Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Mar 1 Nov 2016 - 6:11

Rappel du premier message :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voila bien expliqué pour ne pas confondre :
 
Quiz : les champignons

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas


Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Jeu 10 Nov 2016 - 6:51


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

On connaissait GOOGLE EARTH qui permettait de retrouver votre rue et votre domicile…

Mais le site que je vous présente ici est époustouflant :

À peine avez vous eu le temps de taper votre adresse (l'ordre n'a pas d'importance, soit la ville d'abord, soit le nom de la rue) que la photo est sur votre écran : il ne faut à l'ordinateur que quelques fractions de seconde pour trouver la photo parmi plusieurs milliards de photos ... Pas pire hein !!! Amusez-vous…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Ven 11 Nov 2016 - 6:54


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Piton de la Fournaise - septembre 2016 - ile de la Réunion.

Images époustouflantes, grandioses, une pure merveille,
Avec des vues prises par un drone accompagnant l’équipe scientifique de l’observatoire volcanique du Piton de la Fournaise.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Ven 11 Nov 2016 - 8:13



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Martin ainsi que les Véran et Vérane.
Demain, nous fêterons les Christian ainsi que les Christiane et Émilien.

Le 11 novembre est le 315e jour de l'année du calendrier grégorien, le 316e en cas d'année bissextile. Il reste 50 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 21e jour du mois de brumaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la bacchante.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 26
le soleil se couche à 17h 17
durée d'ensoleillement : 9h 50 (-2mn)



Célébrations :
• Armistice 1918 (jour férié)
L’armistice de 1918, signé le 11 novembre 1918 à 5h15 marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), la victoire des Alliés et la défaite totale de l'Allemagne, mais il ne s'agit pas d'une capitulation au sens propre.
Le cessez-le-feu est effectif à onze heures, entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a fait plus de 8 millions de morts, d'invalides et de mutilés. Les généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé provenant du train d'État-Major du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne.
Plus tard, le 28 juin 1919, à Versailles, sera signé le traité de paix de Versailles, qui met réellement fin à l'état de guerre.



Citation du jour :
« L'aboutissement normal de l'érotisme est l'assassinat. »
Julien Green



Dicton du jour :
« L'été de la Saint-Martin, dure trois jours et un brin. »



Proverbe du jour :
« L'argent est un bon serviteur et un mauvais maître. »



Événement du jour :
1903 :
suppression des religieuses infirmières dans les hôpitaux de la Marine.
Puis la république les supprime dans tous les hôpitaux militaires, le 1er janvier 1904.
1500 : traité de Grenade.
Louis XII, Roi de France, et Ferdinand, roi de Castille, se partagent le royaume de Naples qu'ils ont conquis sur les princes Aragonais.
1918 : Capitulation de l'Allemagne qui restitue l'Alsace et la Lorraine à la France.
1946 : premier vol du SO.6000 Triton, le premier avion à réaction français.



L'historiette :
Les fantômes du passé de Donald Ghautier

Je regarde par la fenêtre. Nulle part où aller. La ville est vide sans Marnie. Déménager ne changera rien. Mes fantômes me poursuivront toujours, ici, à Londres ou à Berlin. La nuit rend le spectacle magique. Les lumières, les fenêtres éclairées et les phares des voitures brillent en autant de signes, de symboles d'une vie intense et variée. Je sais pourquoi j'aime Paris. Dès que le soleil se couche, la crasse, la vulgarité et l'insolence laissent place au romantisme et à l'éternité de ce musée habité par des millions d'aveugles.

Liere la suite de l'historiette.... :
Marnie l'avait bien compris. Elle me sentait attiré par les monuments historiques, un passé prestigieux et les grandes avenues parisiennes. Je lui racontais ainsi la mort de ce poète, les amours de cette chanteuse ou les intrigues royales, à l'aide des bâtiments, des sculptures et des parcs où tout s'était déroulé, à une lointaine époque désormais figée dans la pierre.
— Paris ressemble à une église, m'avait-elle dit, un soir d'été.
— Les curés en moins, rassure-moi.
— Ils sont là aussi. Tu en es un bon spécimen. Des troupeaux de fidèles parcourent les travées, sans savoir exactement pourquoi. Ils regardent les vitraux, les ornements religieux et les objets sacrés, toutes les marques d'un autre temps, quand la France adulait son roi et fouettait ses pauvres.
— En quoi suis-je un de ces curés ?
— Tu célèbres avec déférence un office permanent, pour un mythe dépassé.
— N'est-ce pas mieux ainsi ? Nous avons beaucoup à apprendre de nos ancêtres, dans cette histoire révolue où mon pays inspirait les artistes et attirait les mécènes.
— Je le sais. Chez moi, dans la puissante et fière Amérique, nous vénérons le dieu Réussite, la déesse Richesse et leur cour parée d'artifices. Je suis venue à Paris pour vivre autrement.

Marnie était vraiment différente. Elle n'essayait pas de me caser dans un rôle établi à l'avance, ou de changer mes manières. Je l'écoutais parfois me parler de son ancienne vie américaine, des inégalités entre les riches et les anonymes, des armes mortelles en vente libre et du président à la Bible sur le cœur, les symboles d'une nation jeune et dissipée, vierge d'un passé avouable.
— Les États Unis sont une autre planète, lui avais-je déclaré un dimanche matin.
— Avec beaucoup de satellites, des petits et des grands.
— Ils gravitent autour de ce monde géant. Leurs habitants sont écrasés par des slogans déguisés en dogme, au nom du Tout-Puissant Dollar et du Temple de Wall-Street.
— Sommes nous si différents de vous ?
— Les Américains s'imaginent au centre de l'Univers et se voient investis d'une mission divine.
— N'est-ce pas un mal humain ? Nous n'avons pas fait mieux que nos pères fondateurs, les Anglais, les Français, les Russes et les Prussiens, partis de leur continent déchiré par les guerres.
— Je te l'accorde. Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts et nul parent ne souhaite voir sa progéniture répéter ses erreurs. Je vis à Paris pour ne pas revenir en arrière.

Marnie appréciait nos points de vue divergents. Elle jouait à l'Américaine un peu folle éprise du Français cérébral, avec humour et détachement, sans se prendre la tête. Nous discutions souvent de nos civilisations respectives, de nos différences culturelles et de nos artistes préférés, les François Truffaut et Maurice Ravel pour elle, les Andy Warhol et Miles Davis pour moi.
— Nos enfants verront le monde d'un œil neuf, m'avait-elle dit la veille de son départ.
— Avec un esprit plus critique, souhaitons leur.
— Ils sauront trier dans tes récits fabuleux, parmi tes légendes romantiques habillées en vérités historiques et gravées dans le marbre de tes bonnes intentions.
— Tu n'aimes plus mes histoires ?
— Je les adore. Elles te ressemblent, par leurs couleurs chatoyantes et leurs jolis sentiments.
— N'est-il pas bon de rêver ? Ils auront largement le temps de revenir à la réalité, au matérialisme des adultes et aux valeurs factices déclinées par les médias et le qu'en-dira-t-on.
— Je t'aime pour cette raison, également. Avec toi, je ne vis pas dans une publicité géante.

La Lune brille dans le ciel. Un symbole éternel. L'astre illumine les gratte-ciel de La Défense et la Grande-Arche. Ces blocs de béton me rappellent Marnie dans son linceul de ciment. La nuit noircit mon humeur. Les ombres des bâtiments, projetées sur le macadam par la lumière lunaire, transforment la vue panoramique en cimetière gothique. Je sais pourquoi Paris ressemble à New-York. Au coucher du soleil, les fantômes du passé percutent les tours jumelles, engloutissant Marnie dans un déluge de poutres, de plâtras et de fils électriques.



Bonne journée à toutes et tous
Que vous vous rendez ou pas aux cérémonies
passer un bon 11 novembre et profiter du férié
Restent ils beaucoup de monde de cette période
Que l'on marque l'histoire oui quoique dans les écoles
les sujets d'histoire passent souvent à la trappe
Bon vendredi à vous toutes et tous



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Sam 12 Nov 2016 - 7:20


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Moto russe !

Cette moto tout terrain va vous surprendre !...
Créée en Russie ( pas au Japon, pas aux Etats-Unis, pas en Grande-Bretagne,
pas en Allemagne, pas en Italie et pas en France...)
Il est fort à parier que les forces spéciales russes en sont déjà équipées ...
Vraiment impressionnant !



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Sam 12 Nov 2016 - 8:36



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Christian ainsi que les Christiane et Émilien.
Demain, nous fêterons les Brice ainsi que les Didace et Diégo.

Le 12 novembre est le 316e jour de l'année du calendrier grégorien, le 317e en cas d'année bissextile. Il reste 49 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 22e jour du mois de brumaire dans le calendrier républicain français, officiellement nommé jour de l'azerole.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 28
le soleil se couche à 17h 16
durée d'ensoleillement : 9h 48 (-2mn)



Citation du jour :
« En politique, il faut déjà beaucoup de culture pour se contenter d'explications simples. »
André Siegfried



Dicton du jour :
« Novembre mois mort, vêts-toi plus fort. »



Proverbe du jour :
« Il n'est si petite vipère qui n'ait son venin. »



Événement du jour :
1437 :
entrée dans Paris de Charles VII.
Après dix-neuf ans d'absence, le Roi Charles VII (1403-1461) entre triomphalement dans Paris, sa capitale s'étant rendue après avoir chassé les troupes anglaises. C'est le point d'orgue de la campagne de reconquête entamée depuis la libération d'Orléans grâce à sainte Jeanne d'Arc (1429). La guerre de libération s'achève par la signature du traité d'Arras (1435) avec Philippe III de Bourgogne. La France est désormais presque entièrement libérée du joug anglais. La victoire de Castillon-la-Bataille en 1453, contre les Anglais, achève le succès du Roi et met fin à la guerre de Cent Ans.
1895 : création de l'Automobile-Club.
Le constructeur Français, le marquis de Dion, crée à Paris l'Automobile-Club de France. L'association a pour objectif de faire connaître le monde automobile et organise de nombreuses courses. L'Automobile-Club est le créateur du premier Grand Prix de l'histoire automobile en 1906, avec le Grand Prix de l'Automobile-Club de France.
1900 : clôture de l'Exposition universelle.
50 860 801 visiteurs y ont assisté.
1937 : inauguration de l'aéroport du Bourget
En présence du Président de la République, Albert Lebrun, le Ministre de l'Air Pierre Cot inaugure l'aéroport international du Bourget. Construit en réponse à une très forte augmentation du trafic aérien, l'aérogare a été conçue par l'architecte Georges Labro. Il sera sérieusement endommagé par les bombardements pendant la guerre.
1990 : L'empereur Akihito entre dans l'histoire en accédant solennellement au trône du Japon, au cours d'une cérémonie réunissant 158 chefs d'État et pour laquelle un imposant dispositif de sécurité, comportant notamment la participation de 37.000 policiers, avait été mis en place. Akihito est considéré comme un moderniste prisonnier de l'un des emplois les plus empreints de traditions dans le monde. Il a commencé à bousculer les habitudes impériales en devenant le premier héritier du trône à épouser une roturière, avant d'encourager ses 3 enfants à vivre comme des Japonais ordinaires.



L'historiette :
Le hall de BéR

— Bonjour, sourit la femme.
Sophie ouvre de grands yeux. Comment est-elle arrivée là ? Elle se souvient avoir beaucoup bu, beaucoup ri, beaucoup re-bu, puis le blackout habituel. Et maintenant elle est là, un peu vaseuse, debout dans un t-shirt blanc et un jean gris, devant cette grande femme en tailleur noir qui la regarde d'un air amusé.

Lire la suite de l'historiette... :
Elle jette un coup d'œil autour d'elle. La salle est grande, on dirait un hall de gare. Il doit être assez tôt, l'espace est plutôt vide, à peine quelques personnes qui attendent sur des bancs et puis les techniciens avec leur armée de balais et de serpillières. Sophie reporte ses yeux sur la dame qui semble attendre quelque chose. Elle a l'air professionnel, les cheveux courts et très blonds, de longs sourcils noirs levés très hauts sur le front. La mine volontaire, une mâchoire bien dessinée et les lèvres fines et finement maquillées. Sur son bras, elle a appuyé une chemise cartonnée au-dessus de laquelle elle tient un stylo, tout droit, prêt à écrire.

— Je vous mets à quel nom ? questionne-t-elle avec patience.
— Sophie... Zahat... Z-A-H-...
— A-T, complète la femme, c'est bon. Je vous ai. J'espère que vous ne patientez pas depuis trop longtemps, nous essayons au maximum d'écourter l'attente des voyageurs, mais parfois les services sont surchargés.
— Non, non, ça va...
— Parfait. Je vais vous demander une petite signature ici...

La femme lui tend la chemise. Sophie, un peu égarée, la prend, signe sans lire. C'est une mauvaise habitude, se dit-elle, il va falloir que je change ça.

— Quelle heure est-il ? demande-t-elle rendant le papier.
— Quatre heures.
— Il est tard...
— Quatre heures du matin, Madame, rectifie la femme avec un sourire en coin.

Oh... Alors elle vient de se réveiller... À moins qu'elle n'ait fait le tour du cadran. Elle n'ose pas poser la question de peur de paraître complètement perdue. Cette absence commence à l'inquiéter.

— On s'est permis de vous donner de nouveaux vêtements, à ce que je vois, continue la femme en consultant ses dossiers. J'espère de tout cœur que notre choix vous convient.
— C'est très... très bien. Où pourrais-je récupérer mes anciens...
— Il faudra voir avec le secrétariat, je n'ai pas de pouvoir sur ce genre de choses.
— Oh, d'accord.
— Nous n'avons pas l'habitude d'avoir des candidates de votre âge. Nous sommes une nouvelle antenne, vous comprenez, et...

La femme s'interrompt, concentrée sur un point du dossier qui semble nécessiter une particulière attention. Sophie se retient de froncer les sourcils. Visiblement, c'est une sorte d'entretien d'embauche, mais... debout ? Dans un endroit pareil ? Elle ne se souvient pas d'avoir postulé pour un quelconque job. Les trente-deux derniers l'ont recalée. Elle se mord la lèvre, puis décide de se lancer prudemment en posant quelques questions.

— Excusez-moi, mais... il ne manque rien, dans mon dossier ?

La femme lève vers elle un œil interrogateur. Une mèche blonde lui tombe sur le front.

— Pourquoi manquerait-il quoi que ce soit ? sourit-elle.
— Eh bien, je ne sais pas... Les emplois auxquels j'ai postulé m'ont souvent reproché mes dossiers incomplets... Notamment au niveau de la sécurité sociale, parce qu'il y a eu du retard dans le traitement de mon dossier, et...
— Oh, s'esclaffe la femme, mais ne vous inquiétez pas pour cela ! S'il manque quoi que ce soit, nous aurons tout le temps de régulariser la situation plus tard.
— Ah, très bien.
— De toute façon, votre dossier est assez clair. Il mentionne votre problème de boisson comme une des causes principales de votre...
— Quel problème de boisson ? coupe Sophie un peu trop vite.
— Hier soir, Madame, vous ne nierez pas avoir eu un certain problème, notamment avec votre consommation d'alcool.
— Oh, hier soir, oui, mais c'était occasionnel.
— Vous n'ignorez cependant pas que ce problème a causé votre présence en ces lieux ?

Qu'est-ce que j'ai fait hier soir ? se demande Sophie, paniquée.

— Ça ne se reproduira plus, assure-t-elle sans trop savoir quelle réponse la femme attend d'elle.
— Bien sûr que non. Vous n'avez pas l'intention de retourner là-bas, je présume ? sourit son interlocutrice en levant un sourcil noir. En tout cas, vous aurez un formulaire à remplir, et puis on va vous choisir un train. On vous éloignera le plus possible de cet endroit désagréable, hmm ?

Sophie a l'impression qu'elle se moque d'elle. Ça commence à l'énerver.

— Ecoutez, je ne sais pas du tout de quoi vous parlez alors... Expliquez-moi... Juste... Dites-moi, est-ce que je suis retenue ? Et en quoi consiste le job ?
— Oh, vous n'avez pas compris ? Ils vous ont mal informée... Ou alors ce sont les troubles de mémoire dus à la consommation d'alcool. C'est très possible aussi. Nous sommes une nouvelle antenne. Nous ne sommes pas formés à toutes les éventualités.
— Pardon ?
— Nous avons surtout des personnes d'âge avancé, pour tout vous dire. Et quelques accidents, toujours plus compliqués à traiter. Vous êtes un cas particulier.
— Parce que j'ai bu ?
— En partie... Il faut que je voie avec mon secrétariat.
— Je ne sais pas de quoi vous parlez.
— Vous avez signé, pourtant, vous devriez être au courant. Légalement, vous devriez.
— Je ne sais pas de quoi vous parlez et je veux mourir.
— Oh, mais vous êtes morte, chérie.



Bonjour à toutes et à tous
Un samedi de novembre mais pas un samedi comme les autres
aujourd'hui un samedi de recueillement, de pensées émues
qui un soir de tranquillité que ce soit en terrasse, au foot ou en boite
les terroristes ont frappé et plus rien ne sera comme avant
mais pour eux, pour leur mémoire, on ne changera pas nos habitudes
on continuera à faire la fête, à aller au spectacle, boire un coup en terrasse
Une pensée pour ceux qui sont partis et pour ceux qui sont meurtris dans leur chair.
Une pensée pour tous ceux que ce drame affecte, et ne les oublions surtout pas.
Pour eux ne changeons rien à notre vie.




avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Dim 13 Nov 2016 - 6:47


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Faites bouger la trompette en cliquant dessus avec la souris
(à droite, a gauche, en haut en bas....)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Dim 13 Nov 2016 - 7:21



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Brice ainsi que les Didace et Diégo.
Vous en connaissez beaucoup vous des Didace ?
Demain, nous fêterons les Sidoine ainsi que les Sidonie.

Le 13 novembre est le 317e jour de l'année du calendrier grégorien, le 318e en cas d'année bissextile. Il reste 48 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 23e jour du mois de brumaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la garance.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 29
le soleil se couche à 17h 15
durée d'ensoleillement : 9h 46 (-2mn)



Citation du jour :
« Sois familier, mais aucunement vulgaire. »
William Shakespeare



Dicton du jour :
« Quand en novembre la pluie noie la terre, ce sera du bien pour tout l'hiver. »



Proverbe du jour :
« Entre l'arbre et l'écorce il ne faut point mettre le doigt. »



Événement du jour :
1792 :
le Roi Louis XVI, prisonnier.
Le Conventionnel Morisson montre que, sur le plan juridique, il est impossible de juger Louis XVI car il est protégé par la Constitution.
1805 : Napoléon reçoit à Schönbrunn les clés de Vienne déclarée ville ouverte.
Après avoir fait prisonnière l'armée autrichienne, à Ulm en octobre, et repoussé les Russes, et avant la bataille d'Austerlitz le 02 décembre, Napoléon reçoit les clefs de Vienne à Schönbrunn, le 13 novembre 1805. Il y pénètre le lendemain ; la ville a été déclarée ville ouverte.
1907 : décollage du premier hélicoptère.
Dans les environs de Lisieux, Paul Cornu réussi à s'envoler pour la première fois à bord d'un hélicoptère de sa fabrication. Il atteint l'altitude de 1,5 mètre et son engin pèse 203 kilos. Le mot hélicoptère a été inventé en 1861 par le vicomte Ponton d'Amécourt à partir du grec "helix" (spirale) et "pteron" (aile), mais déjà Léonard de Vinci en avait fait l'ébauche sur certains de ses croquis 4 siècles auparavant.
1986 : Le président américain Ronald Reagan reconnaît publiquement que des armes ont été livrées secrètement à l'Iran au cours des derniers 18 mois. Cette affaire, qui sera désormais désignée sous le nom d'Irangate, déclenche une crise politique à Washington. Le ministre américain de la Justice déclare qu'une partie de l'argent perçu des ventes aurait été illégalement versé aux Contras nicaraguayens. Le 25 novembre, l'amiral Poindexter, conseiller pour les affaires de sécurité nationale, annonce sa démission et un de ses collaborateurs, le lieutenant-colonel Oliver North, est limogé.
2015 : des odieux attentats ont eu lieu à divers endroits de Paris.Une pensée pour les victimes, les familles.et toutes les personnes touchées par ces actes monstrueux sans oublier les secours.
Ce soir en signe d'amitiés et de respect pour les victimes laissons brûler une bougie sur nos fenêtres.



L'historiette :
La lettre de Raymond Alcovere

Jacques Azaïs, l’écrivain célèbre, loue chaque année un chalet dans le Jura suisse, seul, isolé, afin de travailler en paix. C’est une région plutôt désertée des touristes, surtout au début décembre. Il descend seulement à la ville une fois par semaine, pour faire des courses.
Au moment de rentrer ce jour-là, il rencontre un employé des postes. Un courrier d’Amérique du Sud vient d’arriver pour lui. Sur le chemin du bureau, il entre dans une boutique, croise des connaissances, s’arrête boire un verre. Au bout du compte, il quitte la petite ville une heure plus tard que prévu.

Lire la suite de l'historiette... :
Les premiers flocons de neige apparaissent alors qu’il prend la route. Il n’y a pas grand risque, son chalet n’est qu’à une douzaine de kilomètres. Pourtant le temps change vite en cette saison. Déjà, les flocons s’épaississent, une bourrasque se lève. En quelques minutes, une tempête de neige s’abat sur la montagne : un véritable blizzard.
Dans un des derniers virages avant le chalet, la voiture de l’écrivain dérape, et après un tête à queue, plonge dans le ravin, près de cent cinquante mètres plus bas. Le lendemain, on découvre l’épave de son véhicule, son cadavre déchiqueté, et dans ses affaires, cette lettre :

« Mon cher Jacques,

Tu dois être étonné de recevoir aujourd’hui de mes nouvelles après tant d’années de silence et mon brusque départ, il y a sept ans. Je pense qu’après avoir lu cette lettre, tu en comprendras mieux les raisons.
Tu n’as pas oublié, j’en suis sûr, nos jeunes années. On écrivait tous les deux, surtout des contes fantastiques, c’était notre passion. Ton écriture a évolué, tu as connu le succès, je t’en félicite.
Quant à moi, il en a été tout autrement. J’ai été, tu t’en souviens, accablé de malheurs. Hélène que j’aimais, a disparu. J’ai perdu de nombreux amis. Ennuis matériels et revers de fortune se sont succédé, jusqu’à ce jour – quel terrible jour, je me demande encore comment j’y ai survécu – où j’ai compris que toutes ces catastrophes étaient écrites à l’avance dans mes propres contes. J’avais donc sans le vouloir le pouvoir d’anticiper les événements, de les prévoir, alors qu’en laissant aller mon imagination, je croyais seulement écrire des fictions. Malheureusement, c’était à mes dépens ou à ceux de mes proches.
J’ai alors longuement réfléchi, tourné le problème dans tous les sens, et, la mort dans l’âme, pris une décision, ou plutôt deux, pour faire cesser cet enchaînement implacable. D’abord brûler tous mes écrits et ne plus jamais écrire une seule ligne.
Ensuite – je ne sais pas laquelle des deux résolutions a été la plus difficile à prendre, voilà sans doute pourquoi j’ai pris les deux en même temps – partir sans laisser d’adresse, changer complètement de vie, ne plus jamais revoir mon entourage. C’était terrible, mais je ne pouvais plus supporter de semer la mort et les catastrophes autour de moi.
J’ai donc « refait ma vie », comme on dit, loin d’ici. Ce fut très dur au début comme tu peux l’imaginer, puis un jour chassant l’autre... Aujourd’hui je ne me plains pas, je crois avoir trouvé un nouvel équilibre. Et puis surtout, le remède a été efficace ; plus aucun malheur ne m’est arrivé, en tout cas que je n’ai anticipé dans mes contes.
Ainsi, peu à peu, j’ai repris confiance dans l’existence. Même si plus d’une fois l’envie m’en a pris, j’ai tenu bon, et n’ai plus rien écrit depuis mon départ de France. On n’est jamais trop prudent.
Il m’arrive aujourd’hui de trouver tout cela ridicule, de me demander si ce n’est pas un mauvais rêve. Pourtant, peut-être ne l’as-tu pas oublié, mon imagination était foisonnante à l’époque. Je me demande où j’allais chercher tout ça ! Comme ce conte où j’imaginais les destins croisés de deux amis écrivains. L’un connaissait le succès, l’autre pas. Ce dernier, inconsciemment, provoquait par une série de hasards la mort de l’autre. Où va se nicher l’imagination ?
Ce passé est révolu maintenant, j’ai fait une croix dessus, et c’est un grand soulagement ! Voilà pourquoi je me suis permis de reprendre contact avec toi.
J’espère que cette lettre te trouvera en bonne santé et que nous aurons l’occasion peut-être de nous revoir un jour prochain, si tu le souhaites bien sûr...

Ton dévoué »



Bonne journée à toutes et tous
Triste anniversaire aujourd'hui, déjà 1 an
que les odieux attentats de Paris ont eu lieu.
N'oublions pas mais continuons à vivre,
à rire, à danser, à s'amuser ensemble
et prenons un verre, un repas en terrasse
profitons de la vie, cette vie qui nous est chère.
Toutes mes pensées vont aux victimes.





avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Opaline le Dim 13 Nov 2016 - 8:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Lun 14 Nov 2016 - 6:42


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Jumpy, un chien très bien éduqué



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Lun 14 Nov 2016 - 6:57




Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Sidoine ainsi que les Sidonie.
Prénoms fêtés autrefois : Philomène.
J'avais une copine d'enfance qui s'appelait Philomène on l'a découvert à son mariage, elle se faisait appeler Betty.
Demain, nous fêterons les Albert le Grand ainsi que les Albéric, Alberta, Alberte, Arthur, Léopold, Malo et Victoire.

Le 14 novembre est le 318e jour de l'année du calendrier grégorien, le 319e en cas d'année bissextile. Il reste 47 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 24e jour du mois de brumaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l'orange.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 30
le soleil se couche à 17h 14
durée d'ensoleillement :9h 44 (-2mn)



Citation du jour :
« Celui qui veut faire un emploi sérieux de la vie doit toujours agir comme s'il avait à vivre longuement et se régler comme s'il lui fallait mourir prochainement. »
Émile Littré



Dicton du jour :
« À Sainte-Philomène, misère dans les garennes. »



Proverbe du jour :
« Cœur d'artichaut, une feuille pour tout le monde. »



Événement du jour :
1805 : Napoléon 1er entre à Vienne.
Le 14 novembre 1805, fort de sa victoire sur la troisième coalition à Ulm, Napoléon 1er fait son entrée à Vienne à la tête de la Grande Armée. L'empereur des Français est au faîte de sa gloire et peut jouir de son triomphe dans la capitale de l'empire autrichien désertée par l'empereur François II de Habsbourg.
1888 : inauguration de l'Institut Pasteur.
L'Institut Pasteur est inauguré à Paris, le 14 novembre 1888, par le président de la République Sadi Carnot. C'est le premier institut de recherche jamais créé au monde. Il se donne pour objectif l'identification des virus. Financé par une souscription internationale à hauteur de deux millions de francs, il comble les vœux du plus populaire savant qu'ait connu l'humanité et dont il porte le nom…
1945 : Le procès des criminels de guerre nazis s'ouvre à Nuremberg, en Allemagne. Neuf dignitaires (dont Goering et Hess), 4 chefs militaires (Keitel, Jodl, Doenitz et Raeder), 3 diplomates (von Papen, von Ribbentrop et von Neurath), 5 responsables ainsi que 6 groupements (le cabinet du Reich, le parti nazi, l'OKW, les SS, les SA et la Gestapo) ont à répondre de crimes contre la paix, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Bormann est jugé par contumace.
2002 : origines chrétiennes de l'Europe.
Jean-Paul II, au Parlement, réaffirme son souhait de voir mentionné l'héritage religieux et chrétien de l'Europe dans le projet de Constitution de l'UE. Cela sera refusé à la demande de la France sous la présidence de J.Chirac !



L'historiette :
Moustikopathe de Jon Ho

La technique du moustique, pleine de patience et de sournoiserie.
Attendre silencieusement que la transpiration, devenue abondante, noie sous ses gouttes généreuses le baume à la citronnelle. Collé au mur, les ailes rabattues dans un silence total. Il sait qu’à la moindre trahison sonore de sa présence c’est ma sandale dans la gueule. Alors il se fait discret.
Chaude nuit d’été sans même un soupçon de vent.

Lire la suite de l'historiette... :
Insecte du diable, festin vampirique au creux d’une de mes veines. Toujours une piqûre improbable ou disgracieuse. Plutôt le bout du nez que la chair d’une fesse. À croire que le sang y est meilleur. Peut-être qu’il cherche, dans la couperose d’un vieux saoulard, à puiser l’ivresse d’une cuite mémorable. Mais je suis jeune et sobre, donc pourquoi ? Mon petit nez fin et aquilin, pourquoi ?
J’ai dessiné un moustique mâle sur ma fesse gauche pour l’appâter. Je ne suis pas contre le fait qu’il se nourrisse, seulement il pourrait baqueter dans mon gras, me bouffer un peu de cellulite, à boire et à manger, une agape riche en protéines. J’ai effacé le dessin avant que ma copine ne se paye totalement ma tête. Elle a quand même eu le temps de voir mon esquisse et de dire :
— Tu devrais aussi dessiner la maison de papa moustique avec sa petite boîte aux lettres et un paillasson avec le fameux Welcome. T’es vraiment con mon pauvre.

Le moustique semble porter en lui une capacité étrange à nous remémorer nos dures années d’acné, ou cette varicelle juvénile qui nous démangeait plus qu’une forêt d’orties. Se faire piquer sur la paupière ça n’a pas de prix. Il pourrait carrément pousser le vice jusqu’à aller nous becqueter les poumons où le foie. Profiter d’un bâillement pour s’introduire partout à l’intérieur ; un peu comme les parasites à la sale trombine dans Il était une fois la vie.
— Putain ça me gratte les poumons ! Tiens toi qui a un grand bras, tu peux me passer de la crème apaisante le long de l’œsophage, je crois que c’était pas une mouche que j’ai avalé hier soir.

Longue nuit d’été et sa fenêtre ouverte.

La petite bête ne mange pas la grosse, la petite bête démange la grosse.
Je propose, pour mieux illustrer le phénomène moustique, un Instant-onomatopée facilement accessible aux enfants. Parce que comme les nazis, ces salopards ne font aucune distinction d’âge : Zzzzz + Bzzzz = Grat grat.
Le moustique européen est dégoûté de ne pas avoir la toute puissance de son congénère africain. Là où lui il propage une irritation qui passe vite de la peau à l’humeur, la version africaine distille la mort. J’ai surpris une discussion téléphonique entre Gérard, jeune moustique ambitieux français et Mambala, monstre de combat Somalien au tableau de chasse hallucinant.
— Faudrait que tu me dises comment tu fais franchement. Paludisme, fièvre jaune, leishmaniose. Au meilleur de ma forme quand je me concentre j’arrive à filer un peu de fièvre à un nourrisson, rien de plus.
— C’est pas une histoire de concentration mon pote, c’est ce qu’on appelle la fatalité. On concentre toute la merde du même côté du monde, comme ça l’autre est peinard. En tout cas c’est ce que le grand chef nous a dit quand on lui a demandé pourquoi il nous envoyait en Afrique et pas en Europe.
— Quel grand chef ?
— Je sais plus comment il s’appelle, mais tu sais, l’autre, avec sa barbe.

J’ai appris ce jour-là que dieu était le chef des moustiques et qu’en cas de réclamations sur mes inconfortables démangeaisons je devais alors m’adresser au tout puissant. Peut-être prier ?
L’anophèle famélique virevolte au dessus de mon tympan. Bruyant et mauvais comme un Heinkel 111 de la seconde guerre mondiale, il attend l’instant propice pour larguer son dard. Il rêve de lipomes, de pustules, de chancres et de furoncles au lieu de ce minuscule bouton éphémère. Il rêve de transformer mon corps en champs de bataille, où, planqué au fond d’une tranchée, j’agiterais mon petit drapeau blanc. Rien à foutre salopard, je me battrais jusqu’à la mort. Et que le meilleur gagne.

— Chérie, tu me passes de la crème. Et si on dormait la fenêtre fermée ?



Bonne journée à toutes et tous
C'est parti pour une nouvelle semaine
Jeudi les agapes avec l’association ESPEREN
on fête l'arrivée du Beaujolais nouveau
avec de la cochonnaille à gogo
le vin n'est pas excellent mais une belle
excuse pour faire la bamboula entre amis.





avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Mar 15 Nov 2016 - 6:50


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ce film est un vrai régal !

Un petit chef - d’œuvre : La " Normandie" !



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Mer 16 Nov 2016 - 6:53


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

AVEZ-VOUS DEJA VU UNE CHOSE PAREILLE ?

Cela se passe au Pérou : Le pont d'herbe.... Une merveille !



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Mer 16 Nov 2016 - 8:13



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Marguerite d'Écosse ainsi que les Daisy, Gertrude, Magali, Magalie, Otmar et Peggy.
Demain, nous fêterons les Élisabeth de Hongrie ainsi que les Babette, Bettina, Betty, Élise, Elsa, Elsy, Hilda, Leslie, Lily, Lisbeth, Lise, Lisette et Lizzie.

Le 16 novembre est le 320e jour de l'année du calendrier grégorien, le 321e en cas d'année bissextile. Il reste 45 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 26e jour du mois de brumaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la pistache.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 33
le soleil se couche à 17h 13
durée d'ensoleillement : 9h 39 (-2mn)



Célébrations :
• Journée internationale de la tolérance



Célébrations de demain :
• Fête du Beaujolais



Citation du jour :
« On ne reçoit pas la sagesse, il faut la découvrir soi-même, après un trajet que personne ne peut faire pour nous, ne peut nous épargner. »
Marcel Proust



Dicton du jour :
« Novembre par tous les temps, le bois dans la cheminée est flambant. »



Proverbe du jour :
« C'est raison que chacun soit maître en sa maison. »



Événement du jour :
1919
: le Bloc national au pouvoir.
Le 16 novembre 1919, les élections amènent à la Chambre des députés une majorité de droite, le Bloc national, avec beaucoup d'anciens combattants (la Chambre est dite « bleu horizon », de la couleur de l'uniforme).
Cette coalition devait à l'initiative d'Alexandre Millerand regrouper toutes les formations qui avaient fait partie de l'union sacrée pendant la Grande Guerre. Mais les socialistes en avaient été exclus en raison de leurs compromissions avec les bolchéviques russes et les radicaux s'en étaient exclus du fait de l'absence des socialistes...
1945 : Création de l'UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization - Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture).
L'objectif principal de l'UNESCO est de contribuer au maintien de la paix et de la sécurité dans le monde en resserrant, par l'éducation, la science, la culture et la communication, la collaboration entre nations, afin d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples.
1952 : mort de Charles Maurras.



L'historiette :
J'ai tourné la clé de Elisabeth Charier

J’ai tourné la clé, ouvert la porte.
Là, derrière se trouvait toute ma vie. Quarante ans de travail. Des midis de discussions à bâtons rompus avec les collègues. Dans ce réfectoire, nous refaisions le monde presque tous les jours. Nous fêtions les anniversaires, les pots de retraite, les enfants à venir... Le quotidien. Les clans, les petites histoires... C’était si bon. Et puis la cadence, ce silence dans le bruit des machines.
La porte ne s’ouvre sur rien, tout est parti à l’étranger.

Lire la suite de l'historiette... :
Nous sommes un groupe de nostalgiques, un groupe de chômeurs stupéfait, anéanti, dépouillé de ses outils. Il ne nous reste que les callosités sur nos mains usées, nos yeux fatigués, nos dos courbés et le vide dans nos poches.
Elles sont parties à l’étranger nos machines. Vers des pays moins chers pour nos dirigeants, vers des esclaves exploités comme nos anciens. Ils travailleront quinze heures par jour, sueront sang et eau tandis que nous nous étiolerons dans notre détresse, notre ennui, notre impression d’inutilité. Nous compatissons, mais à ce ressenti se mêle la colère, le sentiment d’injustice.
Le hangar résonne sous nos pas. Il ne servira plus à rien. À moins qu’un bobo ne le rachète pour s’en aménager un logement à bas prix, c’est la mode du moment. Où un promoteur le transformera peut-être en cages à ouvriers pour peu qu’un chantier s’ouvre dans le coin. Vendeurs de sommeil.
Misère !
Nous les regarderons périr dans l’espoir tandis que nous pointerons à pôle emploi chaque mois.
Chagrin de l’âme.
Pauvreté du corps.
Je pleure sur mon passé tandis que mes pas et ma voix tremblante résonnent en ces lieux.
J’imagine les patrons qui se frottent les mains de satisfaction devant les billets qui s’amoncellent chez leurs banquiers qui se frottent la panse, eux aussi.
Baf, j’arrête de penser, j’en ai pas l’habitude.



Bonne journée à toutes et tous
Une nouvelle journée qui commence sous le soleil
après avoir eu de la concurrence avec Dame la lune
il a décidé de briller de tous ses feux sur la Provence
Après le marché du moins le papotage et passée par la banque
un peu de ménage s'imposera pour moi et pas dans la joie
des tâches qu'il faut faire et que je n'aime pas.






avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Jeu 17 Nov 2016 - 6:21



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Élisabeth de Hongrie ainsi que les Babette, Bettina, Betty, Élise, Elsa, Elsy, Hilda, Leslie, Lily, Lisbeth, Lise, Lisette et Lizzie.
Bonne fête Babette
Demain, nous fêterons les Aude.

Le 17 novembre est le 321e jour de l'année du calendrier grégorien, le 322e en cas d'année bissextile. Il reste 44 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 27e jour du mois de brumaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du macjonc.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 34
le soleil se couche à 17h 12
durée d'ensoleillement : 9h 37 (-2mn)



Célébrations :
• Fête du Beaujolais



Citation du jour :
« Plaisir d'amour ne dure qu'un moment
Chagrin d'amour dure toute la vie. »
Jean-Pierre Claris de Florian



Dicton du jour :
« À Sainte-Élisabeth, tout ce qui porte fourrure n'est point bête. »



Proverbe du jour :
« Au bon joueur la balle. »



Événement du jour :
1667 : Racine présente « Andromaque ».
Le poète Jean Racine offre à la Cour de Louis XIV la première représentation "d'Andromaque". Il enlève à Molière l'une de ses meilleures actrices, la Du Parc, pour lui offrir le rôle-titre. La pièce est caractéristique de son œuvre. Il entrera à l'Académie française en 1773.
1767 : naissance de Nicolas Appert, père de la conserve
Nicolas Appert naît à Châlons-en-Champagne. Alors grossiste et président de la Section des Lombards, il met au point un procédé permettant la mise en conserve des aliments en 1795. Fort de sa découverte, il lance à Massy la première usine de conserves au monde. En 1809, il publie "L'Art de conserver pendant plusieurs années toutes les substances animales et végétales". En hommage à sa découverte, le procédé de mise en conserve porte le nom d'appertisation.
1969 : Le New York Times rapporte qu'une unité américaine aurait perpétré un massacre le 16 mars 1968 dans le village sud-vietnamien de My Lai. Le quotidien écrit que le nombre des victimes se chiffrerait entre 109 et 576. On apprendra bientôt que le lieutenant William Calley et l'adjudant-chef David Mitchell font face depuis le 5 septembre à des inculpations en relation avec l'affaire.



L'historiette
C’est curieux, le temps qui passe de Cristobal

Quoi de plus curieux que cette notion du temps qui passe. J’aime, tous les matins, prendre mon café à la terrasse d’un bistrot, pour voir la vie défiler devant mes yeux. Je vois passer des gens, des jeunes, des vieux. Je vois passer des voitures, des vélos, mais en soixante de vie, je n’ai jamais vu le temps passer. Le temps, s’est-il imaginé que je je voulais l’arrêter ?

Lire la suite de l'historiette... :
Guillaume Apollinaire avait une idée bien arrêtée sur la fuite du temps. Il disait : « Passent les jours et passent les semaines. Ni temps passé, ni les amours reviennent. Sous le pont Mirabeau coule la Seine ». Curieuse mise en scène du temps.

Personnellement, j’ai une vision sur le temps moins conformiste. Chaque jour est un présent qui nous rapproche d’un futur dont nous ne pourrions nous « passé ». Ce qui est passé n’est plus à venir, mais dès à présent un futur en devenir s’inscrit dans le temps. Bref, pour moi, la notion du temps qui passe est une illusion. J’aime le présent car lui, il ne fait pas de promesse. Un présent, c’est un cadeau qu’il faut accepter. Un « temps soit peu », mais c’est déjà beaucoup.

J’ai bien souvent pris le temps : le temps de vivre, de m’arrêter un instant pour regarder passer une jolie fille dans la rue, prendre un verre entre amis. Parfois, les choses ne se passent pas toujours comme on veut. Mais le « temps bien que mal » n’est pas si mal que cela, car il vous apprend la vie. C’est ainsi, et c’est « temps mieux ». En réalité, tout est question de regard.

Je n’ai pas de vue arrêtée sur les choses, alors je ne comprends pas pourquoi le temps n’ose passer devant moi ? Qu’il passe, cela ne me gêne pas, je ne l’arrêterai pas dans sa progression. Chacun mène sa vie comme il l’entend. Moi, j’entends bien, prendre le temps. Pour moi, seul le présent m’importe et chaque jour, je remercie le ciel, de m’offrir cette nouvelle journée qui commence, car profiter de l’instant, c’est « l’essence ciel » et cela me convient, car je ne suis pas très terre à terre.



Bonne journée à toutes et tous
Ce soir on fête le Beaujolais, ce n'est peut être pas un grand cru
mais c'est une tradition purement française et avec quelques bonnes charcuteries
entre amis, en famille c'est un moment de convivialité, d'amusement
Hier j'ai préparé un tiramisu pour ce soir on le fête entre ami(e)s
toutes les excuses sont bonnes pour faire la java.


Le Beaujolais nouveau arrive jeudi mais les vignerons, soucieux de redonner du corps à une fête jugée trop marketing, prennent soin de parler désormais des "Beaujolais nouveaux" et envisagent même d'élargir la fête à tous les Beaujolais.
Lire la suite...

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Jeu 17 Nov 2016 - 6:49


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les conquérants de l’inutile.
Quel boulot pour à peine 3 minutes !
Juste pour apprécier ce qu'est capable de faire l'HOMME quand il n'a vraiment rien d'autre à faire
Moi j'ai trouvé malgré tout cette pub enrichissante pour les portables en coque en bois
mais cette richesse du bois de nos forêts est plus importante

Ne pas oublier de monter le son.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Ven 18 Nov 2016 - 7:01



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Aude.
Demain, nous fêterons les Tanguy.

Le 18 novembre est le 322e jour de l'année du calendrier grégorien, le 323e en cas d'année bissextile. Il reste 43 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 28e jour du mois de brumaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du coing.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 35
le soleil se couche à 17h 11
durée d'ensoleillement : 9h 35 (-2mn)



Citation du jour :
« L'absence est à l'amour ce qu'est au feu le vent ;
Il éteint le petit, il allume le grand. »
Roger de Rabutin, Comte de Bussy



Dicton du jour :
« Journée de Sainte-Aude, ordinairement n'est pas chaude. »



Proverbe du jour :
« À chaque jour suffit sa peine. »



Événement du jour :
1548 :
le parlement de Paris interdit la représentation des Mystères.
Les Confrères de la Passion sont interdits de représentation par le Parlement de Paris, ce qui marque le début du déclin des Mystères au profit du théâtre Renaissance. Les Mystères représentaient généralement la Passion du Christ, en se nourrissant également de légendes et d'histoires populaires. Ils étaient écrits pour plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de personnes qu'ils mettaient en scène.
1793 : ouverture du musée du Louvre, dans l'ancien palais des Rois de France.
Le 10 août précédent, pour fêter le premier anniversaire de la chute de la royauté, l'assemblée révolutionnaire de la Convention avait décidé la création d'un « Museum de la République », dans l'ancienne résidence des Rois de France, de François Ier à jusqu'à Louis XIV, où seraient mis à disposition du peuple collections royales et œuvres d'art confisquées aux émigrés et aux églises.
1852 : ouverture du Bon Marché à Paris.
C'est rue de Sèvres que s'ouvre en ce jour à l'enseigne du Bon Marché un magasin qui va bouleverser le commerce français. Aristide Boucicaut, le fondateur, a choisi de casser les prix en limitant ses marges bénéficiaires. Les prix ne peuvent plus être négociés. Les grands magasins sont nés. Ce nouveau type de magasin est une véritable révolution pour les parisiens. Ils peuvent se promener à travers les rayons sans être obligés d'acheter et être remboursés s'ils sont mécontents. La grande distribution est née. 13 ans plus tard le Printemps ouvrira à son tour.
1987 : Un incendie dans le métro de Londres fait 30 victimes. Le London Underground, dont les premières stations ont été mises en service en 1863, est le plus vieux métro du monde.



L'historiette :
Blanche et Laurette de Brune Hilde

C’est à sept ans et quelques semaines que Laurette réalisa que la vie est un bien précieux, et plus précisément, que sa vie à elle, était son bien le plus précieux. Il était 18 h, le jour hésitait à laisser sa place à la nuit. Comme tous les soirs, Laurette entra dans l’étable où il faisait déjà bien sombre. Sa mère, la Bertin, finissait de traire Blanche, une magnifique et solide Brune de trois ans qui remplissait, sans fierté, le seau placé sous son pis. Laurette s’agenouilla près de sa mère et plongea une mesure en aluminium dans le seau. Blanche était si généreuse que ce petit prélèvement était devenu quotidien et autorisé. Mais ce soir-là ce fut bien différent. La Bertin empoigna la nuque de sa fille et lui plongea la tête dans le seau rempli de lait encore chaud. Laurette essaya de se débattre, mais sa mère ne fut pas plus troublée que si ce fut une mouche qui s’y noyait. C’est alors que Blanche intervint. Consciente d’abriter sous sa panse une tentative d’infanticide, elle posa son sabot arrière droit sur le pied gauche de la Bertin. Ce qui eut pour effet immédiat de renverser le seau, la mère et l’issue de la tragédie en cours.

Lire la suite de l'historiette... :
A partir de cette soirée, Laurette cultiva une méfiance continuelle et une haine muette envers sa mère. Elle développa aussi un attachement excessif à la vache et enfin, un profond dégoût pour le lait sous toutes ses formes. Laurette ne parla jamais de ce qui s’était passé dans l’étable, ni à son père, ni à ses frères, ni à l’école. Elle n’en parla qu’avec Blanche, à qui elle demanda de garder le secret, ce que fit la vache.

La Bertin ne raconta pas non plus qu’elle avait tenté de noyer sa fille. On aurait pu la croire ! Car huit mois auparavant, elle était revenue du verger en milieu d’après-midi avec un panier de pommes à cidre au bras gauche et le corps sans vie du Jeannot, le petit frère de Laurette, au bras droit. « Il est tombé du pommier ». C’est tout ce qu’elle avait dit. On enterra Jeannot sans cérémonie, on compta combien d’enfants il restait à cette sombre femme et on se dit à l'entour qu’avec cinq enfants encore vivants, elle s’en remettrait.

Dès lors, Laurette s’appliqua à ne plus jamais se trouver seule avec la Bertin. Protégée, à la ferme, par l’escadron que formaient ses quatre frères, elle continua de grandir sous les yeux menaçants de sa mère, et ceux, fatigués, de son père, passant le plus clair de son temps avec Blanche, quand elle n’était pas à l’école.

Eté comme hiver, après l’école on pouvait voir Laurette sautiller et danser autour de la vache en pâture. Ceux qui passaient à pied pouvait même l’entendre lui réciter ses tables ou ses fables et lui chanter des chansons. C’est ainsi que le village entier conclut que la petite Bertin n’était pas tout à fait normale. Ce qui fut confirmé par Monsieur Boiseau, l’instituteur. En effet, Laurette n’avait aucune amie, ne jouait jamais, mais surtout elle avait des résultats si brillants qu’il en avait informé l’Inspecteur d’académie. Gratifiée de bons points tous les jours, elle les accumulait sans orgueil dans le tiroir de son pupitre et les rendaient à l’instituteur lorsque celui-ci n’en avait plus.

Blanche devint, dans la plus grande discrétion, la vache la plus instruite de la région. Laurette aimait à penser que la vache connaissait désormais des fables, des chansons, savait calculer à quelle vitesse se remplissait une baignoire en cas de fuite, ou à quelle heure se croiseraient deux trains roulant à vitesses différentes. Que comme elle, elle maîtrisait l’histoire depuis Alésia jusqu’à la révolution industrielle, avec une préférence, comme Laurette, pour le Moyen-Âge.

Mais Blanche n’avait pas que des atouts intellectuels.

Avec ses 850 kg et sa jolie robe grise, son port de tête de Diva et ses fines attaches, Blanche se fit remarquer dans un petit concours régional, où le père Bertin l’avait inscrite. Ce fut sans surprise pour Laurette que la vache fut récompensée pour sa démarche, sa taille et sa production laitière et qu’elle revint à la ferme affublée d’une écharpe plus belle encore que celle de Monsieur Boulay, le maire. Le père Bertin cloua le trophée de « Championne », un écusson jaune, à l’entrée de l’étable, et Blanche, imperturbable et modeste, continua à donner ses trente litres de lait quotidiens à la Bertin.

C’est en pleine nuit qu’elle donna naissance à son deuxième veau. Alertée par le bruit inhabituel dans la cuisine, Laurette descendit, déjà chaussée de ses bottes et chaudement vêtue. Son père et sa mère remplissaient des bassines d’eau chaude, sortaient des linges et se couvraient.

Laurette les suivit jusqu’à l’étable. Elle alla chuchoter quelques mots à Blanche avant de grimper dans l’auge pour ne gêner personne. Très vite, le père Bertin comprit que la mise bas allait être difficile. Blanche avait un défaut. Elle avait le canal pelvien un peu étroit.

Il confia Blanche à la Bertin, sortit de l’étable en courant, revint sur ses pas aussi vite, attrapa Laurette dans l’auge et courut chercher de l’aide chez son voisin.

Hélas, ils revinrent trop tard. Sans doute épuisée, Blanche s’était couchée. Le petit groupe, Laurette en tête, ne vit que les bottes de la Bertin. On pressentit que le reste du corps ne pouvait être que sous le poids de l’animal. Laurette enjamba sa mère pour vérifier que Blanche était toujours vivante. Elle fut donc la seule à voir le clin d’œil appuyé que la vache lui adressa avant de fermer paisiblement ses yeux.

Laurette demanda à retourner dans son lit. Le père Bertin s’agenouilla à sa hauteur et lui demanda de choisir le prénom du petit veau. Elle le baptisa Justice. Ce n’était pas l’année des « J ». Et bien que ce ne fut pas non plus un prénom de mâle, il accepta. Laurette quitta l’étable, certaine d’avoir vu un deuxième clin d’œil, celui de son père.



Bonne journée à toutes et tous
La fête est finie, les flonflons ont retrouvé leur tiroir
mais il reste les souvenirs d'une soirée réussie.
Le Beaujolais un vin nouveau, agréable en bouche
cette année maintenant ce n'est pas un grand cru non plus
Mais il nous a permis de se retrouver entre amis et de festoyer.
Tantôt je vais me rendre à ma rando de 2 heures
j'évacuerai le surplus... bon vendredi



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Ven 18 Nov 2016 - 7:36


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Je pense qu'il a un don pour communiquer avec les cheveaux..
Quel beau travail d’équilibre...!!!...
Un grand bravo pour ce travail filmé par Drones , en Camargue , aux Saintes-Marie de la Mer.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 3’12’’


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Sam 19 Nov 2016 - 6:50


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Sam 19 Nov 2016 - 7:28



ça donne envie de s'y promener...

Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Tanguy.
Demain, nous fêterons les Edmond ainsi que les Edma, Edmée, Octave et Octavie.

Le 19 novembre est le 323e jour de l'année du calendrier grégorien, le 324e en cas d'année bissextile. Il reste 42 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 29e jour du mois de brumaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du cormier.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 37
le soleil se couche à 17h 10
durée d'ensoleillement : 9h 33 (-2mn)



Célébrations de demain :
• Journée mondiale de l'enfance
• Journée de l'industrialisation de l'Afrique



Citation du jour :
« Il faut se ressembler un peu pour se comprendre, mais il faut être un peu différents pour s'aimer. Oui, semblables et dissemblables... Ah ! Qu'étranger pourrait donc être un joli mot ! »
Paul Géraldy



Dicton du jour :
« À Saint-Tanguy, toujours temps gris. »



Proverbe du jour :
« Un de ces jours, c'est aucun de ces jours. »



Événement du jour :
1617 :
naissance d'Eustache Le Sueur, peintre français.
Son art reflète une volonté de dépouillement fort rare pour l'époque. Il est aujourd'hui considéré comme un des peintres les plus personnels du XVIIe siècle, car il a su échapper, en partie, à l'influence de l'académisme issu du baroque italien.
1665 : décès de Nicolas Poussin, peintre français.
Nicolas Poussin naît à Andelys le 15 juin 1594, voir la chronique du jour. Il commence à peindre sous l'influence de Quentin Varin et contre l'avis de ses parents. Il fait partie du mouvement classique. Nicolas Poussin apprend à peindre par de brefs séjours dans les ateliers de d'autres peintres. Il ne suit pas de cours académique et est considéré comme un autodidacte. On lui attribue de nombreuses œuvres comme "L'Enlèvement des Sabines", aujourd'hui exposée au Musée de Louvre à Paris. Il décède le 19 novembre 1665 à Rome.
1946 : affrontement dans le port de Haïphong entre une jonque chinoise et la douane française.
Les militaires français exploitent cet incident pour tenter de reconquérir le Nord du Vietnam, où les communistes de Hô Chi Minh ont pris le pouvoir après le retrait des Japonais, à la fin de la deuxième guerre mondiale.
1978 : Dans la jungle de Guyane, en Amérique du Sud, 914 membres de la secte américaine Temple du peuple périssent, la très grande majorité par suicide en absorbant du poison, sur l'ordre du dirigeant Jimmy Jones. Plusieurs qui essaient de fuir sont rattrapés et abattus, tandis que 80 personnes échapperont à la mort.
2012 : Moody's abaisse la note de la dette de long terme de la France de AAA à AA1.



L'historiette :
Le chat dans la cour de Christian Pluche

Jean n’aime pas les chats. En général il les chasse en faisant « pschttt ! », et ça suffit à les faire partir de la cour. Mais celui-là est différent. Il est apparu du jour au lendemain. Et maintenant l’animal est toujours là quand Jean ouvre les volets de la chambre. Le félin le fixe d’un regard étrange et mystérieux, comme pour lui dire quelque chose, lui transmettre un message, un secret. Le chat est assis sur ses pattes arrière, sans bouger. Au début Jean n’y a pas prêté attention. Puis le manège de l’animal l’a intrigué. Cela fait maintenant un mois que ce rendez-vous quotidien se répète. Quand il ouvre les volets...

Lire la suite de l'historiette... :
Chaque matin l’animal est au rendez-vous. Toujours assis sur ses pattes arrière. Il l’attend et l’observe avec intensité de longues secondes. Jean reste à la fenêtre et observe l’animal un instant à son tour. Puis le chat reprend sans se hâter son chemin et l’ignore superbement jusqu’au lendemain. C’est toujours le même chat, Jean en est certain. Pelage blanc et roux avec une tâche noire sur le sommet du crâne. Pas très gros, preuve qu’une vieille dame ne le bourre pas de croquettes. Pas d’affiche dans le quartier pour annoncer la disparition d’un chat, il vient de nulle part et n’a pas de nom. Il l’appelle le chat, c’est tout.

Jean n’en a pas parlé à Betty. Elle se moquerait de lui, mais là, ce matin, il veut en avoir le cœur net :

— Tu n’as rien remarqué quand j’ouvre les volets... ou dans la cour en partant au bureau ?
— Non Jean, qu’est-ce que j’aurais dû voir ?
— Un mois que ça dure ! Toujours le même chat assis au même endroit qui attend le moment où j’ouvre les volets de notre chambre et...
— Tu te fais des idées, c’est ridicule ! Bientôt tu vas me dire qu’il a des choses à te dire et qu’il attend le bon moment ! Betty rit doucement en déposant un baiser léger sur sa bouche. Elle arbore un sourire gentiment moqueur chargé d’incompréhension. Jean se renfrogne avant d’ajouter :
— J’en suis sûr, ce chat n’est pas là par hasard, tu te rends compte, tous les jours depuis un mois...

Jean est parti en déplacement, laissant à Betty le loisir d’ouvrir les volets. Trois jours à Montpellier pour un séminaire d’entreprise. Au téléphone, il a failli demander à Betty si le chat était là quand elle ouvrait les volets. Il ne l’a pas fait par peur de moqueries. Sur le chemin du retour, Jean s’interroge. L’animal est-il parti ? Il l’imagine mal attendre patiemment son retour. Il s’est habitué à cette présence discrète et silencieuse. Il n’aime pas les chats mais celui-là... il lui manquera s’il ne revient pas.

Jean attend avec curiosité le moment d’ouvrir les volets. Trois jours d’absence, le chat se sera peut-être lassé ? Il aurait pu laisser les volets ouverts pour surveiller le manège de l’animal qui épie son réveil. Betty a besoin de l’obscurité pour dormir. Elle l’aurait pris pour un fou... Le chat l’observe avec insistance puis s’en va, comme d’habitude.

Le matin suivant, Jean voit la scène habituelle avec une impression étrange. Il est assis dans le jardin à guetter, à attendre, cela lui fait tout drôle... qui va ouvrir les volets aujourd’hui ? Betty apparaît dans l’encadrement de la fenêtre et se retourne vers l’intérieur de la chambre sans lui prêter attention.

— Jean ? Jean ? Tu es déjà levé ? Le chat est là, je crois qu’il t’attend...



Bonne journée à toutes et tous

On va passer une journée pas avec le Dieu Soleil
mais surement avec le Dieu de la Pluie, elle s'invite enfin
Pour le moment il fait encore bien nuit
Sieur le coq dort encore au milieu de ses nanas les poules
La journée devrait être tranquille entre courses et ménage.
Les petits marchés de Noël commence à se monter ici ou là
Faudra que je complète mes santons pour la crèche
à force d'en casser ben... il en manque





avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Opaline le Sam 19 Nov 2016 - 8:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Dim 20 Nov 2016 - 6:43



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Edmond ainsi que les Edma, Edmée, Octave et Octavie.
Demain, nous fêterons La Présentation de la Vierge

Le 20 novembre est le 324e jour de l'année du calendrier grégorien, le 325e en cas d'année bissextile. Il reste 41 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 30e jour du mois de brumaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du rouleau.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 38
le soleil se couche à 17h 09
durée d'ensoleillement : 9h 31 (-2mn)



Célébrations :
• Journée mondiale de l'enfance
• Journée de l'industrialisation de l'Afrique



Célébrations de demain :
• Journée mondiale de la télévision



Citation du jour :
« Il est plus honteux de se défier de ses amis que d'en être trompé. »
Duc François de La Rochefoucauld



Dicton du jour :
« À la Saint-Edmond, le temps n'est pas bon. »



Proverbe du jour :
« Si traîtresse que soit la mer, plus traîtresses sont les femmes. »



Événement du jour
1759 : défaite de la flotte française face aux Anglais, « Bataille des Cardinaux »
Le 20 novembre 1759, la Royal Navy remporte l'une de ses plus grandes victoires lors de la Guerre de Sept ans, en battant l'escadre de Brest dans la bataille des Cardinaux. La marine française, déjà très affaiblie en raison du manque d'argent et de différentes épidémies, est facilement battue par la flotte britannique, et subit de très larges pertes dans la baie de Quiberon, incapable de disputer la maîtrise des mers aux Anglais. La "Guerre de sept ans", qui oppose la France, la Russie et l'Autriche à l'Angleterre et la Prusse a débuté en 1756.
1873 : naissance du septennat déjà en catimini.
Le 20 novembre 1873, en France, l'Assemblée nationale vote une loi qui confie la Présidence de la République au maréchal de Mac-Mahon pour sept ans. Cette mesure prise à titre conservatoire sera appelée à durer... 127 ans…
1877 : Thomas Edison hurle les mots de la comptine Mary had a little lamb dans une machine de son invention qu'il a construite à Menlo Park, dans le New Jersey, et reproduit ensuite l'enregistrement. Le phonographe est né; pour la première fois quelqu'un a réussi à enregistrer, puis à reproduire un son au moyen d'une pellicule d'étain enroulée sur un cylindre.
1907 : naissance d'Henri-Georges Clouzot.
Henri-Georges Clouzot naît à Niort le 20 novembre 1907. À la fois réalisateur, scénariste, dialoguiste et producteur, il est très connu pour ses thrillers comme le Salaire de la peur ou les Diaboliques. Il est l'un des trois seuls réalisateurs, avec Robert Altman et Michelangelo Antonioni, à avoir reçu le Lion d'or, la Palme d'or et l'Ours d'or.
1953 : Dien Biên Phu.
Dans le cadre de "l'opération Castor", 2 bataillons de parachutistes français des commandants Bigeard et Bréchignac et s'emparent de Dien Biên Phu. L'objectif était d'attirer le corps de bataille Viet et de le détruire par une bataille classique, comme l'armée française l'avait brillamment réussi peu de temps avant.



L'historiette :
Portrait robot de K57

Vue aérienne des quartiers chics de Bronsville.
Plongée à l’angle de la trente deuxième et de Loods Boulevard.
L’homme au coin de la rue qui distribue des avis de recherche aux passants est l’inspecteur Ducan.
On voit ses larges épaules et sa calvitie naissante.

Lire la suite de l'historiette... :
Agrandissement. Sur l’affiche on peut lire qu’un sérial killer, baptisé par les médias « El Diablo », est activement recherché dans le district où il a commis son vingt-septième meurtre.
Au-dessus du texte, un portrait robot.
C'est celui de l’inspecteur Ducan.

La majorité des gens, après avoir vaguement écouté l’inspecteur les exhorter à étudier attentivement « cet homme... Peut-être un de leurs proches... », froisse le tract avant de le jeter dans la première poubelle rencontrée, non sans s’être dit qu’elle avait l’impression d’avoir déjà croisé ce visage. Tant mieux pour elle.

Les rares qui le reconnaissent constituent ses victimes.
Contre-plongée. On saisit l’instant où leurs regards se croisent.
Ducan ne vit que pour ce moment. Celui où il en sait un tout petit peu plus que la future victime qui sait qu’elle va mourir... Lui sait quand !

Elle est courte l'historiette mais elle fait froid dans le dos...



Bonne journée à toutes et tous
Un dimanche pluvieux pour beaucoup d'entre nous
normal l'automne est à son apogée en attendant l'hiver
par moment elle nous en donne le gout d'un hiver neigeux
la neige à Noël ce serait magnifique, vous ne trouvez pas ?





avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Dim 20 Nov 2016 - 6:57


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

15 photos avant et après un tremblement de terre en Italie.

Pour reconstituer les deux photos complètes (avant & après), vous n’avez qu’à bouger la LIGNE NOIRE du centre de la photo, vers la droite et la gauche pour voir la différence et les comparer au complet.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Lun 21 Nov 2016 - 6:50


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le public presque entièrement masculin,
Pas de chef d'orchestre,
Pas de partition pour les violonistes et la contre bassiste
violons et contre basse synthétiques et électriques.............

Que des Femmes! Un plaisir à voir et à écouter.
Y a pas que du mauvais chez Kim-Jong-un ( Corée du Nord )


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Lun 21 Nov 2016 - 6:53



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons La Présentation de la Vierge Marie.
Demain, nous fêterons les Cécile ainsi que les Célia et Shéila

Le 21 novembre est le 325e jour de l'année du calendrier grégorien, 326e en cas d'année bissextile. Il reste 40 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 1er jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la raiponce.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 39
le soleil se couche à 17h 09
durée d'ensoleillement : 9h 29 (-2mn)



Célébrations :
• Journée mondiale de la télévision



Citation du jour :
« Quelle vanité que la peinture qui attire l'admiration pour la ressemblance de choses dont on n'admire point les originaux. »
Blaise Pascal



Dicton du jour :
« Quand il gèle en novembre, adieu l'herbe tendre. »



Proverbe du jour :
« Qui jeune est fou, vieil en a les frissons. »



Événement du jour :
1430 : Jean de Luxembourg vend Jeanne d'Arc aux Anglais.
1783 : premier voyage humain en montgolfière.
Le 21 novembre 1783, François Pilâtre de Rozier et le marquis d'Arlandes s'envolent à bord d'un ballon à air chaud. Ils sont les premiers hommes qui échappent à la pesanteur terrestre.
1831 : révolte des canuts à Lyon, dont l'immense majorité vient du quartier de la Croix Rousse.
1991 : Gérard d'Aboville débarque dans le port d'Ilwaco aux États-Unis après avoir traversé le Pacifique en solitaire et à la rame en 134 jours. Il aura affronté les vents, les tempêtes, les typhons et les accidents du monocoque pour parvenir à cet exploit que les journaux ne manqueront pas de saluer en titrant "Il a ramé, il a galéré, il a triomphé".



L'historiette :
Chair illicite de Yann Moe

Dire que Francine Joubert était une femme sans histoire était un doux euphémisme. Secrétaire administrative, âgée de cinquante-sept ans, célibataire, elle avait une vie d’une banale tranquillité. Pourtant, aujourd’hui, elle entrait officiellement dans l’illégalité.
Marchant dans la rue au milieu des passants, elle s’efforçait de faire bonne figure. Un sourire forcé masquait timidement son inquiétude. Elle s’efforçait de contrôler son allure : ni trop rapide pour ne pas donner l’impression de fuir ; ni trop lente pour ne pas attirer l’attention. Son seul but était de se fondre dans la masse, de friser l’invisibilité. Discrètement, elle jetait de brefs coups d’œil à droite et à gauche, se retournait parfois, pour être sûre de ne pas être suivie. Son attention se portait également vers le ciel. Un drone aurait pu la prendre en filature. Jusqu’à présent, elle n’avait rien remarqué de suspect. Elle fixait aussi fréquemment vers le sol, en direction de son sac à main qui contenait le fruit de son délit. Ce sac lui semblait peser une tonne. L’anse lui brûlait la main.

Lire la suite de l'historiette... :
Non sans un dernier coup d’œil en direction de la surface, elle pénétra dans les entrailles du métropolitain.
Sur le quai, elle ne put s’empêcher de détailler les visages des autres voyageurs. Y avait-il parmi eux un policier en civil ? Personne ne posait les yeux sur elle, personne ne semblait se préoccuper d’elle. La rame arriva. Elle choisit le premier wagon, s’assit le plus en avant possible et posa son sac à main sur ses genoux. De là, personne ne la voyait, et elle pouvait contrôler l’intégralité de la voiture à travers la vitre rendue opaque par l’obscurité du tunnel. Certains lisaient, d’autres écoutaient de la musique, les plus jeunes regardaient des vidéos. Il y avait pourtant cet homme, vêtu d’une casquette. Elle l’avait déjà vu dans la rue. Mon Dieu, elle était suivie !
Son cœur se mit à cogner contre sa poitrine. Ses mains commencèrent à transpirer abondamment.
Francine, calme toi, se dit-elle intérieurement.
Elle expira profondément, essaya de contrôler sa respiration pour faire descendre son rythme cardiaque.
De toute façon, il était temps de descendre pour attraper sa correspondance. La rame s’arrêta, les portes s’ouvrirent. Elle attendit quelques instants et se précipita à l’extérieur juste avant que les portes ne se referment. Elle continua d’un pas décidé vers sa liaison suivant le flot humain des autres passagers. Elle arriva sur le quai de la ligne 9. Le train était déjà présent. Elle se précipita à l’intérieur.
La sirène de départ retentit, les portes se refermèrent, bloquées soudain par une main puissante. Elles s’ouvrirent de nouveau. L’homme à la casquette se glissa dans le wagon.
Cette fois, plus de doute, elle était suivie. Elle imagina immédiatement abandonner son sac dans le métro, sur un quai, dans la rue. Mais, bon sang, elle avait eu tant de difficultés à obtenir ce qu’elle voulait ! Il avait fallu faire confiance à des hommes franchement louches, proches de la mafia. Elle avait payé tellement cher ! Et elle en avait tellement envie !
Mais non, Francine, c’est une coïncidence. Cet homme emprunte juste le même itinéraire que toi.
Elle le dévisagea, essayant de savoir qui se cachait sous ce couvre-chef. Il tourna la tête, la regarda, lui sourit. Elle crut se décomposer, se liquéfier.
Son arrêt fut annoncé. Elle descendit, tentant d’être la plus naturelle possible. Après quelques mètres, elle se retourna pour fixer son wagon. L’homme à la casquette n’esquissa pas le moindre mouvement.
Ce fut alors un tsunami de soulagement qui envahit le corps et la tête de Francine. Toutes ses inquiétudes, ses angoisses n’étaient que le fruit de son imagination. Cette supposée traque n’était qu’un malencontreux hasard.
Soulagée, elle rentra chez elle d’un pas léger.

Elle posa son sac à main sur la table du salon et en extirpa l’objet de son désir. Elle resta quelques secondes à le contempler. Cela faisait si longtemps qu’elle n’en avait pas vue. Devant elle, reposait une énorme entrecôte.
Elle en avait tellement marre des steaks hachés de criquets ou de vers de farine. Avec les nouvelles restrictions, le gouvernement n’autorisait plus que cent cinquante grammes de protéines animales par semaine. Avec ce morceau, elle faisait exploser ce quota.
De plus, il était devenu si difficile de trouver de la viande de bœuf ! Elle se remémora sa jeunesse. Elle se souvint de blanquette de veau, d’osso bucco, de bœuf bourguignon. Tous ces plats relevaient actuellement du pur fantasme. Les associations de protection animale avaient gagné. La lutte contre le dérèglement climatique était devenu une priorité. L’élevage était devenu ultra-contrôlé.
Elle ne remettait pas en cause ces avancées. Elle les cautionnait même. Mais, à cet instant précis, elle se fichait totalement de la Planète ou de la Loi. Elle n’avait qu’une seule envie : savourer cette entrecôte bouchée après bouchée.
Non sans une certaine excitation, elle sortit la poêle du placard, la plaça sur la plaque de cuisson et mit la puissance au maximum. Elle sala chaque face, saisit rapidement l’entrecôte des deux côtés : elle aimait la viande saignante. Elle plaça le morceau légèrement suintant dans son assiette. Elle n’avait prévu aucun accompagnement. Elle voulait juste savourer le goût du bœuf.
Elle s’assit et attrapa son couteau et sa fourchette.

Soudain, des coups furent frappés à la porte.
— Madame Joubert, Police verte. Ouvrez immédiatement.
Elle comprit sur le champ que son arrestation était proche et saisit son erreur : dans l’excitation, elle avait oublié de mettre en route la hotte aspirante. L’odeur de la cuisson avait dû alerter les voisins. Ils avaient appelé la Police. Ou alors avait-elle été suivie...



Bonne journée à toutes et tous
Aujourd'hui c'est un nouveau jour, un beau jour
Une nouvelle semaine commence et de nouvelles
aventures pour nous les ami(e)s arrivent.
Vivons pleinement et profitons de ces moments.
Bon lundi à vous les ami(e)s.



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Mar 22 Nov 2016 - 6:32


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour les amateurs de billard

C'est carrément de la folie Incroyable ce que l'on peut faire avec une queue et des boules...

Quand on est doué ..... Mauvais esprits, taisez-vous !...

Admirez jusqu'à la fin ! Ce mec est d'une précision diabolique...!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Invité le Mar 22 Nov 2016 - 6:52



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Cécile ainsi que les Célia et Shéila.
Bonne fête à notre Cécile (pseudo)
Demain, nous fêterons les Clément ainsi que les Clémentine et Rachilde.

Le 22 novembre est le 326e jour de l’année du calendrier grégorien, 327e en cas d’année bissextile. Il reste 39 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 2e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du turnep.



à Marseille :
le soleil se lève à 7h 41
le soleil se couche à 17h 07
durée d'ensoleillement 9h 27 (-2mn):
(aujourd'hui il est un peu en morceaux le soleil)



Citation du jour :
« Il y a du bonheur dans toute espèce de talent. »
Honoré de Balzac



Dicton du jour :
« Pour la Sainte Cécile, chaque fève en fait mille. »
« Planté à la Sainte-Cécile, chaque pois va en donner mille. »



Proverbe du jour :
« Quand le chariot est brisé, beaucoup de gens vous diront par où il ne fallait pas passer. »



Événement du jour :

1675 : Römer mesure la vitesse de la lumière.
Le 22 novembre 1675, à l'observatoire de Paris, Olaüs Römer (ou Roemer) réussit à évaluer la vitesse de la lumière. Son résultat, 200.000 kilomètres par seconde, est remarquablement proche de la mesure actuelle (300.000 km/seconde). L'astronome danois s'est servi de l'observation des « planètes médicéennes » (les satellites de Jupiter), découvertes par Galilée le 7 janvier 1610.
1963 : John Fitzgerald Kennedy est victime d'un attentat à Dallas, peu avant la fin de la 3e année de sa présidence.
Âgé de 46 ans, le président effectue une visite dans la ville texane au cours d'un voyage à travers les États-Unis. Alors qu'il traverse le centre-ville à bord d'une voiture décapotable, accompagné de sa femme et du gouverneur du Texas John Connally, trois coups de feu éclatent du 5e étage d'un entrepôt proche du parcours officiel.
Grièvement blessés, Kennedy et Connally sont transportés au Parkland Memorial Hospital ; le président mourra 30 minutes après l'attentat sans avoir repris connaissance. Un peu plus de trois quarts d'heure après le décès de Kennedy, le vice-président Lyndon B. Johnson prête serment, dans l'avion qui le ramène à Washington, et devient le 36e président des États-Unis. Entre-temps, la police a arrêté un ancien Marine, Lee Harvey Oswald, soupçonné d'être l'auteur de l'assassinat.



L'historiette :
Double vue de Véro Lo

Le cabinet de consultation que j’ai aménagé au premier étage de la maison est toujours plein à craquer. Les clients défilent du matin au soir. Des hommes, des femmes, des jeunes et des moins jeunes, des dentistes, des secrétaires, des avocats, des agents de service... Un véritable microcosme de la société.
C’est ma mère qui m’a transmis son don de voyance. Elle-même l’avait hérité de ma grand-mère, une vraie peau de vache qui prenait un malin plaisir à annoncer les malheurs les plus terribles, voire à les amplifier. Avec elle, un ongle incarné se transformait vite en gangrène irréversible et la dispute conjugale finissait à coup sûr par un divorce avec pertes et fracas. L’arrière-cuisine sombre et malodorante qui accueillait ses activités ajoutait par son décor à l’effroi qui se lisait sur le visage des pauvres gens au sortir de leur consultation. Confinée à la maison à moucher ses cinq marmots, elle avait trouvé le moyen de faire de son don la seule distraction de sa misérable vie.


Lire la suite de l'historiette... :
Madame Michel, enceinte pour la troisième fois, se présenta un soir d’hiver devant la maison de campagne où vivaient mes grands-parents. Elle voulait savoir si une fille ou un garçon allait rejoindre la petite famille. Elle tapa timidement au carreau de la porte, et une silhouette un peu voûtée la fit entrer. Les voisins racontèrent le lendemain qu’elle était ressortie une demi-heure plus tard, chancelante et comme terrorisée. Personne ne sut jamais ce que ma grand-mère avait pris tant de joie à lui annoncer. Six mois plus tard, madame Michel accouchait d’un enfant mort-né.

Ma mère ne fut pas plus mesurée. Elle fut longtemps dans le déni le plus complet, attribuant ses « putains de visions » comme elle les appelait, à une fatigue passagère ou un manque de sommeil. C’est bien simple, elle n’y accordait aucun crédit. Selon elle, elle rêvait éveillée et ses fulgurances n’étaient que le fruit d’une imagination qu’elle estimait débordante malgré elle. Bref, ce n’était pour elle ni un don, ni une malédiction, juste un léger dysfonctionnement de son cerveau qui se mettait parfois à disjoncter, mais qu’elle soignait consciencieusement à grands coups de whisky-coca.

Plus jeune, elle n’avait pas prévu que sur la pente glissante et alcoolisée qu’elle empruntait régulièrement, un obstacle se présenterait bientôt à elle. Je vis le jour par surprise un premier avril. Le déni de grossesse faisait comme un écho au déni de son don. Le whisky avait eu raison de ma constitution fragile. Je naquis légèrement bancale.

Je n’en ai jamais tenu rigueur à ma mère. Les moqueries de mes camarades de classe ont rapidement cédé la place à leur admiration sans borne. Une fois par semaine, au fond de la cour de récréation, je monnayais discrètement mes prédictions. Le petit pécule accumulé remplaçait l’argent de poche que je n’ai jamais reçu.

Je n’ai jamais eu peur de mes facultés de voyance ni de mes visions. Je les accueille toujours avec bienveillance. Elles sont un formidable outil de communication et d’empathie.

Mais l’annonce de mauvaises nouvelles reste toujours une grande difficulté que je tente de contourner. Mardi dernier, un jeune homme qui voulait en savoir plus sur son avenir a poussé la porte de mon cabinet. Un gars solide, d’une beauté sombre et fascinante. Je lui ai conseillé de se tenir à distance des armes à feu. Pourtant, je sais très bien qu’il ne survivra pas à la décharge du fusil qu’il pointera sur son cœur un soir prochain.

Et puis j’ai rencontré David. Le jour où il est venu me consulter, il était inquiet quant à son avenir professionnel. Il était charmant, charmeur, drôle, sûr de lui, un brin macho. Très attentif à mes conseils, il était revenu plusieurs fois, cherchant toujours à en savoir davantage. Il me posait beaucoup de questions sur ce qui l’attendait dans le futur, mais petit à petit, aussi sur moi. J’ai vite compris que ses visites répétées étaient devenues un prétexte pour venir me voir et tenter d’entrer dans ma vie. Je le repoussais gentiment mais fermement. Au fond, je prenais tout ça pour un jeu.

Je n’avais pas prédit qu’il me laisserait un jour à moitié morte sur le tapis fleuri de mon cabinet, le corsage déchiré et la jupe à demi relevée...



Bonne journée à toutes et tous
C'est encore une journée maussade qui se prépare
la pluie est déjà là, le vent pas bien loin il va se pointer
avec une force inouïe, l'automne bat son plein
et le tempête se profile à l'horizon, nous sommes en alerte
J'espère que chez vous le temps est plus clément.



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Novembre 2016

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum