Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Lun 1 Aoû 2016 - 6:32

Rappel du premier message :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
Le Gamin d'Etupes
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas


Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Ven 19 Aoû 2016 - 6:37


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Smith & Wesson sans port d'arme !

Cette dame peut aller seule au distributeur de billets ou ailleurs...
Elle n'a jamais eu aucun problème avec les agresseurs, les violeurs, les mendiants, les loubards, les punks, ou les emmerdeurs, etc..................

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

 Smith, c'est celui de gauche !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Opaline le Ven 19 Aoû 2016 - 9:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
Opaline
Opaline
Admin

Messages : 630
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Sam 20 Aoû 2016 - 6:33


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Une vraie petite merveille, bonne journée,
 
Prenez 10 mn de votre temps pour regarder  cette vidéo qui est tout simplement sublime
et certaines scènes très émouvantes !!!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
Le Gamin d'Etupes
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Opaline le Sam 20 Aoû 2016 - 6:47

Bonjour tout le monde
Magnifique vidéo cher Jean. Merci

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Enregistrer

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
Opaline
Opaline
Admin

Messages : 630
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Invité le Sam 20 Aoû 2016 - 8:28


Istres le port et son quartier des Heures Claires

Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Bernard de Clairvaux ainsi que les Philibеrt, Philibеrtе, Samuel et Samy.
Demain nous fêterons Ahmed, Christophe, Grâce, Gracieuse,
Noémie, Ombeline

Le 20 août est le 232e jour de l'année du calendrier grégorien, le 233e en cas d'année bissextile. Il reste 133 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 3e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la vesse-de-loup.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 49
le soleil se couche à 20h 33
durée d'ensoleillement : 13h 43 (-3mn)
beurk... et beurk... le jour qui décline



Citation du jour :
« Celui qui excelle ne discute pas, il maîtrise sa sсiеnсе еt sе tаit. »
Li Eul, dit Lao-Tseu



Proverbe du jour :
Le succès est la somme de petits efforts répétés jour après jour,
Léo Robert Collier



L'évènement du jour :
1625 : naissance de Thomas Corneille : écrivain français.
1860 : naissance de Raymond Poincaré.
Raymond Poincaré naît à Bar-le-Duc. Il occupe cinq fois le poste de président du Conseil. En 1913, il devient président de la République, pendant toute la Première Guerre mondiale. Après la guerre, il fait occuper la Ruhr, car l'Allemagne refuse de payer les " réparations de guerre ". Une religieuse française, Claire Ferchaud l'a approché plusieurs fois pendant la première guerre mondiale, pour lui demander au nom du Christ de faire apposer le Sacré-Cœur sur le drapeau français. Il décède le 15 octobre 1934 à Paris.
1980 : Joe Dassin est foudroyé par une сrisе саrdiаquе dаns un rеstаurаnt dе Tаhiti, où il est attablé avec sa mère et ses fils.



L'historiette :
16h - Clémence de Lynda Guillemaud

Tout ce qui l'intéressait, c'était de la revoir. Une fois, juste une.
Cela faisait trois jours qu'on lui demandait de se justifier pour quelque chose qu'il avait fait sans réfléchir. Il savait de toute façon qu'il n'avait aucune excuse. Comment expliquer à des gens biens portants qu'il avait tiré une balle sur son meilleur ami parce qu'il avait eu la mauvaise idée de dire qu'il trouvait sa copine très à son goût ?

Lire la suite de l'historiette...  :
Paul savait bien que François ne tenterait jamais rien avec Clémence. Mais voila, Paul était jaloux. Alors oui, il avait tiré. Oui, il l'avait fait de sang-froid. Non il ne regrettait pas. À quoi ça sert de regretter ? Cela ne ferait pas revenir François. Ni Clémence. Horrifiée, elle avait pris ses jambes à son cou en découvrant les faits.
Alors Paul n'avait plus rien à perdre, il avait déjà tout perdu. Il savait que tout était perdu. Tout ce qui l'intéressait dans ce procès, c'était qu'il allait revoir Clémence. C'était marqué sur la feuille : « 16h - Témoignage de Clémence Feildent ».
La pendule de la grande cour d'assises de Tours marquait 15h38. Il faisait une chaleur terrible, suffocante. La salle n'était même pas pleine. Assis dans le boxe des accusés, Paul observait ce qui l'entourait avec un flegme déroutant pour le public présent. Et plus l'heure avançait et plus il paraissait absent. Affable, il répondait aux questions en donnant du « Monsieur le président » sans une once d'ironie.
15h47. Déjà, il n'était plus là. La cour n'était plus qu'un halo vague, un brouhaha de respirations et de chuchotements informes. Paul sentait la sueur commencer à rouler sur sa nuque, dans son dos. Quelque chose bourdonnait à ses oreilles, de plus en plus sourd, de plus en plus prégnant. Paul se trémoussa un peu sur son banc, pour chasser le malaise qui le prenait. Lui qu'on considérait d'ordinaire comme un gros dur se sentait faible comme un bébé. Il n'écoutait plus les avocats, le procureur, le président. Les yeux rivés sur sa feuille, il ne voyait plus que « 16h - Clémence ».
Le procureur lui posa une question ; Paul répondit au hasard - oui. Peut-être que c'était non. Il n'avait pas écouté. La grande aiguille de l'horloge avait sauté sur le douze. Il était seize heures. Une goutte de sueur tomba de son front sur sa feuille, auréolant « Clémence » d'un cercle liquide étoilé, comme une larme. Dans le boxe des accusés, on ne voyait presque plus Paul, qui s'affaissait, voûté, comme sous le poids d'une terrible charge.
— Faites entrer mademoiselle Clémence Feildent.
Paul sursauta et leva la tête, transfiguré. Clémence avança jusqu'à la barre, les yeux baissés, magnifiquement belle, émouvante, adorable. Elle prêta serment avec sa voix cristalline. Paul la dévorait des yeux. Plus rien n'existait autour de lui, sauf elle. Si seulement elle pouvait lui accorder un regard !
Paul avait de plus en plus chaud mais un frisson le parcourait en même temps. C'était insupportable et délicieux.
Le témoignage de Clémence touchait à sa fin, Paul ne l'avait pas quittée des yeux. Enfin, elle tourna la tête vers lui et le cœur de Paul flamba. Il sourit, malgré les larmes contenues dans les yeux de Clémence. Elle était belle. Autour d'eux, la salle n'existait plus. Tout était blanc.
— Pourquoi as-tu fait ça, Paul ? demanda la voix de Clémence, sans bouger les lèvres.
— Je ne sais pas, répondit Paul de la même façon. Tout ce que je sais, c'est que je t'aime.
Aucune parole ne fut entendue ce jour-là par l'assemblée. C'était comme si Paul et Clémence avaient communiqué par télépathie.
— Je t'aime, Clémence, répéta Paul.
— Je t'aime aussi. Adieu.
Paul sourit encore et hocha la tête. Clémence tourna les talons, salua la cour et quitta la salle. Dans le boxe des accusés, un grand bruit se fit entendre.
Paul venait de s'écrouler, sans connaissance. Son cœur s'arrêta de battre à 16h57. La lourde porte de chêne venait de se refermer derrière Clémence.
Il n'y eu pas de condamnation à l'issue du procès, ce jeudi 14 février, jour de la Saint-Valentin.



Bonne journée à toutes et tous
C'est un samedi d'aout, un samedi d'été
profitons ça passe si vite et les premiers
frimas seront vite là et Mr Hiver pointera
le bout de son nez après avoir avalé l'automne.


Balade de la romaniquette Istres

Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Dim 21 Aoû 2016 - 6:55


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
Le Gamin d'Etupes
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Invité le Dim 21 Aoû 2016 - 7:52


Marseille "Le Palais Longchamp"

Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Christophe de Cordoue ainsi que les Ahmed, Grâce, Gracieuse, Graziella, Noémie, Ombeline, Pie X et Privat.
Demain, nous fêterons les Fabrice ainsi que les Siegfried et Symphorien.

Le 21 août est le 233e jour de l'année du calendrier grégorien, le 234e en cas d'année bissextile. Il reste 132 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 4e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l'escourgeon.



à Marseille :
le soleils se lève à 6h 50
le soleil se couche à 20h 31
durée d'ensoleillement : 13 40 (-3mn)



Citation du jour :
« Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. »
Jean de La Fontaine



Dicton du jour :
« Pluie violente à la
 Saint-Christophe peut mener à la catastrophe. »


    
Proverbe du jour :
« Les grandes douleurs sont muettes. »



Événement du jour :
1665 : naissance de Giacomo Filippo Maraldi, mathématicien et astronome français.
1725 : naissance du peintre Jean-Baptiste Greuze
Jean-Baptiste Greuze est un peintre et dessinateur français. Elève du peintre Grandon à Lyon, puis de Charles-Joseph Natoire à l'Académie Royale de peinture et de sculpture. En 1755, sa toile "Père de famille expliquant la Bible à ses enfants" le rend très célèbre. Il entreà l'Académie en 1769. C'est lui qui peint le premier portrait connu du futur empereur Napoléon Bonaparte.
1911 : vol du tableau de la Joconde, à Paris.
Lire la suite des évènements...  :
Le plus célèbre tableau du monde, la "Mona Lisa" de Léonard de Vinci disparaît de la Grande Galerie du Louvres où elle était accrochée depuis 1804. Après deux ans de recherches, le tableau est retrouvé à Florence. Son voleur, Vincenzo Perugia, un peintre en bâtiment, est arrêté alors qu'il tente de le revendre à un antiquaire en 1913.
1938 : Daladier, président du Conseil, annonce son intention d'assouplir la loi des 40h.
Il s'agit, déjà (!), de "remettre la France au travail". Son idée consiste à permettre les heures supplémentaires. Il fait remarquer qu'en Allemagne au même moment on travaille 70h
1986 : Les habitants d'un village proche du lac volcanique de Nyos au Cameroun, près de la frontière du Nigéria, sont tous retrouvés morts, sans blessure apparente, dans des postures laissant entendre qu'ils étaient occupés par leurs activités habituelles. Le mystère sera résolu quelques jours après : une poche de gaz toxique s'est accumulée peu à peu au fond du lac et s'est brutalement libérée formant une bulle d'air mortel qui s'est déplacée lentement sur les environs, faute de vent pour la dissiper, provoquant plus de 1700 victimes.



L'historiette :
Home jacking de Patricia BD

Ma courte vie avait très mal commencé. Je me sentais seule, perdue, jusqu’à ce qu’elle me prenne dans ses bras et que je découvre la tendresse, la douceur de vivre et le bonheur d’être aimé.
« Finis ton biberon pour faire plaisir à Mamounette mon petit amour. » Mamounette, c’est elle, la personne la plus gentille, celle qui s’occupe de moi, me fait plein de câlins, me donne à manger et comme j’ai peur de la solitude et que je pleure toute la nuit, me laisse dormir dans sa chambre. Pas dans son lit, ça ne se fait pas, c’est une mauvaise habitude ! (Il ne faut le dire à personne mais tous les soirs je m’endors blottie contre elle, en sécurité).

Lire la suite de l'historiette...  :
C’est quoi, ce bruit ? Tout à coup, la porte s’ouvre en grand et la lumière s’allume. Deux ombres entrent. La grande ombre vient près du lit et la très grande cherche par terre.
— Tu vois, toutes les mêmes, dit la très grande ombre, elles mettent leur sac à côté du lit ! En cas d’intrusion ! Parce qu’elles pensent qu’on ne trouvera pas le chemin de leur chambre ! Dans une maison de plain-pied en plus !
Très Grande Ombre ouvre le sac, vide tout puis hurle :
— Le code ! C’est quoi ton code ?! Mamounette est terrifiée, elle ne bouge plus, ne respire presque plus, son cœur bat vite, de plus en plus vite, elle me serre contre elle très très fort. J’ai peur ! Grande Ombre ne crie pas, il s’approche du lit, le cœur de Mamounette bat encore plus vite, il m’attrape et dit :
— C’est ton bébé ça ? Ton petit trésor ? Choisis : tu nous donnes ton code tout de suite ou je le passe par la fenêtre. La ruelle est déserte, derrière ce sont des champs et tous les voisins sont rentrés à cette heure-ci. C’est un quartier tranquille, plein de petits vieux qui se couchent avec les poules ou mettent la télé à plein volume. Ton petit trésor va tomber dans la neige, il peut crier et toi aussi, personne ne vous entendra.
Mamounette ouvre la bouche mais elle n’arrive pas à parler.
— « Comme tu veux !». Grande Ombre ouvre la fenêtre, les volets et me jette dehors. J’entends « Nonnnnnnnnnnn !» puis plus rien. J’ai peur dans le noir, j’ai froid dans tout ce blanc, je crie. Quelqu’un grogne et respire fort ! Grande Ombre vient me chercher ? Non, c’est pire, c’est un monstre ! « Au secouuuuurs ! ».

Tout le quartier des Myosotis est en effervescence ce soir. Malgré l’heure tardive, le froid, la neige, les habitants sont dehors. Il y a tellement de lumières clignotantes : la police, les pompiers, le Samu, qu’on se croirait à Noël. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre : « Madame Martin a été agressée chez elle par deux cambrioleurs ». Sa fille arrive, la rue est bloquée. Le temps de remonter l’impasse à pied, elle connaît tous les détails. Malgré son affolement, elle saisit les bribes de conversation. « Deux hommes, passés par les champs... surprise dans son lit... sa petite chérie jetée dehors, dans la neige... voisine qui gardait exceptionnellement un chien et revenait de promenade... entendu pleurer et crier... s’est approchée tirée par le chien... a appelé la police... arrivée très vite... cambrioleurs arrêtés... pompiers sur place... » le tout en boucle au fur et à mesure que les attroupements grossissaient. Elle arrive à la porte, celle-ci s’ouvre et madame Martin sort sur un brancard. Le médecin est rassurant :
— Votre maman a fait une crise cardiaque à cause de la panique mais heureusement les secours sont arrivés très vite, elle ne restera que quelques jours à l’hôpital par sécurité.
Dans l’ambulance, madame Martin ouvre les yeux, voit sa fille, enlève son masque et murmure :
— Ma Princesse?
— Ne t’inquiète pas Maman, elle va bien. La voisine l’a sauvée et je vais m’en occuper. Dans quelques jours, nous reparlerons de votre installation, toutes les deux, chez moi. Je ne voulais pas que tu récupères ce chaton pas encore sevré quand sa mère a été écrasée, qu’il détruise tous mes vieux biberons de poupée et qu’il dorme dans ton lit (Oui, je le sais). Mais ce soir, sans lui pour attirer l’attention, tu n’aurais pas été secourue à temps !



Bonne journée à toutes et tous
Un beau dimanche d'aout s'annonce
soleil, chaleur moindre, ciel bleu
tous les ingrédients pour un beau jour
chez nous vent annoncé, on verra bien
pour le moment Mr Mistral dort encore


Marseille : Le Palais du Pharo

Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Opaline le Dim 21 Aoû 2016 - 8:51

Bonjour les ami(e)s
J'ai dormi la fenêtre ouverte et c'est vrai qu'il faisait un peu frais au matin
Pas de sortie le dimanche, trop de monde sur les routes

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
Opaline
Opaline
Admin

Messages : 630
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Lun 22 Aoû 2016 - 6:40


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Très rapide : 10 petites questions pour renforcer votre ortho .

Une fois coché votre réponse, appuyez sur OK vous saurez si c'est la bonne réponse

Faire moins de cinq erreurs au test en cliquant sur le lien ci-dessous :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
Le Gamin d'Etupes
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Invité le Lun 22 Aoû 2016 - 8:00




Aujourd'hui, nous fêtons les Fabrice ainsi que les Siegfried et Symphorien.
Demain, nous fêterons les Rose de Lima ainsi que les Églantine, Rosette, Rosita, Rosy et Rozenne.

Le 22 août est le 234e jour de l'année du calendrier grégorien, le 235e en cas d'année bissextile. Il reste 131 jours avant la fin de l'année.
C'était le 5e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du saumon.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 51
le soleil se couche à 20h 29
durée d’ensoleillement : 13h 38 (-3mn)
et ça dégringole... ça dégringole...



Célébrations de demain :
• Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition



Citation du jour :
« Chaque âme est et devient ce qu'elle contemple. »
Plotin



Dicton du jour :
« Pluie de la Saint-Fabrice, ne rend pas le paysan riche. »


    
Proverbe du jour :

« Le temps bâtit une forteresse et la démolit. »



Événement du jour :
1389 : entrée solennelle de la nouvelle reine de France, Isabeau de Bavière, à Paris.
1621 :début du siège de Montauban par Louis XIII.
1647 :naissance de Denis Papin, mathématicien et physicien français.Denis Papin est surtout connu pour ses travaux sur les machines à vapeur comme le digesteur, une sorte d'autocuiseur.Si Denis Papin est un bon inventeur, il n'a pas le sens du commerce. Il s'éteint dans un tel anonymat que l'on ignore la date exacte de sa mort, qui se situerait aux alentours de 1712 ou de 1714.
1806 : décès de Jean-Honoré Fragonard, peintre français.
Lire la suite des évènements...  :
1864 : douze pays signent la première Convention de Genève qui adhèrent à la Croix-Rouge. La première convention de Genève est une initiative d'Henry Dunant, fondateur de la fondation de la Croix Rouge. Le texte est censé protéger les personnes portant secours aux blessés sur le champ de bataille ainsi que ces derniers. C'est une première ébauche du droit international humanitaire.
La Convention prévoit aussi l'obligation de soigner les blessés sans distinction de nationalité, la neutralité du personnel et des établissements sanitaires et le signe distinctif de la croix rouge sur fond blanc.
1911 :la Joconde est volée au Louvre.On découvre le vol le 22, mais il date de la veille. Le chef-d'œuvre de Léonard de Vinci est retrouvé deux ans plus tard, en Italie.
1962 : Attentat du Petit Clamart contre de Gaulle. Le général De Gaulle est visé par des tirs au Petit-Clamart, alors qu'il s'apprête à regagner Colombey-les-Deux-Eglises. La voiture du président essuie plusieurs rafales de mitraillette; aucun des occupants n'est blessé. Jean-Marie Bastien-Thiry en est l'instigateur.
Voir les chroniques du 11 mars ; le Lieutenant-colonel de l'armée de l'air française est fusillé le 11 mars 1963 à l'âge de 35 ans. De Gaulle, qui en réchappe, profite de l'émotion causée par l'attentat pour proposer l'élection du président de la République au suffrage universel.



L'historiette :
Survie de Jean Dallier

Depuis trois jours et trois nuits, ils marchent sans répit, sans repos, égarés, solitaires. Devant eux, derrière eux, le désert brûlant, le sable aride, la plaine incandescente, vibrante, sans horizon.
En tête marche Mavoré, la belle et douce Mavoré. Elle a faim, elle a soif, elle a les pieds écorchés. Mais au fond de ses yeux, de ses doux yeux de gazelle, une lueur d’espoir, une étincelle de vie s’obstine.
Derrière elle trotte Pavoro, son gros, son énorme mari. Un géant à la face de brute et à l’âme d’enfant. Les trois jours de jeûne ont aiguisé son appétit de hyène. La faim lui dévore les entrailles, la soif l’obsède jusqu’au délire. Il avance, tête baissée, un désespoir aussi énorme que sa poitrine l’étouffe.

Lire la suite de l'historiette...   :
A côté de Pavoro avance son jeune frère Fravoro. Menu, sec, noueux, il est malin comme le renard des sables et agile comme le dik-dik. Combien de fois son esprit ingénieux n’a-t-il pas tiré la famille de situations difficiles ? Mais Fravoro est lui aussi à bout de ses forces, sa démarche se fait plus lente, ses gestes moins vifs, son regard ne cesse de scruter le lointain. En vain.
De temps en temps, un arbre mort, un squelette d’animal jalonnent leur route. Mais jamais un indice qui leur permette d’espérer. Et pourtant, ils savent qu’ils avancent dans la bonne direction, que s’ils tiennent encore quelques heures, un jour, deux peut-être, ils seront sauvés. Ils auront de l’eau et de la nourriture en abondance.
Le soleil a quitté le zénith et descend lentement vers l’horizon. La fraîcheur de la fin d’après-midi leur apporte un souffle de réconfort. Mais Fravoro a la langue gonflée, collée au palais, le corps aussi sec qu’une branche morte. Il s’arrête au pied d’un squelette d’arbre et se laisse choir à terre.
— Pavoro, murmure-t-il, mon gros frère, toi qui a plus de réserves que ta tendre, ta douce Mavoré, que ton pauvre petit frère Fravoro, tu partiras seul en direction du soleil couchant. Tu emporteras l’œuf d’autruche vide et tu chercheras un point d’eau. Après avoir bu tout ton soul, tu reviendras à l’arbre mort avant la tombée de la nuit avec l’œuf rempli d’eau. Pendant ton absence, Mavoré, ta douce, ta tendre Mavoré, et moi, ton petit frère Fravoro, nous nous reposerons. A quoi bon gaspiller les forces de trois alors que tu peux accomplir cette tâche tout seul ?
Pavoro ne discute pas. Il ne discute jamais les paroles de son frère Fravoro. Et puis, la promesse de l’eau est si alléchante ! Oh, comme il aimerait éteindre la soif qui lui brûle la gorge ! Il saisit la coquille d’œuf d’autruche et se met en route sans tarder.
Pendant des heures, Pavoro avance à pas lent, machinal, somnambule. Il va droit devant lui sans penser, le regard fixé sur la ligne d’horizon, mais celui-ci fuit comme une gazelle apeurée. Le désert reste désespérément vide. Bientôt, le soleil se met à baisser. Comme un automate, Pavoro rebrousse chemin. Son pas se fait de plus en plus lourd, plus lent. Il n’en peut plus. Soudain, dans la nuit claire et fraîche qui descend sur le désert, il aperçoit au loin l’arbre mort. Ragaillardi, il hâte le pas. Bientôt, il voit son frère qui s’affaire autour d’un feu. Le miracle se produit : dans l’air calme de la nuit tombante flotte un fumet depuis longtemps oublié, un merveilleux parfum de viande rôtie. Aussitôt, le souvenir des jours heureux remonte en lui. Son cœur fatigué se met à battre avec une vigueur nouvelle et c’est en courant qu’il rejoint le campement. Essoufflé, il s’affale aux côtés de Fravoro, laisse tomber son œuf d’autruche vide et saisit celui que lui tend son frère. Il en vide le contenu à grands traits goulus. Le goût douçâtre du breuvage épais ne le surprend guère. Ce n’est pas la première fois qu’il absorbe le liquide recueilli dans le rumen d’une gazelle ou d’un oryx. Avidement, il arrache un lambeau de chair de la broche tendue au-dessus du feu, le mâche et l’avale avec des bruits gloutons. Il n’a plus de regards que pour la viande, plus rien d’autre n’existe autour de lui.
Fravoro, repu, se lève et fait un rot. Il a bien mangé, bien bu, il va se reposer. Il se creuse un trou dans le sable pour y passer la nuit. Quand sa couche est prête, il se tourne vers Pavoro, toujours occupé à manger :
— Vois, mon frère, le délicieux repas que je t’ai préparé. La faim et la soif te tourmentaient le corps et l’âme. Te voilà enfin satisfait.
Sur ces paroles, il ouvre son sac en peau de gazelle et en sort la tête de Mavoré. Pavoro y jette un coup d’oeil distrait, toujours plongé dans l’orgie de nourriture. Il arrache un dernier lambeau de chair d’un os et le mâche avidement. Soudain, il lève la tête et regarde son frère Fravoro. Lentement, la vérité point dans son cerveau épais. Il avale la dernière bouchée, se frotte la bouche du dos de la main et, sans transition, éclate en sanglots. Longuement, il pleure comme un enfant inconsolé. Il vient de manger sa belle, sa douce, sa tendre Mavoré, celle qui avait de la peine quand il était triste, qui riait aux éclats quand il était heureux !
La voix tranquille de Fravoro le tire de son chagrin.
— Vois, Pavoro, celle qui t’a rendu la joie de vivre, t’a permis de te désaltérer, de refaire tes forces. J’ai sacrifié sa vie pour conserver la tienne. Mais console-toi, Pavoro, des femmes, tu en trouveras d’autres, plus tard, quand nous serons revenus sur le bord du fleuve. Des douces, des belles, des tendres, des bien en chair. Alors que ta vie à toi, mon frère Pavoro, tu n’en avais qu’une, une seule. Il fallait la sauver à tout prix.
Pavoro essuie ses larmes. Il a honte devant Fravoro. Son petit frère a toujours raison. Il se lève et, à son tour, il se creuse un trou dans le sable. A peine a-t-il achevé sa tâche que la digestion commence son œuvre. Il se couche et sombre dans un sommeil réparateur.



Bonne journée à toutes et tous
La dernière semaine d'aout est là
encore quelques jours et septembre sera là
le mois le plus beau, le mois le plus tendre
avec son cortège de feuilles en tout genre


à demain...

Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Mar 23 Aoû 2016 - 7:26


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le train de demain


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
Le Gamin d'Etupes
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Invité le Mar 23 Aoû 2016 - 7:27



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Rose de Lima ainsi que les Églantine, Rosette, Rosita, Rosy et Rozenne.
Demain, nous fêterons les Barthélemy l'Apôtre ainsi que les Bartholomé, Nathanaël et Nathanaëlle.

Le 23 août est le 235e jour de l'année du calendrier grégorien, le 236e en cas d'année bissextile. Il reste 130 jours avant la fin de l'année.
C'était le 6e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la tubéreuse.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 52
le soleil se couche à 20h 28
durée d'ensoleillement : 13h 35 (-3mn)



Célébrations :
• Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition.



Citation du jour :
« Avant donc que d'écrire, apprenez à penser. »
Nicolas Boileau-Despréaux



Dicton du jour :
« Jamais d'août la sécheresse n'aménera la richesse. »
« À la Sainte-Rose pour le travailleur pas de pause. »


    
Proverbe du jour :
« Le dard du mépris perce l'écaille de la tortue. »



Événement du jour :
79 : Le Vésuve entre en éruption, détruisant Pompéi et Herculanum.
1614 :inauguration de la statue équestre d'Henri IV sur le Pont-Neuf, à Paris.
1719 : naissance de Pierre Poivre, agronome et botaniste français
Né à Lyon, Pierre Poivre voyage en Chine dès 21 ans comme missionnaire. Lors d'un voyage à Batavia (Djakarta) il découvre l'intérêt des épices comme les clous de girofle ou les noix de muscade. Il essaie sans succès de les acclimater dans l'île de France (île Maurice). De retour à Lyon, il intègre l'Académie des sciences. En 1766, Nommé intendant des Mascareignes il est de retour à l'île de France. C'est à lui que l'on doit le succès du poivre, épice qui porte son nom.
1754 : naissance de Louis XVI, Roi de France.
Louis XVI, Louis Auguste de France, surnommé Louis le Dernier ou Louis Capet par les Révolutionnaires, naît le 23 août 1754 à Versailles est sacré le 11 juin 1775 et guillotiné pour « trahison » le 21 janvier 1793, voir la chronique du jour.
Il meurt en pardonnant aux Français ce crime et en demandant à Dieu que son sang ne retombe pas sur la France mais serve à son salut !



L'historiette :
Plume rouge de Lilith

Il est quatre heures du matin et les dernières lumières sont éteintes.
J'avance péniblement sous l'éclairage blanchâtre d'un lampadaire et des néons rétros du dépanneur du quartier. Les bâtiments, grisâtres dans cette pénombre, croulent sous le poids du sommeil.
Bizarrement, Mon ristrette a perdu son effet. Mes paupières sont lourdes et mes pas cognent contre le bitume. Je deviens visiblement plus vieux de jour en jour. Exercer mon métier se révèle plus difficile, malgré ma ténacité. J'ai toujours aimé ce que je faisais. Risquer ma vie pour la justice.
J'ai traqué des criminels en tout genres, pendant de longues années. Je devrais bientôt céder ma place à plus jeune que moi, j'en suis conscient, mais je suis plutôt fier de mon parcours.

Lire la suite de l'historiette...  :
Dans ma carrière, je n'ai été confronté qu'à un seul échec.
Je l'ai cherché pendant de longues années, suivi tous les dossiers le concernant, envoyé des demandes de recherches dans toute la France, en vain.
L'assassin de ma fille reste introuvable.
Il y a une vingtaine d'années, ma petite fille de dix ans a été retrouvée morte, son petit corps gisant dans une ruelle près de son école, un cadavre d'oiseau entre ses mains. Je me rappelle de sa petite robe complètement poisseuse baignant dans son sang. C'est à ce moment que j'ai décidé que j'allais tout mettre en place pour la venger.
Le meurtre de ma fille fut le premier d'une série de quinze enfants tués la même semaine. On commençait à surnommer l'assassin « La plume » du fait de son fétiche particulier pour les volatiles. Malgré cela, on n'en avait plus entendu parler depuis vingt ans. On crut l'affaire classée. On se trompait.
Son dernier crime remonte à trente minutes seulement, et on sait qu'il recommencera.

Tout a débuté il y a quelques heures. J'étais sorti admirer la fête des lumières en compagnie de ma femme. Ces milliers de petites lampioles donnaient l'impression de flotter un peu partout, illuminant le regard des enfants à jamais. Elles semblaient être des étoiles descendues orner la place Bellecour.
Une lumière grisante et une agitation terrifiante.
La foule semblait être une géante vague alimentée par les tap-tap qui allaient et venaient. Du monde, encore et encore. Un tourbillon d'énergie où en son centre se dressait l'imposante figure du roi ensoleillé.
Toute cette clarté, cet enjouement, donna naissance à un véritable carnage.
On m'informa de la tragédie. Le corps d'une jeune femme d'une vingtaine d'années à peine, a été retrouvé au beau milieu de la place par un enfant de cinq ans, horrifié.
Il faut dire qu'un acte d'une telle atrocité, et surtout d'une telle arrogance, était rare.
Le meurtrier avait pris ses précautions et profité de l'affluence pour commettre son crime en toute sérénité.
En inspectant le corps de la victime, je m'aperçus que son abdomen était transpercé de tout son long avec ce qui semblait être un objet tranchant. Elle ne portait ni coups ni meurtrissures, j'en déduisis qu'il l'avait prise par surprise. La jeune femme n'avait pas eu le temps de se débattre.
Sur son buste, une plume ensanglantée était délicatement posée, presque de manière sépulcrale. Je reconnus là la touche de cet invétéré sociopathe. Il cherchait à se faire remarquer, tout en brouillant les pistes.
J'envoyai la plume au département de la police scientifique et tentai d'interroger quelques supposés témoins.
Un vieillard se dit avoir vu un individu maigre et élancé se faufiler dans la foule. Il précisa qu'il avait un air chafouin, un peu fada.
La fête continuait cependant, et les meurtres se succédaient. Au bout de quelques heures, il acheva une dizaine de personnes de la même manière, et la police ne le trouvait toujours pas. À chaque fois, seule la plume marquait son passage.
Une plume noyée dans un vermeil éclatant.
Il est quatre heures du matin, les dernières lumières sont éteintes, et je n'avance plus.
Une douleur lancinante me brûle la poitrine en même temps que la froideur de la lame pénètre doucement, déchirant, broyant mon cœur.
Il me fixe de ses yeux bleus-gris. Un sourire envahit son visage fin et désarticulé. Mon dernier souffle forma une buée dans l'air froid du matin.

Quelques fois, on passe sa vie à chercher un meurtrier, pour finalement se rendre compte qu'il était là, tout proche.
Plus proche qu’on ne le pensait.

Voilà pour ce qui est de la mort du commissaire Mélier.
J’ai toujours aimé me mettre à la place de mes victimes ;
J'ai toujours été un excellent observateur, et on ne m'appelle pas La plume pour rien.



Bonne journée à toutes et tous
Il est mardi et je vais boire le café au Port
et vous vous en fichez et moi j'adore
rejoindre les copines pour blaguer un peu
de tout, un peu de rien mais passer
un bon moment, rigoler entre nous
c'est le petit bonheur du jour.



Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Opaline le Mar 23 Aoû 2016 - 9:18

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
Opaline
Opaline
Admin

Messages : 630
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Mer 24 Aoû 2016 - 7:28


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
Le Gamin d'Etupes
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Invité le Mer 24 Aoû 2016 - 7:53



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Barthélemy l'Apôtre ainsi que les Bartholomé, Nathanaël et Nathanaëlle.
Demain, nous fêterons les Louis de France ainsi que les Clovis, Loïc, Ludovic, Ludwig, Marcien et Martian.

Le 24 août est le 236e jour de l'année du calendrier grégorien, le 237e en cas d'année bissextile. Il reste 129 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 7e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du sucrion.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 54
le soleil se couche à 20h 26
durée d'ensoleillement : 13h 32 (-3mn)



Citation du jour :
« Depuis cinq ans entiers chaque jour je la vois,
Et crois toujours la voir pour la première fois. »
Jean Racine



Dicton du jour :
« À la Saint-Barthélémy, la perche au noyer le trident au fumier. »


    
Proverbe du jour :
« La maladie du corps est la guérison de l'âme. »



Événement du jour :
1572 : massacre de la Saint-Barthélemy.
1694 : une délégation d'Académiciens dirigée par Tourreil remet les 2 volumes du "Dictionnaire de l'Académie" française à Louis XIV.
1837 : débuts du chemin de fer français.
La ligne entre Paris et Saint-Germain-en-Laye fait 18 kilomètres, c'est la première rame de chemin de fer pour voyageurs. La France est très en retard. En 1840, la France compte seulement 400 kilomètres de ligne contre 2 000 kilomètres en Angleterre.
1968 : la première bombe H française.
Dans l'atoll polynésien de Fangataufa, la première bombe H (bombe thermonucléaire ou bombe à hydrogène) française explose. Sa puissance équivaut à 170 fois celle d'Hiroshima.  
1991 : Mikhaïl Gorbatchev annonce sa démission comme secrétaire général du Parti Communiste Soviétique. Le président de l'URSS demande expressément au comité central du PCUS de s'autodissoudre, décide la confiscation de tous les biens du parti et son interdiction au sein du KGB, des Forces armées et des organismes d'État. Le lendemain, l'éclatement de l'Union soviétique s'accélère, avec la reconnaissance par quatre pays de l'indépendance des pays baltes. L'Ukraine proclame à son tour son indépendance, et d'autres républiques profitent de l'effondrement du Parti Communiste pour se libérer du pouvoir central.



L'historiette :
Décor de K57

Cinq jours après son enlèvement, les ravisseurs de Ralph Torsen l’autorisèrent à enregistrer sur la bande magnétique d’une cassette, un court message destiné à son épouse :
« Je vais bien. Quoiqu’il arrive, n’oublie jamais nos jours heureux à Athènes. Je t’aime. Ralph. »

[hide="Lire la suite de l'historiette...  "]L’inspecteur Doogan sonna chez madame Torsen le lendemain ;
— Rien ! Notre ordinateur a cherché en vain quelque bruit de fond susceptible d’apporter un indice. Il est capable de repérer le chant d’un oiseau à un kilomètre et de discerner celui du colibri d’un autre passereau... Le message a du être enregistré dans une chambre d’insonorisation, ou ils l’ont greffé sur un bruit blanc... Ensuite on a recherché du côté des codes... Quinze mots, soixante douze lettres... Rien ne nous prouve qu’il a eu le temps de les choisir. Cela n’a rien donné en tous cas...
— Inspecteur, je crois savoir où ils le séquestrent... J’ai passé la nuit à regarder les photos de notre séjour à Athènes et j’ai fait comme votre ordinateur, je me suis intéressée non aux sujets, non aux souvenirs, mais bien à tout ce qui leur est connoté... Au décor, odeurs, impressions fugaces, saveurs éphémères, regards soutenus, joies, peines... Bien que nous n’en ayons jamais reparlé, car il s’agissait de notre voyage de noces, nous avons passé à Athènes des heures difficiles...Toutes les catastrophes semblaient s’accumuler sur nos épaules... Cela m’a intriguée que Ralph le cite en parangon de nos heures heureuses, nous avons fait de nombreux autres voyages bien plus agréables, mais j’étais retenue dans mon analyse par son côté romantique qui, spontanément ou au contraire compte tenu de la rigueur de sa détention, l’aurait porté a évoquer en priorité ce souvenir comme... enfin comme un ultime... panne de réacteur, vol de bagages, il pesait sur l’hôtel réservé des menaces d’attentat, il est tombé des averses durant tout le séjour, j’ai fait une angine... Je tremblais de fièvre, chaleur entourée d’eau... J’ai pensé à un endroit chaud et humide et cerné de trombes d’eau... L’état de ma gorge... Une gorge près d’un lac, ou plutôt une grotte derrière une cascade ! La Sutiéra, près d’Armine, à cent vingt kilomètres au nord-ouest d’Irlowan. Je n’ai trouvé que cela qui corresponde sur la carte !

Niels Bjiorg est très fier du cliché qui s‘étale en page une du JordÎn Born g; au premier plan on y voit les époux Torsen réunis dans un baiser de retrouvailles après le dénouement heureux de l’enlèvement. Au second plan la cascade Sutiéra nimbe d’improbables volutes leur chevelure. Il est juste un peu chagriné quand il aperçoit au troisième plan, dans le coin supérieur gauche du cliché, au milieu d’un nuage, tranchant sur l’azur, la présence d’un avion.

C’est le vol régulier entre Irlowan et Athènes.
Celui là même qu’emprunteront les époux Torsen le 16 juillet, en commémoration de leur voyage de noces, quand il s’écrasera ne laissant aucun survivant.

En regardant attentivement le cliché, on aurait pu s’en douter.[/hide]



Bonne journée à toutes et tous
Un temps caniculaire, je veux bien
mais j'ai l'impression que les nuits sont plus fraiches
La canicule c'est bien quand il fait presque
aussi chaud la nuit que le jour... ma foi va t-on savoir
N'empêche qu'en cette fin aout il fait un temps de rêve
de la chaleur, du soleil, du ciel bleu et du bonheur
moi j'adore et j'ai une pensée pour ceux et celles
qui ont du mal à supporter la chaleur estivale.



Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Opaline le Mer 24 Aoû 2016 - 8:32

Bonjour tout le monde
Il fait frais ce matin mais ça fait du bien

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
Opaline
Opaline
Admin

Messages : 630
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Invité le Jeu 25 Aoû 2016 - 6:09


La journée risque d'être chaude, installez-vous ?

Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Louis de France ainsi que les Clovis, Loïc, Ludovic, Ludwig, Marcien et Martian.
Demain, nous fêterons les Natacha ainsi que les Césaire d'Arles et César.

Le 25 août est le 237e jour de l’année du calendrier grégorien, le 238e en cas d’année bissextile. Il reste 128 jours avant la fin de l’année.
C’était généralement le 8e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l’apocyn.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 55
le soleil se couche à 20h 25
durée d'ensoleillement : 13h 29 (-3mn)



Citation du jour :
« Les feux de l'amour laissent parfois une cendre d'amitié. »
Henri de Régnier



Dicton du jour :
« Beau temps de Saint-Louis, plusieurs jours sans pluie. »


    
Proverbe du jour :
« L'âge présent ne vaut pas celui des aïeux. »



Événement du jour :
1818 : inauguration de la statue équestre d'Henri IV sur le Pont-Neuf, à Paris.
1914 : conquête de la colonie allemande du Togo par les troupes françaises.
1939 : les journaux communistes, dont "L'Humanité" sont saisis et leur publication interdite.
1944 : Libération de Paris.
1944 : massacre de Maillé.
Ce massacre ressemble à celui d'Oradour-sur-Glane ; mais contrairement à ce dernier, le village a été reconstruit à l'identique après la guerre. En août 1944, la ligne Paris-Bordeaux, passant à proximité du village, est sabotée par trois fois ; les habitants aident et cachent un pilote canadien dont l'avion a été abattu. Des escarmouches ont lieu entre les Allemands et les FFI. 124 des 500 habitants de Maillé sont abattus en représailles, dont 44 enfants de moins de 14 ans ! Le village est reconstruit à l'identique.



L'historiette :
La patience de l'assassin de James Wouaal

Il garda longtemps son doigt appuyé sur le pouls de sa victime. Juste là, où bat la vie en vous chatouillant le pouce. Du moins quand elle est encore là, la vie. Après quoi, il appuya deux doigts sur son cou. Il n'était pas sûr de ce qu'il faisait, il avait vu faire ce geste dans d'insipides feuilletons télévisés. Il se fiait davantage à la chaleur envolée de ce corps, pour conclure à sa mort.

Lire la suite de l'historiette...  :
Enfin, pensa-t-il, cette fois c'est la bonne.

Il l'avait tant rêvé ce corps sans vie étalé sous ses yeux, qu'il ne cessait de se pincer mentalement pour y croire. Il fermait, pour se faire, ses paupières jusqu'à la douleur, puis les rouvrait sur l'image du cadavre. Il quitta l'appartement, sortit de l'immeuble cossu du boulevard Exelmans et gagna la porte de St Cloud où il s'engouffra dans le premier bar venu. Le jour se levait à peine mais il commanda une coupe dont il ne but qu'une gorgée. Il repoussa le champagne pour réclamer un grand café et une corbeille de croissants. Toutes ces émotions lui avaient ouvert l'appétit.

Il l'avait fait. Ce Graal, il l'avait atteint et regrettait déjà de ne pouvoir hurler son bonheur et sa fierté à la face du monde. Le crime parfait, lui, Alexandre Cheminot l'avait savamment mis au point et commis. Il savourait déjà le coup de fil qu'il passerait tout à l'heure à la police et aux pompiers. Il se délectait d'avance de la visite de ces derniers dans cet appartement où tout l'accusait. Où ses empreintes et son ADN s'étalaient sur tous les objets, tous les meubles.

Il l'avait fait. Il prit, l'espace de quelques secondes, un petit air chagrin qu'un sourire chassa aussitôt. Il lui faudrait le tenir quelques jours ce masque, au moins jusqu'à l'enterrement. Ah, ce qu'il se languissait de cet instant où devant la détestable famille de la victime, on descendrait cette vieille chose sous la terre.

Il l'avait fait. Il retourna au champagne y trempa une lèvre et le repoussa encore. Il se leva, slaloma entre de minables petits prolos qui suçotaient leur café du matin et partit pisser dans les toilettes au fond de la salle du restaurant. Il lui semblait se vider de bien plus qu'un bol d'urine. Il évacuait là, un grand sourire aux lèvres, toute une vie de mensonge. Il appuya son front contre le mur, comme un ivrogne et sans plus se préoccuper de viser la cuvette.

Il l'avait fait. Il remonta sa braguette, la rue Michel Ange et les deux étages qui le ramenèrent sur les lieux de son crime. Il la regarda encore et encore, il lui sembla même sentir les premières effluves de la mort se dispersant autour de lui. Comme il détestait cette chambre et son décor. Tout ici puait la vieille, même les rideaux et l'antique réveil qui marquait le temps sur un vieux guéridon de bois.

Il l'avait fait. Il s'assit sur le lit à son côté et renifla encore un grand coup. Oui l'odeur était là, une grosse mouche verte le frôla en bourdonnant, une présence plus fiable que le rapport du plus pointu des légistes. Il se leva pour fermer la fenêtre. Il jeta un œil dans la rue et se replongea dans son lointain passé, au tout début de cette histoire. Il avait rencontré sa victime là, juste en bas de cet immeuble cossu, trente-deux ans et cent douze jours plus tôt. Il l'avait repérée dans la petite épicerie où il irait tout à l'heure chercher du lait. C'étaient les bagues, coûteuses, qui ornaient ses doigts qui avaient décidé de son sort. Il l'avait suivie, très discrètement, pour repérer son domicile. Il s'était alors arrangé pour la croiser souvent. Il lui souriait, l'aidait à porter ses sacs quand ceux-ci semblaient trop lourds. Il l'avait suivie encore et encore. Elle fréquentait les libraires et il prit soin de souvent tenir un livre sous son bras. Il lui devait sa passion des livres. Il avait mis sept mois à la mettre dans son lit et quelques heures de moins à la mener devant le maire d'arrondissement. Ils avaient dix-huit ans d'écart.

Le crime lui profitait, il ne pourrait le nier. Une belle assurance vie, un appartement de cent trente mètres carrés Boulevard Exelmans et trois autres en location dans Paris. Et, pour ne rien gâcher, une belle petite fortune au Crédit Lyonnais. Mais personne, jamais, ne pourrait le démasquer, le crime parfait, oui. Il venait d'avoir soixante-quatre ans, elle en aurait eu quatre-vingt-deux en mars. Patience et endurance, ses deux qualités à lui. Son plan démoniaque avait fonctionné à merveille. Elle était morte de vieillesse.

Chichi, la petite femelle pinscher gémissait encore et toujours. C'est ce gémissement qui l'avait alerté au matin et tiré du sommeil. Elle avait le museau appuyé sur la joue de sa maîtresse et le regardait stupidement, semblant implorer une aide qu'il n'était pas disposé à lui apporter. Il lui faudrait maintenant s'occuper de son cas. Il se voyait mal s'embarrasser de cette bestiole. Elle avait quelques poils blancs au bord des babines. Ils s'en chargeraient, lui et son fidèle complice... le temps. Il ne lui donnait pas plus de deux ans à cette petite chose gémissante. Il aurait sa peau, mais avant toute autre chose, il lui fallait la descendre faire son pipi. Il appellerait les pompiers en revenant. Il se releva et partit décrocher la laisse au porte-manteau.



Bonne journée à toutes et tous
Le jeudi, enfant c'était notre meilleur jour
le jour de congé au milieu de la semaine.
La journée va être chaude aussi
ceux qui craignent rester aux abris, au frais
dans une pièce tempérée si possible
et buvez beaucoup et moi je vais apprécier.


Farniente toujours...


Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Jeu 25 Aoû 2016 - 6:49


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
Le Gamin d'Etupes
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Opaline le Jeu 25 Aoû 2016 - 8:46

Bonjour tout le monde
Je fais une petite pause pour venir vous saluer
Je suis en train de refaire mes pièces d'identité.  Le passeport sera fini en octobre et la carte d'identité...je ne sais même plus où je l'ai mise  :241

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
Opaline
Opaline
Admin

Messages : 630
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Ven 26 Aoû 2016 - 6:38


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
Le Gamin d'Etupes
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Invité le Ven 26 Aoû 2016 - 6:58



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Natacha ainsi que les Césaire d'Arles et César.
Bonne fête mon petite César, gros bisou à mon grand guerrier.
Demain, nous fêterons les Monique ainsi que les Amédée de Lausanne.

Le 26 août est le 238e jour de l’année du calendrier grégorien, le 239e en cas d’année bissextile. Il reste 127 jours avant la fin de l’année.
C’était le 9e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français, dénommé officiellement jour de la réglisse.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 56
le soleil se couche à 20h 23
durée d'ensoleillement : 13h 27 (-3mn)



Citation du jour :

« Les tragédies des autres sont toujours d'une banalité désespérante. »
Oscar Wilde



Dicton du jour :
« Quand il pleut au mois d'août, les truffes sont au bout. »



Proverbe du jour :
« L'enfer est pavé de bonnes intentions. »



Événement du jour :

1429 : Jeanne d'Arc arrive à St-Denis.
Le Roi Charles VII, conseillé par ce fourbe de La Trémouille, ne suit pas. Seuls les grands capitaines de l'armée royale, comme La Hire, les ducs d'Alençon et de Bourbon, les comtes de Laval et de Vendôme, ouGilles de Rais et leurs troupes,l'accompagnent. La Pucelle se recueille sur les Tombeaux des Rois de France puis tente vainement de s'emparer de la porte de Saint Honoré.
1944 : Charles De Gaulle descend les Champs Elysées.  
1974 : Le célèbre aviateur Charles Lindbergh meurt à Hawaii à l'âge de 72 ans. Il s'était lancé en 1926 à la conquête du prix de 25.000 dollars offert à celui qui réussirait le premier vol sans escale de New York à Paris. Parti de Long Island à bord de son Spirit of St. Louis le 20 mai de l'année suivante, il atteignait Paris après 33 heures et demie de vol. Le nom de Charles Lindbergh a fait de nouveau la une des journaux lorsque son fils a été enlevé puis tué en 1932, malgré le versement d'une rançon de 50.000 dollars.
1977 :le Québec adopte le français comme langue officielle.
L'Assemblée nationale du Québec adopte la "Charte de la langue française" qui a été proposée par le gouvernement de l'indépendantiste René Lévesque. Le français devient la langue officielle du travail, de l'enseignement, du commerce et des affaires.
1978 : élection du Pape Jean-Paul 1er, « le pape au sourire »



L'historiette :
Mort sur commande de Gaspard Bonhomme

Le silence. Je regarde son petit corps meurtri, il repose sans vie devant moi. Recroquevillée, elle n'est plus. Elle ne me troublera plus. Seul le vent du printemps murmure à mes oreilles.
Mais suis-je vraiment responsable de cette mort brutale ? Est-ce moi qui suis venu batifoler ici, ou elle ? Je travaille dur, il ne fallait pas me déranger. À ma table de travail, je voulais rester concentré. J'étudiais la consigne, elle m'a énervé. Convenez-en, déranger un apprenti meurtrier, c'est se suicider par procuration.

Lire la suite de l'historiette...  :
Le drame est arrivé alors que j’examinais les cinq instruments proposés comme arme du crime. Mon maître a de ces choix incongrus ! La liste fournie était vraiment sibylline. Trouver les objets adéquats ne fut pas tâche facile. Enfin, j'avais rassemblé ceux-ci sur ma table de travail et j'imaginais leur usage fatal.

Tout d’abord le billet. Tuer avec un billet ? Non pas, un billet diffamatoire, plein de bile et de haine, poli de mots choisis, qui entraîne, à coup sûr, le suicide de la personne visée, mais un billet de banque ! Peut-on encore embaucher un tueur à gage avec un billet de cent ? Non pas d’euros, mais de francs, et belges de surcroît ! S’il avait encore cours, deux euros cinquante, le prix d’une sucette. Non, vraiment non, pas de tueur à ce prix. Ou alors un gamin, âme innocente et naïve, encore que, certains sont cruels, mais à ce prix, quel jouet se laisserait tuer ? Peut-être faudrait-il rouler dans ses mains le billet, en faire une petite boule et étouffer la victime ? Lui faire avaler, de force, et la regarder suffoquer, comme un banquier repus, bourré, gavé, qui vient d’ingurgiter son dernier centime.

Non, vraiment non, le billet de cent francs belges n'est pas l'arme idéale et tout cela me semble bien improbable. À ce compte, plutôt utiliser l'enveloppe, c'est plus propre. Une belle, une grande enveloppe à bulles, de celle qui permet d'envoyer de gros livres. Son extérieur kraft marbré, lui donne un air élégant. À l'intérieur, les bulles de plastiques, bien alignées, sont fantastiques. Bien évidement, même avec son format XL, la victime doit avoir une petite tête, un marmot idéalement. Lui offrir l’enveloppe comme un jouet, qu'il l'utilise pour se cacher. Puis, lorsqu'il ne vous voit plus, serrer et attendre. Pas de bruit ni de crachats, étouffé c'est gagné. Mais non, je ne suis pas un tueur d'enfant, quand même ! Je ne ferai pas n'importe quoi pour mon maître. Voyons donc la suite.

Un clou, oui d’accord, mais quel clou ? Pas le clou du spectacle, il faut une mise en scène. La victime assiste à la représentation, et boum ! d’un coup s’écroule, frappée dans le noir ou bien encore de stupeur, le cœur arrêté. Non, c’est trop compliqué, faisons simple, un clou comme celui que je tiens en main : un clou de charpentier. Avec ses quatorze centimètres, il dépasse de la paume. Et son élégante pointe torsadée, bonjour les dégâts. Il me reste à trouver la proie, pourquoi pas un vampire ? Bonne idée, non ? Personne ne les aime, je serais vite pardonné. Ah non, il faut du bois, le métal, ça ne fonctionne pas. Dans ce cas je ne vois que la croix, mais crucifier chouette ou chauve-souris, ça ne se fait plus, et si c’est un homme, il risque de devenir célèbre. Mauvais pour la discrétion.

Il me reste encore le chronomètre. Quelle idée bizarre ! Faut-il tuer le temps ? Mais le temps ne meurt jamais, et la consigne est précise : il faut un mort. L’objet pourrait-il tuer ? Acheté hier au supermarché, cet article de sport n'a rien à voir avec un chronomètre de marine ou de chemin de fer. En main, c'est comme un œuf. Sa coque en plastique paraît bien fragile et son poids si léger que même utilisé comme fronde, il ne pourrait au pire, qu’assommer la victime. Encore faudrait-il, que je sache le lancer. À moins d’avoir recours au cordon ? Lui passer la dragonne au cou, tourner le chronomètre, serrer, serrer, et même pour être plus propre, avant de serrer, se servir de l’enveloppe. Et oui, pourquoi pas !

C'est à ce moment précis, alors que mon esprit, concentré sur ce scénario, avait trouvé une piste pour satisfaire le maître, qu'elle est entrée. Elle est d'abord passé devant moi tout doucement. S'est arrêtée à droite, puis est repartie à gauche, avant de s’arrêter là-devant. Me narguant, heureuse d'avoir perturbée mes pensées. Elle reprit son mouvement, ondulant dans la lumière, virevoltant devant mes yeux. Hypnotisé, j'avais déjà oublié mes idées.

Elle était maintenant à ma table. Elle passait d'un objet à l'autre comme si de rien n'était. Je la suivais du regard, pariant intérieurement sur le prochain qu'elle allait tripoter. Le chronomètre que je venais de reposer semblait avoir sa faveur, elle le suçait avec application. Puis elle passait au clou, suivant lentement la courbe de sa pointe. Arrivée au bout, elle évitait l'enveloppe, flairant peut-être le piège, pour palper le billet.

Par mes gestes, excédé, je tentais de mettre fin à son manège, mais rien ne semblait la troubler. Pour finir de me séduire, ou bien se faire pardonner, elle se posa alors un instant sur ma bouche.

Je tentais désespérément de reprendre le fil de mon raisonnement : enfermer la victime dans l'enveloppe puis l’assommer avec le chronomètre ou bien lui faire avaler le billet, puis lui percer le cœur avec le clou, mais à quel moment devais-je serrer le cordon ? Je mélangeais tout.

Soudain, elle s’immobilisa sur ma main gauche. Alors d’un coup sec, de la droite, je la claquai. Relevant la main, je constatai : la mouche était bien morte, j’avais terminé mon devoir.

Ah oui, je ne vous ai pas dit, le cinquième objet, je l’ai en main. En fait, tout ceci n’a jamais eu lieu que sur du papier. Et c'est mon stylo-plume qui, conformément à la consigne d’écriture, a commis ce meurtre. Voilà je n'ai plus qu'à signer !

Bonne journée à toutes et tous
Un long weekend s'annonce pour moi
en famille des retrouvailles
des moments de bonheur tout simplement.



Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Opaline le Ven 26 Aoû 2016 - 9:36

Bonjour tout le monde
Je me suis réveillée tard ce matin. C'est rare mais ça fait du bien

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
Opaline
Opaline
Admin

Messages : 630
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Sam 27 Aoû 2016 - 7:20


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Un mec complètement bourré vient sonner avec insistance chez des gens en pleine nuit.    

L’homme de la maison se lève et demande furieux :  

Qu'est-ce que tu veux ?    
L’autre lui répond :
- Viens me pousser !!! Il faut que tu viennes me pousser !!!!
Excédé le propriétaire de la maison lui dit :
- Je ne te connais pas, et en plus il est 4 heures du matin, tu me réveilles pour me dire de te pousser et j'en ai pas envie,
alors dégage d' ici et ne me dérange plus !!!
De retour dans la chambre, il se remet au lit, mais sa femme qui a tout entendu, le sermonne :    
- Quand même tu exagères, cela t' est déjà arrivé d' être en panne la nuit, tu aurais pu le pousser ce pauvre type
- Ouais, mais il fait froid et en plus il est bourré !!!
- Raison de plus pour l’aider, il ne va pas y parvenir tout seul. Non ?
Vraiment, je ne te reconnais pas, je suis très déçue de ton attitude...!!!
Son mari, pris de remords, se rhabille et descend. Il ouvre la porte et crie :
- He mec !!! C'est d' accord, je me suis habillé exprès pour venir te pousser !!! Tu es où ?
Et le mec bourré répond :    
- Là , sur la balançoire...!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
Le Gamin d'Etupes
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Dim 28 Aoû 2016 - 6:10


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Brigade anti-burkini
 
Ils sont bien ces Corses, quelques naïades en bikini voire mono, accompagnées de plusieurs gorets de la montagne nourris aux châtaignes, et hop plus aucun burkini à l'horizon, elle n’est pas belle la vie sur les plages corses !
 
En Corse, la brigade anti burkini en action


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
Le Gamin d'Etupes
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Opaline le Dim 28 Aoû 2016 - 9:19

Je vais encore rester au frais dans ma maison.
On se réserve d'aller se promener dans la campagne
quand les journées seront moins chaudes

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
Opaline
Opaline
Admin

Messages : 630
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Lun 29 Aoû 2016 - 6:26


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les vingt et un nains

 Comment appelle t' on "Un tout petit homme" qui:

          1) appartient à une religion : un nain doux
          2) n' a pas de nom : un nain porte qui
         3) n' est bon à rien : un nain capable
          4) qui est mort : un nain fini
          5) n'est jamais sûr de lui : un nain décis
           6) qui parle trop : un nain discret
           7) qui est humain : un nain parfait
           Cool a perdu son honneur : un nain digne
          9) qui montre ses fesses : un nain pudique
          10) qui vient d' ailleurs : un nain porté
          11) a des pensées malsaines : un nain pur
         12) change souvent d' idée : un nain stable
         13) fait pipi partout : un nain continent
          14 ) n' est pas capable : un nain puissant
          15) qui a un gourou : un nain secte
          16) qui est handicapé : un nain valide
         17) celui qui est attendu : un nain vité
         18) qui n' attend pas : un nain patient
          19) que l' on n 'attend plus : un nain prévu
          20) qui est mal élevé : un nain poli
          21) Qui est stupide : un nain bécile

         Signé : un nain connu


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
Le Gamin d'Etupes
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 83
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois d'Août 2016

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum