de l’or, aussi beau que le diamant et aussi puissant que le soleil.

Finalement, il conclut que pour guider ceux qui n’ont plus de repères depuis la profondeur de l’espace, il devait d’abord trouver la direction du bien et éviter celle du mal.
— Pour montrer le droit chemin, tu dois avoir les sept qualités de la bonté, tu dois être gentil, respectueux, serviable, obéissant, généreux, humble et reconnaissant.

Mais le vieux monsieur avait oublié de dire au petit garçon que pour accomplir toutes ses choses, il fallait énormément de temps. Le petit garçon était, lui aussi, devenu un vieux monsieur sage et blanc s’appuyant sur une canne grise quand il réussit enfin à être une étoile parmi les étoiles, présent toutes les nuits à la même place, luisant dans le noir, guidant ceux qui ont perdu l’espoir, les rassurant par sa présence immuable, veillant à l’infini, infatigable et bienveillant.



Bonne journée à toutes et tous
Un peu tard mais avec le coeur et beaucoup d'amitié
Le soleil brille de tous ses feux et le froid mord bien
l'hiver se prépare à faire son entrée et l'automne se meurt
adieu les feuilles, les dernières s'en vont tout doucement et bonjour
les premiers frimas qui frappent à notre porte...
Bon jeudi ici ou là...




avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Ven 2 Déc 2016 - 6:01


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

PLAGE RÉSERVÉE POUR LES ESTIVANTS A POILS ...
IL Y A LONGTEMPS QUE JE N'AVAIS PAS VU UNE AUSSI BONNE VIDÉO ( QUEL TRAVAIL POUR LA FAIRE !!! )


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] opup?v=pkPNa4DBFHI


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Opaline le Ven 2 Déc 2016 - 7:07

Bonjour tout le monde

Bonne journée à toutes et tous

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Ven 2 Déc 2016 - 9:04


Je me dépêche à faire les courses !

Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Viviane.
Demain, nous fêterons les François-Xavier ainsi que les Francelin, Francis, Francisque, Franck, Frankie, Paco, Paquito, Soizic et Xavier.

Le 2 décembre est le 336e jour de l'année du calendrier grégorien, le 337e en cas d'année bissextile. Il reste 29 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 12e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du raifort.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 52
le soleil se couche à 17h 03
durée d'ensoleillement : 9h 11 (-1mn)
les jours ne diminuent plus que d'une minute...



Célébrations :
• Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage



Célébrations de demain :
• Journée internationale des personnes handicapées



Citation du jour :
« Ne pas croire qu'une chose existe parce qu'il serait trop horrible qu'elle n'existât pas. Il n'y a pas de preuve par l'horrible. »
Jean Rostand



Dicton du jour :
« En décembre journée courte longue nuit, l'abeille se tait le jonc gémit. »


    
Proverbe du jour :
« Ferveur de novice ne dure pas longtemps. »



Événement du jour :
1804
: sacre de Napoléon 1er.
1805 : Napoléon remporte à Austerlitz une des plus grandes victoires de sa carrière militaire, alors que son armée de 68.000 hommes fait face aux troupes Austro-russes qui en comptent 90.000. L'engagement est souvent qualifié de Bataille des trois empereurs, alors que Napoléon, François Ier d'Autriche et Alexandre Ier de Russie étaient tous présents sur le champ de bataille.
1887 : le scandale des décorations fait démissionner Grévy.
1959 : catastrophe du barrage de Malpasset
1969 : le véto français à l'entrée de la Grande-Bretagne à la CEE est levé.

L'historiette :
Histoire de Grêle de Lune qui cherchait le bonheur... de Ballaman Jean

L’histoire que je vais vous conter n’est pas une histoire vraie... mais quand bien même, elle pourrait l’être, faites comme si elle ne l’était pas...
Faites comme moi, rêvez-la, déguisez-la de vos oripeaux les plus secrets, maquillez-la avec l’ocre de votre terre cachée...

Lire la suite de l'historiette...  :
Il était une fois... au Royaume Infini d’Avant la Pluie, un petit enfant qui portait le beau prénom de Clément, mais que tout le monde appelait Grêle de Lune, à cause des innombrables éphélides (taches de rousseur) qui parsemaient son visage. On disait que chaque matin, à son réveil, il passait un très long temps à les compter. Faut dire qu’un jour qu’il se désolait d’en être ainsi criblé, une vieille femme du village, un peu sorcière comme toutes les vieilles de village-là, lui avait prédit un grand bonheur s’il pouvait dénombrer cent et une petites lunules sur son visage avant le jour de ses vingt ans. Au moment où commence mon histoire, il n’en avait recensé que quatre-vingt-sept, mais il ne désespérait pas d’arriver, avant sa maturité, au chiffre magique et bénéfique !
Or, il se trouve que Grêle de Lune, qui était de nature plutôt gai et de bonne humeur, traînait avec lui une grosse tristesse. Oh ! il avait bien essayé de l’enfouir dans un gros sac de montagne qu’il trimbalait avec lui, partout où il allait, mais cette tristesse, qui lui restait en travers du dos, débordait parfois du sac et se répandait sur lui, sur ses épaules, sur ses cheveux, sur tout son corps, qui devenait aussi noir qu’un ciel d’orage... Clément n’avait jamais vu le visage de sa mère ! Ou plutôt ne l’avait plus revu depuis si longtemps que, malgré les photographies d’elle qu’il gardait précieusement, c’était toujours une mère sans visage qui hantait ses rêves. Il entendait bien sa voix, un peu chantante, il aimait sa voix, mais tous les traits, tous les détails de son visage avaient été gommés, comme réduits au silence !
Grêle de Lune en souffrait. Il était persuadé qu’un maléfice avait été jeté sur sa mère par son père, un militaire de carrière à la carrure et à la voix martiales et impressionnantes. Ce père-là, il en aurait volontiers changé pour retrouver le visage de sa mère. Mais on ne change pas de père comme on veut et les pères à vendre ne sont pas légions, encore moins les bons pères ! Il avait bien pensé un jour le faire disparaître, mais c’était un tel bloc, un tel roc, qu’il lui sembla hors de question de tenter même de le remuer.
C’est alors qu’il se souvint de la prédiction de la vieille et des cent et une éphélides ! Alors qu’un beau jour, il comptait sa nonante et unième, apparue juste sous la paupière inférieure gauche, une pensée lui traversa l’esprit : comment accélérer le processus, comment faire « pousser » de nouvelles taches de rousseur sur son visage ?
Il questionna tous les vieillards du village. Aucun de savait. Il exposa son problème aux savants du village : l’instituteur, le curé, même le directeur de l’usine. Ils ne trouvèrent aucune solution. Il résolut de partir de par le monde, seul, à la recherche des dix éphélides manquantes.
Il trouva les cinq premières auprès des cinq fées de la forêt qui, en échange de menus services, lui firent don de cinq belles éphélides sur le front. Sa quête des cinq dernières fut longue et hasardeuse. Mais Clément tenait tellement à retrouver le visage de sa mère qu’il ne se découragea jamais. Quelque chose lui disait que seules des femmes, comme sa mère, pouvaient l’aider.
Il était alors devenu un beau jeune homme, quand à l’aube de sa vingtième année, il compta sa centième éphélide. Elle lui était apparue sur le menton le jour où sa compagne actuelle lui avait dit « je t’aime ».
Grêle de Lune commençait à comprendre que ses taches de rousseur n’étaient, en fait, que les petites marques de cent moments fugaces de joie, cent petit morceaux de bonheur éclatés sur sa peau, cent gouttes d’extase tombées en pluie sur son visage. L’amour qu’il venait de découvrir dans cette femme, lui ouvrit tellement les yeux, qu’un jour qu’il se regardait doucement dans ceux de sa compagne, il en vit sortir sa cent et unième éphélide qui s’arrêta pile sur son nez !
Il se mit à rire, à rire, à rire si fort que tout son corps fût pris d’un grand tremblement... tant et si bien que le gros sac de tristesses, qu’il portait toujours sur son dos, tomba sur le sol en dégageant une fumée acre et fugace...
Grêle de Lune était libre ! Il courut à la maison familiale avec l’espoir de voir enfin le visage de sa mère bien aimée... Or, la pauvre femme, qui était devenue très vieille, venait tout juste de mourir ! Son corps reposait sur le grand lit au milieu de sa chambre. Clément s’en approcha lentement et se pencha sur elle... Son visage était aussi vide et lisse qu’avant. Mais lorsqu’il s’avança encore plus, Grêle de Lune et ses cent une éphélides remarqua qu’il prenait forme... Un nez lui venait, des yeux, une bouche... Il sourit, heureux. En face de lui, comme dans un miroir, au milieu d’un visage souriant il voyait un nez... qui ressemblait au sien, une bouche... pareille à la sienne, des yeux gris-vert... tout comme les siens, un grand front... tout semblable à son front !
Un visage, qui était parsemé de... cent et une éphélides. Pas une de plus !



Bonne journée à toutes et tous
Pour moi elle sera de repos, le rhume m'a atteint
la matinée marche pour moi est annulée
juste mes médocs, tisane et repos sont au programme.



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Sam 3 Déc 2016 - 6:28


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le Cirque du Soleil



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum