Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Ven 1 Juil 2016 - 7:24


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Beau montage pour cette pub Evian !!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 82
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Invité le Ven 1 Juil 2016 - 7:32



Bonjour,

Aujourd'hui, nous fêtons les Thierry ainsi que les Aaron, Dietrich, Dirk, Esther, Goulven, Goulwen, Servan et Servane..
Demain, nous fêterons les Martinien.

Le 1er juillet est le 182e jour de l'année du calendrier grégorien, le 183e en cas d'année bissextile. Il reste 183 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 13e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du girofle.



à Marseille :
le soleil se lève à  6h 02
le soleil se couche à 21h 22
durée d'ensoleillement : 15h 20 (-1mn)



Célébrations de demain :
• Journée internationale des coopératives



Citation du jour :
« La chose difficile, nous la faisons immédiatement ; l'impossible prend un peu plus de temps. »
Devise des Armées de l'Air des États-Unis



Dicton du jour :
« À la Saint-Thierry, aux champs jour et nuit. »


    
Proverbe du jour :
« Il faut aimer les gens, non pour soi, mais pour eux. »



Événement du jour :
1901 : loi Waldeck-Rousseau relative au contrat d'association créant les associations loi 1901.
Or en violation de la loi, les demandes formulées par les congrégations d'enseignement et de prédication sont refusées en bloc et sans examen.
1903 : départ du premier Tour de France cycliste
60 coureurs prennent le départ du 1er Tour de France cycliste à Montgeron, près de Paris, organisé par le journal sportif "L'Auto" d'HenriDesgrange.Il se déroule en six étapes de Paris à Paris via Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes. L'arrivée, le 18, voit la victoire de Maurice Garin qui remporte l'étape, et le tour, avec trois heures d'avance sur ses concurrents. Sur les 60 cyclistes présents au départ seuls 20 franchissent la ligne d'arrivée.
1997 : Le drapeau de la République populaire de Chine flotte sur Hong Kong, marquant la rétrocession du territoire par la Grande-Bretagne après 156 ans de régime colonial. Au terme d'une brève cérémonie, le prince Charles et Chris Patten, le dernier gouverneur de Hong Kong montent à bord du yacht royal Britannia pour quitter définitivement la dernière colonie britannique en Asie...



L'historiette :
Une terrible beauté est née de Helfou

Elle se déplace avec agilité à travers la ville, évitant de justesse les voitures ne remarquant même pas sa présence. Slalomant entre les passants dont l'attention est ailleurs, les yeux rivés sur leur écran tactile, un casque vissé sur les oreilles, elle tente d'échapper à ce flot effréné. Loin du tumulte de la rue principale, elle trouve une ruelle sans issue. L'atmosphère y est paisible. Un chat est étendu sous l'unique rayon du soleil que les immeubles laissent poindre.

Lire la suite de l'historiette   :
Au fond de l'impasse, seul un emballage de barre chocolatée traine dans le caniveau. Cet endroit fera bien l'affaire se dit-elle. Elle commence à s'échauffer, étire ses longues et fines jambes. Après quelques mouvements sur place, elle avance de dix pas et revient à sa place. Elle renouvelle deux fois ce mouvement dans une grande fluidité. Elle s'applique. Ses bras accompagnent le mouvement de ses jambes. Elle semble flotter au-dessus du sol, légère, aérienne. Elle se place au centre de sa trajectoire et effectue une deuxième série de quinze pas à l'opposé de sa précédente trajectoire. Cette figure est appelée dans le milieu le grand Y. Elle revient au centre. Sans hésitation, elle enchaîne une seconde série de pas dans différentes directions repassant à chaque fois par le centre. Guidée par son instinct, elle est sûre d'elle et effectue ses déplacements avec une précision impressionnante. Avec volupté, elle courbe son corps et effectue enfin de petits cercles, formant une spirale qui l'éloigne progressivement du centre. L'ensemble est cohérent, elle revient à sa place initiale, au centre. Elle n'attend pas d'applaudissement, ni de reconnaissance de son œuvre. Elle est seule dans le recoin sombre d'une ruelle. Personne à part le chat attiré par ses mouvements ne la regarde. Ce qu'elle attend, c'est une proie insouciante, qui, ne distinguant pas les mailles du magnifique filet de soie qu'elle vient de créer, viendrait s'engluer, prise au piège de cette armature apparemment si fragile et pourtant si terrible.



Bonne journée à toutes et tous
Au revoir juin, bonjour juillet et les vacances
les juillettistes sont lâchés sur les routes de France et de Navarre
On vous souhaite un peu de soleil, beaucoup de soleil
de la chaleur et surtout passer du bon temps.





avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Sam 2 Juil 2016 - 8:07


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Magnifique résultat de dressage
Le Chien le plus intelligent du monde



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 82
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Opaline le Sam 2 Juil 2016 - 8:56

Bonjour tout le monde
Un peu d'insomnie cette nuit, mais je me suis rattrapée ce matin réveillée à 7h30 !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Dim 3 Juil 2016 - 7:29


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Galerie de tous les grands peintres du monde...
Ce document est extraordinaire , vous pouvez avoir accès aux plus belles oeuvres de tous les grands peintres,
soit en cliquant sur un tableau,
soit, et c'est fabuleux, en cliquant sur un nom dans les listes par ordre alphabétique !
C'est à peine croyable ! !
C'est à conserver soigneusement , car on peut y passer des heures  
Aucun musée au monde ne peut vous montrer tout ceci !

BONNE VISITE et CLIQUEZ :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 82
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Opaline le Dim 3 Juil 2016 - 8:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Invité le Dim 3 Juil 2016 - 9:12



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Thomas.
Demain, nous fêterons les Florent ainsi que les Berthe, Éliane, Élisabeth du Portugal, Lilian et Liliane.
Ma fille a un jour déjà.... plus toutes les décennies qui vont avec.

Le 3 juillet est le 184e jour de l'année du calendrier grégorien, le 185e en cas d'année bissextile. Il reste 181 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 15e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du chamois.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 03
le soleil se couche à 21h 21
durée d'ensoleillement : 15h 18 (-1mn)
c'est bien parti pour la descente infernale des jours



Citation du jour :
« Avoir trop de chefs ne vaut rien : qu'un seul soit chef, qu'un seul soit roi. »
Homère



Dicton du jour :
« Pour avoir un beau navet, juillet doit le trouver fait. »


    
Proverbe du jour :
« Comme on connaît les saints, on les honore. »



Événement du jour :

1914 : l'impôt sur le revenu est adopté en France.
1981 : Jean-Paul II constitue une commission d'étude de la controverse ptoléméo-copernicienne, chargée de réexaminer l'affaire Galilée.
1996 : Se basant sur une étude réalisée par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, le gouvernement français annonce l'interdiction à partir de janvier 1997 de fabriquer, d'importer et de mettre en vente des produits contenant de l'amiante.



L'historiette :
Terreur Nocturne de MaxB

Il courrait, courrait à en perdre haleine. Il ne savait pas quoi il fuyait ainsi, ni pourquoi. Il n’était certain que d’une chose, il le faisait pour sauver sa vie, son âme. Il n'avait plus souvenir de rien, c’était tout ce qui lui restait, tout ce qui le constituait.

Lire la suite de l'historiette   :
Ne sachant plus quand, où, ni pourquoi, il s’arrêta soudainement. Le flanc transpercé de douleur, son cœur menaçant d’éclater. La respiration rauque et saccadée, le souffle lui manquant, il s’assit.
Après avoir calmé les battements erratiques de son cœur et retrouvé un peu du souffle béni, il observa où il se trouvait.
Il était dans une clairière, au milieu d’une forêt lugubre, désertée de toute vie. Les hauts arbres qui la peuplaient étaient de pauvres hères torsadés, le cœur anéanti. Leurs feuillages oubliés depuis de nombreuses années. Leurs branches partaient en vrille vers le ciel étoilé, dans un dernier sursaut pour la vie.
L’hiver était là, le sol, dur et rocailleux, était recouvert d’une douce nappe blanche. Où que porta son regard, c’était un paysage de dévastation. Le sol crevassé, la caillasse remplaçant l’herbe, les arbres tordus et sans vie. Ils attendaient la mort avec toute leur solennité.
En levant son regard vers le ciel, il put contempler la nuit étoilée, la brillante splendeur des astres illuminant la voûte céleste. Et le ciel surplombant ce paysage chaotique.
Mais la température continuait de chuter et plus le temps passait, plus il sentait le froid le prendre dans sa douce étreinte. Le brouillard s’était levé, rampant à même le sol, fin d’abord, mais doucement, lentement, de plus en plus épais.. Bientôt presque opaque.

Et là, un sentiment qu’il commençait à connaître, la peur, le reprenait. Cette peur instinctive qui vous tordait le ventre, avec laquelle vos jambes tremblent sans même savoir pourquoi. Une peur si primale qu’il pleurait, les larmes dévalant ses joues glacées.
Il se remit à courir. A fuir le mal qui le chassait, qui avait fait de lui sa proie. La peur qui le torturait lui donnait des ailes. Malgré son éprouvante fatigue, il continuait, parcourant cette terre inconnue, aussi vite qu’il le pouvait.. Mais toujours, il le sentait, cela se rapprochait.. Cela arrivait.
A bout de souffle, ses dernières forces l’abandonnant, il s’écroula face contre terre, tout son corps criait grâce. Il ne pouvait plus avancer.. Alors, il se permit quelques secondes de repos. Et vit où il était.. Dans un cimetière, devant les ruines de ce qui avait dû être une ancienne église, mais au vu de l’état, cela devait remonter à plusieurs siècles. Les tombes étaient vieilles, horriblement vieilles.. Il ne savait pas d’où le malaise qui parcourait son corps pouvait provenir.. Il se pensait en sécurité. « Ce doit être une terre sanctifiée ici, je ne risque plus rien » se disait-il.

D’un coup, les ténèbres furent sur lui. D’oppressantes ténèbres, qui lui serraient le cœur. Et il sut que la chose était là, prête à s’emparer de sa vie, de son âme...
Alors, les sinistres ténèbres se refermèrent sur lui, prêtes à le foudroyer et à prendre ses derniers biens si précieux. L’obscurité l’enserra dans un dernier baiser de mort, sa bouche s’ouvrit sur un dernier cri...

Et il se réveilla en hurlant.

Regardant autour de lui, il sut que c’était son ancien cauchemar qui était revenu le hanter. Mais il était sauf. Il était en sécurité, bien à l’abri au fond de son lit, dans sa maisonnette à deux pas de Coven Garden, à Londres.
Pourtant, une sensation de malaise désormais familière lui tenaillait le ventre.
Il tourna son regard vers la fenêtre. Les ténèbres voilaient le paysage, oppressantes.

A travers la vitre, un effroyable faciès le regardait, affichant un rictus empli de haine.



Bonne journée à toutes et tous
Le soleil est toujours de la partie,
c'est un beau joueur dans un ciel bleu azur
la chaleur fait partie de l'ambiance du jour.
Aujourd'hui on va fêter l'anniversaire de ma fille
il y a quelques années, elle venait au monde
pour la plus grande joie de toute sa famille.







avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Lun 4 Juil 2016 - 6:27



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

PARIS illustré et raconté par son métro ...
Un superbe plan du métro à Paris ... mais pas seulement !!! ...
Cliquez sur un des carrés de couleur d’une station (n'importe lequel) c’est génial...
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 82
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Invité le Lun 4 Juil 2016 - 7:11


Ne te cache pas le lundi, on sait que tu es là...

Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Florent ainsi que les Berthe, Éliane, Élisabeth du Portugal, Lilian et Liliane.

Demain, nous fêterons les Antoine-Marie Zaccaria.

Le 4 juillet est le 185e jour de l'année du calendrier grégorien, le 186e en cas d'année bissextile. Il reste 180 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 16e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du tabac.
C'est la date approximative du passage de la Terre à son aphélie, dans le système solaire.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 04
le soleil se couche à 21h 21
durée d'ensoleillement : 15h 17 (-1mn)



Citation du jour :
« L'éloignement augmente le prestige. »
Tacite



Dicton du jour :
« Pour la Sainte-Berthe se cueille l'amande verte, si elle n'est pleine que de lait il faut laisser mûrir le blé. »



Proverbe du jour :
« Celui qui crie le plus fort a toujours raison. »



Événement du jour :
1190 : départ de Vézelay de Philippe Auguste, et de Richard Cœur de Lion pour la troisième croisade.
1429 : lettre de Jeanne d'Arc aux habitants de Troyes.
1776 : déclaration d'indépendance des États-Unis.
1848 : mort de François René de Chateaubriand.
1987 : Les jurés de la Cour d'assises de Lyon condamnent Klaus Barbie à la réclusion à perpétuité. L'ancien chef de la Gestapo de Lyon était accusé de tortures, d'exécutions, de déportations, notamment celle de 44 enfants juifs d'Izieu en 1944.



L'historiette :
Une sale histoire d'argent de Scribe

Il a fallu que je passe dans cette banque pour vérifier un virement qui n'arrive pas. Plus d'internet... besoin d'argent... c'est le fond du puits.

Lire la suite de l'historiette   :
Il a fallu que ces trois malades débarquent et sèment le chaos dans mon espace.
Ils ont choisi les grands moyens.
Cagoules, flingues : hypernerveux.

On est une demi-douzaine de clients. Je suis la seule femme. Tout le monde doit s'asseoir par terre. Un récalcitrant se prend un coup de pied dans le pif. Ca pisse le sang. Ca glace le nôtre. Efficace pour calmer les héros. Le pauvre bougre geint sous la douleur et s'en reprend un autre. Il bascule sur le côté. Il sanglote. La peur nous ligote les cordes vocales.

Ils ramassent un paquet de fric. Ils devaient être rencardés. Deux gros sacs pleins.
L'alarme se déclenche. Tout s'accélère. C'est la panique. Des cris. Un coup de feu claque, ils cherchent un otage. Je fixe le sol. Pas de bol, l'un d'eux me saisit par le bras. En plus des billets, il leur faut de la monnaie: de la monnaie d'échange.

Les sirènes de police retentissent au dehors.

Je pressens que ça va mal se passer. Il me serre le bras si fort que ma main enfle, mais je ne ressens aucune douleur.
Mon esprit est gelé, sûrement à cause du sang glacé.
Dehors, on perçoit de l'agitation. L'alarme n'en finit pas. Les gyrophares électrisent l'atmosphère.

Et là, plus loin, le plus grand des trois me fixe. Il s'approche, bouscule mon garde-chiourme, lui ordonne de prendre le héros ensanglanté.
L'autre me jette. Je tombe à genoux. Par réflexe, je m'allonge à plat ventre, les mains autour de la tête. Mon front cogne le carrelage. Cette voix éraillée, ce regard fauve, ces yeux vairons: j'ai un flash.

C'est mon voisin du dessus.



Bonne journée à toutes et tous
Beaucoup ce matin vont se lever avec un mal aux cheveux,
ils auront fêté la victoire des bleus, ils auront le mérite d'être arrivé là
allez c'est parti pour la 1/2 finale contre l'Allemagne et on veut y croire
Je n'aurai jamais pensé que nos bleus gagneraient aussi facilement
contre cette équipe d'Islande, cette équipe jeune,
qui a donné une bonne leçon à toutes les équipes.





avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Opaline le Lun 4 Juil 2016 - 8:37

Bonjour tout le monde
Il va encore faire très chaud aujourd'hui, l'été s'est enfin installé

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Mar 5 Juil 2016 - 6:09


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spain

BIEN MIEUX QUE LA CORRIDA... SUPERBE!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
         


 
 https://www.youtube.com/embed/0iA6Yj8Vmnw?rel=0&showinfo=0
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 82
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Opaline le Mar 5 Juil 2016 - 7:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Invité le Mar 5 Juil 2016 - 8:36



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Antoine-Marie Zaccaria.
Demain, nous fêterons les Marietta Goretti ainsi que les Nolwenn et Noyale.

Le 5 juillet est le 186e jour de l'année du calendrier grégorien, le 187e en cas d'année bissextile. Il reste 179 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 17e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la groseille.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 04
le soleil se couche à 21h 21
durée d'ensoleillement  15h 16 (-1mn)



Citation du jour :
« Il y a des administrations qui coûtent trois fois plus que si on y volait. »
Prince Charles-Joseph de Ligne



Dicton du jour :
« Chaud juillet sur frais juin, peu de blé mais bon vin. »


    
Proverbe du jour :
« C'est jus vert et vert jus. »



Événement du jour :
1830 : prise d'Alger par l'armée française, début de la colonisation en Algérie. Alger capitule trois semaines après l'invasion française. Le Dey Hussein abdique sachant qu'il garde sa liberté et ses richesses personnelles. Le général Bourmont, à la tête des l37 000 soldats français, entre dans la ville. La Méditerranée est enfin sécurisée car cette conquête permet de mettre fin à la piraterie des barbaresques qui sévit depuis le XVIe siècle.
1833 : décès de Joseph Nicéphore Niépce, physicien français, inventeur de la photographie.Né le 7 mars 1765 et mort le 5 juillet 1833, Joseph Nicéphore Niépce, pionnier et inventeur de la photographie, est l'auteur du tout premier cliché. A partir de 1816, il réalise des recherches sur la photographie et collabore avec Louis Daguerre en 1826. En 1829, Niépce réalise le premier cliché de l'histoire de la photographie, avant de mourir subitement en 1833.
1865 : L'Armée du Salut est fondée par le prédicateur évangélique britannique William Booth.
1962 : le président français Charles De Gaulle reconnaît officiellement l'indépendance de l'Algérie.
Cela fait suite aux référendums des 8 avril et du 1er juillet. L'indépendance est proclamée.



L'historiette :
José Tortigue de John-Henry

José Tortigue qu’il s’appelle. C’est lui, là, à danser sur le tapis ocre de l’arène, la poussière voltige autour de lui, harmonieuse, à lui caresser la silhouette, il est en parfaite maîtrise, en totale maîtrise, il fait peut-être sombre ce soir mais la lune l’éclaire mieux, plus que n’importe qui d’autre. José Tortigue. Le taureau tranche l’air, ses cornes s’acharnent, il se vide lentement de son énergie, il a tout donné mais personne n’a jamais touché une comète inaccessible.

[hide="Lire la suite de l'historiette   "]La foule retient son souffle, personne n’ose respirer. On écarquille les yeux, on craint de cligner des paupières, de manquer les arabesques d’un homme en grâce. Son âme traîne au bout de sa muleta. Ses yeux scintillent, jamais personne n’a sacrifié une partie de son âme dans l’arène. José Tortigue se vide de son âme. Ses gestes sont fluides, il virevolte sur les grains de sable emmenés par les bourrasques de vent tiède.

Le taureau est à genou, il a perdu. José Tortigue se tient à trois, peut-être quatre mètres. Il tend l’estocade vers les étoiles. Le monde s’est arrêté de tourner, le monde regarde ici, le monde regarde ça, le monde regarde une performance dont on parlera encore. Une légende s’écrit, ici. Maintenant.

Je suis parmi la foule. Une douce chaleur m’inonde et mes doigts triturent une photo jaunie. Il reste quelques instants, les derniers d’un matador en grâce.

Ce taureau, je le connais. Ce taureau, c’est le mien. Mon élevage. Je passais des journées entières à les élever, les meilleurs taureaux, des taureaux fiers et courageux, francs et vaillants.

Il y a quelques mois, José Tortigue a appris qu’il allait combattre un de mes taureaux. Il avait le regard sombre, le visage taillé de marbre quand il a passé les barrières du domaine.

« José, je suis contente de te revoir, il faudrait qu’on parle... » Je me suis approchée.
Il a détourné les yeux, son corps fuyait. Ma main voulait le toucher, elle a caressé l’air. Il s’est adressé à mon père, « je suis venu voir le taureau, je viens toujours voir les taureaux, je les regarde dans les yeux et je viens leur annoncer la mort ».
Quand il est rentré, je lui faisais face.
« Ça va durer combien de temps ton petit jeu José ? »
Il s’est tourné vers mon père.
« Vous pourriez m’expliquer pourquoi cette femme me harcèle comme ça ? »
Mon père a haussé les épaules et il l’a raccompagné. Puis il est revenu, les yeux vaguement tristes.
« Papa, comment il a réagi le taureau ? »
« José m’a dit que le combat allait être exceptionnel. Le taureau a le potentiel. Il est déjà mort qu’il a dit. »

Les semaines qui ont suivi, je les ai passées avec le taureau. Celui-là. Celui de José Tortigue. Les derniers préparatifs. Le peaufinage. Des journées entières de sueurs. De travail. D’acharnement.

Retour à l’arène.

José Tortigue se tient debout, le dos cambré. Il est grandiose, il est arrogant. Personne ne s’en offusque, il est un maître. Il est le maître.

Je caresse la photo. Elle a été prise devant les arènes de Madrid. Elle est jaunie mais on reconnaît encore mon sourire. On était beau. Lui surtout. C’était avant José Tortigue. On était jeunes. C’était avant. Il n’était pas en état de grâce. Pas encore. Plus pour longtemps.

Chaque pas résonne sur le sable doré, l’arène est silencieuse, prête à célébrer un héros. Son héros.

Il s’avance. Il regarde l’animal, au fond des yeux, dans une dernière arrogance voilée de concentration.

Et il hurle.

« La cabeza abejo cabron ». Et il se projette vers l’avant, l’estocade tranchante.

Ça se passe toujours comme ça. Je le sais. Je le sais, depuis le temps. Triompher ne lui suffit pas, il faut humilier. Tout le monde attend la phrase, elle signifie la mort, elle annonce la fin du combat. Il la prononce chaque fois. Le spectacle est plus grandiose alors. L’arène est prête à exploser.

Le taureau relève brusquement la tête, l’estocade rebondit sur son crâne, lui frôle le cuir et il se dresse furieusement. La foule hurle. Une corne traverse l’abdomen de part en part.
Le héros a failli.

Ce n’est jamais bon les habitudes. Les habitudes, elles peuvent vous tuer.

Je me lève, l’arène pleure un héros, je descends les escaliers, je tourne le dos au spectacle, je déchire la photo. Je répète « La cabeza abejo cabron ». Je souris.
Le taureau aussi savait, il s’en est souvenu. Après des semaines d’entraînement. Il ne m’a pas trahie.

Le vent s’engouffre dans mes cheveux.

Et je m’enfonce dans la nuit tiède.[/hide]



Bonne journée à toutes et tous
En Provence, en Camargue, en Crau l'été est bien installé
le soleil chauffe notre corps qu'on offre à ses rayons
l'eau de la mer est délicieuse, elle chauffe elle aussi
Les touristes affluent de tous les côtés, les fêtes aussi
que c'est bon l'été, les meilleurs mois de l'année
que j'aime, je ne me lasse pas de l'été et vous ?






avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Invité le Mer 6 Juil 2016 - 6:51


On se réveille en fanfare.... et un petit hommage à ce grand homme

Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Marietta Goretti ainsi que les Nolwenn et Noyale.
Demain, nous fêterons les Raoul ainsi que les Aubierge et Ralph.

Le 6 juillet est le 187e jour de l'année du calendrier grégorien, le 188e en cas d'année bissextile. Il reste 178 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 18e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la gesse.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 05
le soleil se couche à 21h 21
durée d'ensoleillement : 15h 15 (-1mn)



Citation du jour :
« Il n'y a que deux sortes d'hommes : les uns justes, qui se croient pécheurs ; les autres pécheurs, qui se croient justes. »
Blaise Pascal



Dicton du jour :
« Ciel de juillet rouge au matin, est un pluvieux voisin. »
« Si juillet est beau, Prépare tes tonneaux. »


    
Proverbe du jour :
« Année de foin, année de rien. »



Événement du jour :
1971 : Le grand Satchmo n'est plus. Louis Armstrong, le génial trompettiste et chanteur qui a contribué plus que quiconque à faire reconnaître le jazz comme partie intégrante de la culture américaine, s'est éteint dans son sommeil, deux jours après son 71e anniversaire.
Toute une génération de trompettistes lui doivent en grande partie leur inspiration. L'apogée de sa carrière se situe dans les années 20 et 30, à l'époque des petits ensembles. En 1922 il se joint à la légendaire formation de Joe "King" Oliver ; à la fin de la décennie il sera le musicien noir le plus célèbre du monde.
Plus tard il évolue avec de plus grands orchestres vers le style swing, et son répertoire s'enrichit avec la reprise de mélodies contemporaines, telles Hello Dolly. Ses dons de comédien l'amènent aussi au théâtre et au cinéma, notamment dans New Orleans, avec Ella Fitzgerald, et dans High Society. Son interprétation de la chanson What A Wonderful World a connu une notoriété nouvelle lorsqu'elle a été entendue dans le film Good Morning, Vietnam.



L'historiette :
Maquillage de fin de Strip

1
Le temps est à l’orage. Lourd comme un fardeau qui colle à la peau. Les martinets volent en rase-mottes gobant ci et là des nuages de moucherons alourdis par la poisse. Une goutte roule dans l’échancrure de son cou, ouvert aux quatre vents par un joli sourire kabyle.

Lire la suite de l'historiette   :
2
Son sourire pathétique contraste avec le rictus pétrifié de ses lèvres bleuies. Le visage est tuméfié, irisé aux pommettes, cramoisi à la base du nez, tel l’horrible maquillage d’un clown de seconde zone.

3
D’autres gouttes explosent à rebours sur sa peau grêlée, la pluie entre en scène, délavant les ecchymoses, révélant les blessures. La poupée de chiffon, désarticulée dans l’herbe fraîche n’attend plus qu’on la ramasse. Au loin, la ville se fait lavasse.

4
Elle commence à sentir, et ça les gène. Réunis autour d’elle comme un nuage de moucherons, ils s’affairent, prélevant ci et là des échantillons du passé, jalonnant à présent la scène de repères, imaginant déjà les futures analyses.

5
Ils tournent en rond, creusent les empreintes, tracent les contours de ce meurtre sordide. Un parfait modèle de jeune fille, dont on parle déjà à l’imparfait, quelle avanie. La pluie en longs lavis a éteint sa flamme. Au loin, le ballet des gyrophares, plonge le monde dans les ténèbres.

6
Elle est brûlante, telles les cendres de sa sœur. Poussières d’une vie broyée aveuglement. Elle remonte le col de son pardessus, glisse l’urne sous son bras et plonge tête baissée dans la fièvre de la ville. Vengeance.

7
L’appartement de sa sœur ne recèle rien d’extraordinaire. Murs blancs satinés, meubles éco, déco bibelots. Seule sa respiration déchire le silence. Vide, vidée, besoin d’une présence. Sur la table, l’agenda ouvert comme le livre des morts. Dernier rendez-vous griffonné. L’absence cerclée de rouge.

8
Son nom, son numéro, se murent dans sa tête. Appel téléphonique. Conversation. Intuition. Elle sent brûler sa croix sous son chemisier. Elle sera l’amante et elle va le tuer religieusement.

9
Elle est là, fatiguée, transie par l’attente au pied de son immeuble. Elle le voit sortir tel un rat de son trou, agitant sa tête frénétique. Elle ressent un profond dégoût, elle se rapproche sans maudire. Ses premiers mots la pénètrent : « je te tutoie ? ».

10
Elle l’entraîne dans la volée d’escalier, menaçante, armée d’une lame crucifix. Elle frappe une première fois entre deux vertèbres, il s’effondre dans un lourd craquement. Elle replante à cœur son tuteur et regarde s’épanouir les fleurs de sang.

11
Le temps est à l’abandon. Elle l’asperge d’eau de vie, craque une allumette et regarde son visage crépiter. Elle reste de glace, sans se morfondre, entre soleil et cendres.

12
Maquillage de fin, pour un nouveau départ.

Défunt maquillage

1’
Le soleil est au beau fixe. Léger comme un voile sur la peau. Les martinets volent là-haut trouant ci et là des nuages éthérés. Une perle roule dans l’échancrure de son cou, un joli collier kabyle, souvenir de ses voyages aux quatre vents.

2’
Son sourire extatique soulignant ses lèvres rougies ensoleille son visage, des pommettes à la base du nez. Maquillage au parfum d’ozone qui explose sur sa peau frêle.

3’
Il entre en scène, écrasant l’osmose, lacérant, s’acharnant, odieuse meurtrissure. La poupée se chiffonne dans l’herbe chaude, ramassée. Au loin, la ville se fait salace.

4’
Il recommencera, il le sent, c’est dans ses gènes. Réunis autour de lui, quelques affaires ci et là et des échantillons de ce qui s’est passé, des repères qui jalonnent à présent sa future analyse. Il imagine.

5’
Il tourne en rond, creuse ses empreintes, retrace, sordide, les contours de son meurtre. Imparfait modèle, dont il parle déjà au plus que parfait. Le soleil a enflammé sa vie. Au loin, le ballet des gyrophares, l’éblouit, il revient au monde, dans la lumière.

6’
Il est brûlant, tel un Phénix qui renaît de ses cendres. Broyé, aveuglé, il époussette les poussières de son pardessus. Il abaisse son col et tête haute, entre dans la ville, apaisé. Engeance.

7’
Son appartement sort de l’ordinaire. Murs noirs lacérés, déco zéro, seule sa respiration meuble l’écho. Vide, vidé, besoin de déchirer le silence. Il gratte son mur, perfore, griffonne jusqu’au sang un cercle rouge, un agenda ouvert sur la mort, un dernier rendez-vous avant l’absence.

8’
Son ombre sur le mur fait son numéro. Appel téléphonique. Esprit de conservation. Prémonition. Il sent sa foi brûler sous sa chemise. Il sera l’aimant, elle sera l’amante, et il va la tuer sans sacrement.

9’
Il est las, fatigué, transi par l’attente. Il sort de son immeuble la cherchant frénétique, il agite la tête, l’aperçoit, la trouve à son goût, se rapproche sans mot dire. Ses premiers mots le peinent : « toi, je te tue ! »

10’
Il se traîne dans la volée d’escalier, menacé, bras en croix. Il frappe une première fois le sol, ses vertèbres craquent lourdement. Il replante sa tête sur son cœur et regarde son heure s’évanouir.

11’
Le temps s’abandonne. Son visage sans vie crépite comme une allumette. Il fond comme glace au soleil entre brouillard et cendres.

12’
Défunt maquillage. Retour à l’arrivée.



Bonne journée à toutes et tous
L'historiette d'hier, belle leçon de morale
Une autre vision de la corrida et bravo à l'éleveur
mais au fait qui l'a lu ? pas grand monde il me semble
à part chez St Luc que j'ai eu un retour de Ninette
Allez moi ça me fait plaisir de faire cet éphéméride
le matin en sirotant mon café et en vous lisant
c'est mon moment de bonheur avec vous.


moi, je ne suis pas comme le capitaine, je n'ai que des coquelicots à vous offrir...



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Invité le Jeu 7 Juil 2016 - 7:28



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Raoul ainsi que les Aubierge et Ralph.
Demain, nous fêterons les Thibaut ainsi que les Edgar le Pacifique et Thiébaud.

Le 7 juillet est le 188e jour de l'année du calendrier grégorien, le 189e en cas d'année bissextile. Il reste 177 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 19e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la cerise.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 06
le soleil se couche à 21h 20
durée d'ensoleillement : 15h 14 (-1mn)



Citation du jour :
« L'existence du Soldat est (après la peine de mort) la trace la plus douloureuse de barbarie qui subsiste parmi les hommes. »
Alfred de Vigny



Dicton du jour :
« Juillet c'est le mois des moissons, on met la faux au sillon. »


 
Proverbe du jour :
« Venin guérit venin. »



Événement du jour :
1872 :Verlaine abandonne le domicile conjugal pour rejoindre Rimbaud.
Entre sa jeune épouse malade et son amant démoniaque, le coeur du poète ne balance pas longtemps.
Par Frédéric Lewino et Gwendoline Dos Santos (Le point)
2005 : Le jour de l'ouverture du sommet du G8 en Écosse, des bombes explosent dans trois rames de métro à Londres et dans un bus faisant 56 morts (dont les 4 kamikazes) et 700 blessés. Un groupe islamiste, s'identifiant comme "l'Organisation Al-Qaïda/Jihad en Europe", inconnu jusqu'ici, a revendiqué la responsabilité des attentats dans un communiqué sur internet.



L'historiette :
Le train de 17 h 52 de Kikou

Dans la vie, j’ai deux passions : les trains et ma femme. Je réunis les deux lorsqu’elle affirme :
— T’aurais dû être garde-barrière !
Je préfère les premiers à la seconde. La locomotive, elle au moins, me fait rêver. Ma femme, plus du tout.

Lire la suite de l'historiette   :
Alors, pour l’oublier, je vais voir passer les trains. J’habite un tout petit village, un hameau, pourrait-on dire. Comme j’ai toujours eu de la chance dans la vie, il est traversé par une voie ferrée. Et sur cette ligne régulièrement entretenue, circule un train ou plutôt cinq trains puisqu’il y a cinq horaires différents dans la même journée : 05 h 43, 09 h 12, 13 h 33, 17 h 52 et 22 h 22.
Depuis dix ans, je les regarde et pas un n’a du retard. Tous me frôlent à l’heure pile, à la seconde près. Du travail d’orfèvre. Je suis admiratif.

Au début, je m’installais à deux mètres de la voie ferrée. J’emportais mon siège pliant et je m’asseyais dessus juste à quelques centimètres du virage. L’arrivée du train était cachée par un haut bosquet d’arbres mais je l’entendais mugir dans le lointain. Evidemment, les trains à vapeur faisaient plus d’effet. Ils dégageaient une fumée noirâtre qui m’enveloppait tout entier. Ceux d’aujourd’hui sont moins bestiaux, ils ont figure humaine.

Il surgissait soudain dans un énorme fracas qui m’obligeait à un réflexe : je reculais. Sans doute, avais-je peur qu’il me touche. Et puis, au fil des mois, l’habitude aidant, le réflexe a disparu. Et même, je me suis rapproché. De deux mètres, je suis passé à un mètre, puis à cinquante centimètres et maintenant, je m’assieds à dix centimètres. En tendant le bras, je pourrais le toucher mais je n’ai pas encore eu ce courage.

Le chauffeur ne m’a jamais vu car il est trop haut dans sa machine et il roule trop vite. Les voyageurs sont peu nombreux et, de toute façon, ils ont la tête plongée dans un bouquin ou dans leurs pensées. Je ne risque pas d’être dénoncé.

Ma femme n’aime pas les trains. Une sorte de frayeur éclaire ses yeux lorsqu’elle en parle. Pour moi, ils représentent l’évasion, le rêve. Elle, elle est trop terre à terre. Le rêve ne la concerne pas.
Mon train préféré, c’est celui de 17 h 52. Il est luisant comme un diable. Sa locomotive rouge réverbère le soleil couchant et brille dans le ciel bleu. Quand il débouche du virage, sa sirène meugle dans la plaine. Ca me fend l’âme.

J’aimerais tant partager ce bonheur avec ma femme mais elle refuse toujours de m’accompagner. Elle a toujours un prétexte sous la main : la vaisselle, le repassage qui n’attend pas, le repas à préparer. Aussi, quand elle m’a dit :
— Aujourd’hui, je vais avec toi voir la bête !
J’ai été surpris. Mais une idée complètement folle a germé en moi. Une idée extravagante m’a traversé l’esprit. En un éclair, j’ai vu la scène qui allait se dérouler tout à l’heure.

Il était 17 h 15. J’avais donc trente-sept minutes pour qu’aboutisse le plan machiavélique qui s’élaborait en moi tandis que nous roulions vers l’assassinat de ma femme. Car le moment tant attendu était enfin venu : j’allais me débarrasser d’elle à tout jamais.
Tout en conduisant, je faisais mentalement le point : dans le coffre de la voiture, il y avait une corde solide, efficace. La maîtriser n’était qu’un jeu d’enfant, je pesais trente kilos de plus qu’elle. Elle ne faisait pas le poids. Je la bâillonnerai avec le sparadrap qui était dans la boîte à gants. Il fallait commencer par la museler ; la campagne était déserte mais ses cris pouvaient faire écho dans les montagnes et attirer des curieux.

Il était 17 h 32. Nous étions arrivés. Avant qu’elle ne sorte de la voiture, je l’embrassais fougueusement, comme au temps de notre jeunesse. Pendant ce baiser que je prolongeais le plus longtemps possible, je fourrageais dans la boîte à gants à la recherche du collant. Je le trouvai enfin. Je décollai mes lèvres des siennes et dans un geste rapide fermait sa bouche avec le sparadrap. Elle essaya de l’enlever sans y parvenir. Elle ouvrit la portière et tenta de s’enfuir. Je croyais l’avoir attrapé par le pied mais elle se dégagea. Je la vis courir dans l’herbe.

Il était 17 h 43. Je courus derrière elle et mes jambes de rugbyman me donnèrent à nouveau des ailes. Ma jeunesse décidément, revenait. En trois enjambées, je l’avais rejointe et je la plaquais. Je la maintenais au sol et je la ficelais solidement. Elle ressemblait maintenant à un saucisson.
Nous étions à cinq cents mètres des rails.

Il était 17 h 47. Je sprintais comme un dératé. Je battais tous les records du monde du cinq cents mètres avec un poids de cinquante kilos sur les épaules.

Il était 17 h 49. Je la jetais littéralement sur les rails juste à l’endroit où le tournant se termine. Le chauffeur du train ne pourra pas l’apercevoir. C’est la mort certaine.

Il était 17 h 51. Je la regarde une dernière fois. Ses yeux d’un bleu de cristal lancent des appels au secours. Dans une minute, ma femme ne sera plus qu’un tas de viande rouge étalée sur les rails.
C’est alors que je perds le contrôle de la situation. Perdu dans mes adieux, je n’ai pas entendu le crissement du train dans le tournant. J’ai juste le temps de constater que ma montre marque 17 h 51. Il est en avance, aujourd’hui !

Je suis renversé par le mastodonte. Ma tête roule sur le côté. J’ai trois secondes pour vous dire que je suis mort. Ma femme, elle, l’est déjà. Je dois bien avouer que c’est une maigre consolation !



Bonne journée à toutes et tous
Ce matin quel bonheur de lire un mail
du professeur principal de la classe ULIS
Un élève lourdement handicapé a réussi
avec mention son bac pro, les remerciements
de ce professeur envers les accompagnants
vous bouleversent et vous vont droit au cœur
quand on connait l'handicap du gamin,
on est fier de cette réussite
C'est mon bonheur du jour, mon grand bonheur.


de la zénitdude par ce temps caniculaire mais vive l'été



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Jeu 7 Juil 2016 - 8:17


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Quelques boutades de Pierre Desproges:

- Je ne bois jamais à outrance, je ne sais même pas où c'est.
- L’ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne.
- Je n'ai jamais abusé de l'alcool, il a toujours été consentant.
- Si vous parlez à Dieu, vous êtes croyant... S'il vous répond, vous êtes schizophrène.
- 5 fruits et légumes par jour, ils me font marrer... Moi, à la troisième pastèque, je cale.
- L’alcool tue, mais combien sont nés grâce à lui ?
- Un jour j'irai vivre en Théorie, car en Théorie tout se passe bien.
- La médecine du travail est la preuve que le travail est bien une maladie !
- Le lundi, je suis comme Robinson Crusoé, j'attends Vendredi.
- IKEA est le meilleur prénom pour une femme :
suédoise, bon marché, à emmener aussitôt chez soi et facile à monter.
- Dieu a donné un cerveau et un sexe à l'homme mais pas assez de sang pour irriguer les deux à la fois.
- La lampe torche. Le PQ aussi.
- La pression, il vaut mieux la boire que la subir.
- Jésus changeait l'eau en vin, et tu t'étonnes que 12 mecs le suivaient partout !
- Si la violence ne résout pas ton problème, c'est que tu ne frappes pas assez fort.
- Travailler n'a jamais tué personne mais pourquoi prendre le risque ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

 

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 82
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Opaline le Jeu 7 Juil 2016 - 8:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Ven 8 Juil 2016 - 6:20


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

SALADE DE FRUITS

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Une petite clémentine, rentrant tard le soir,  s'adresse à sa mamandarine.
Ne dis pas à papaplemousse que je suis sortie avec « Joli citron »
Il avait une super pèche!
Il m'a dit que j'avais de belles prunelles,
La peau douce comme la mangue
Et deux petits abricots mûrs à point.
Bref, qu'avec moi c'était pas pour des prunes.
Puis il a eu un zeste déplacé.
J'ai rougi comme une framboise,
Et je lui ai dit kiwi.
Comme nous étions pressés,
Illico on a croqué la pomme.
Maintenant je suis sûre que je vais avoir des pépins.
En plus, il m'a dit de ne plus ramener ma fraise.
C'est vraiment la guigne.
Je crois que je me suis fait bananer.
Je vais encore passer pour une poire !
Sacrément mise en boite l'ananas !
Les copines elles melons toutes dit ! ! !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 82
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Invité le Ven 8 Juil 2016 - 7:45



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Thibaut ainsi que les Edgar le Pacifique et Thiébaud.
Demain, nous fêterons les Amandine ainsi que les Hermine, Irma et Marianne.

Le 8 juillet est le 189e jour de l'année du calendrier grégorien, le 190e en cas d'année bissextile. Il reste 176 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 20e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du parc.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 06
le soleil se couche à 21h 20
durée d'ensoleillement : 15h 13 (-1mn)



Citation du jour :

« Tout homme a dans son cœur un cochon qui sommeille. »
Charles Monselet



Dicton du jour :
« À la Saint-Thiébaut sème tes raves arrache tes aulx. »


    
Proverbe du jour :
« Un ami vaut mieux qu'un frère. »



Événement du jour :
1621 : naissance de Jean de La Fontaine.Jean de La Fontaine, né à Château-Thierry, est un poète, moraliste, dramaturge, librettiste et romancier français.Il meurt le 13 avril 1695 à Paris. Voir la chronique du jour.
Ses Fables sont l'un des plus grands chefs d'œuvre de la littérature française. Elles ont été écrites entre 1668 et 1694. Il s'agit comme son nom l'indique d'un recueil de fables écrites en vers, la plupart mettent en scène des animaux et contiennent une morale au début ou à la fin. Ces fables sont écrites dans un but éducatif pour le Dauphin.
1943 : Jean Moulin, fondateur du Conseil national de la Résistance, succombe aux tortures de la Gestapo à l'âge de 44 ans. Il avait été arrêté le 21 juin à Caluire, près de Lyon, où il avait organisé une réunion secrète.



L’historiette :
Placardés de Cenicienta

Ils étaient là, tout près, Rémy le savait et priait pour que son frère et lui s’en sortent indemnes.
Ils étaient arrivés il y a deux heures et étaient passés au premier étage après avoir vidé le rez-de-chaussée. Ils ne pensaient pas qu’il y avait encore quelqu’un dans la maison, Rémy étant resté chez lui au dernier moment afin de veiller sur son petit frère Charlie qui était grippé. Pendant que Rémy se demandait ce qu’il faisait là, il les entendit approcher. Venant de la salle de bain, située au bout de couloir, à quelques mètres de là, des bruits de flacons renversés le faisaient sursauter.
Lire la suite de l'historiette   :

Charlie remua, le raffut de la vitre brisée ainsi que le fait d’avoir été sorti de son lit ne l’avaient pas réveillé. Il semblait si fragile, même dans ce placard, son visage s’illuminait. Rémy avait beau avoir huit ans de plus que son frère, il avait toujours été jaloux sur ce point. A part ce détail, ils s’entendaient très bien. Charlie, de son côté avait toujours admiré Rémy, il le voyait beau, grand, fort, intelligent et drôle, il l’aimait.

Rémy avait peur ; peur que les criminels les surprennent, même ici, même dans ce recoin de leur chambre. Que feraient des voleurs avec des vêtements d’enfant ? Aucune raison pour qu’ils ne fouillent par ici.

Charlie se réveilla.
— Pourquoi on est dans l’placard ?, cria-t-il presque. Rémy lui colla la main sur sa bouche en lui faisant mine de se taire. Charlie secoua la tête et Rémy enleva sa main.

C’est alors qu’ils entrèrent dans la chambre.
Charlie se mit à sangloter et Rémy le serra très fort dans ses bras avec sa forte main recouvrant son mince visage.

Les pas se rapprochèrent, ils firent voler les tiroirs des tables de nuit. Un sursaut sortit de la bouche de Charlie et Rémy resserra son étreinte, au point d’immobiliser son frère. Celui-ci tremblait de peur.

Les minutes s’écoulèrent. La force de Rémy recouvrait toujours le visage de son frère pendant que les voleurs continuaient à piller la chambre d’enfants.

Que feraient-ils s’ils tombaient sur eux ? Les frapperaient-ils ? Les tueraient-ils ? A cette idée, Rémy regarda son jeune frère, il avait fermé les yeux et semblait plus paisible. A travers les portes du placard, il vit les deux hommes renverser les jouets de Charlie. Puis, voyant son frère étrangement immobile, Rémy s’inquiéta, il desserra alors ses bras et le secoua. Charlie n'ouvrit pas les yeux. Rémy vit les marques de ses doigts sur le visage de son frère et un frisson le transperça des pieds à la tête. Son cœur s’affola, et machinalement, il posa son index et son majeur sur le cou frêle de Charlie et sentit sa tête lui tourner sous l’inactivité de son pouls.

En voulant protéger son frère, en l’empêchant de les faire remarquer, il l’avait tué, son frère, son ami.

Les deux hommes venaient de partir.

Ils n’avaient pas ouvert le placard.



Bonne journée à toutes et tous
Le jour d'après... beaucoup de têtes dans le luc
Mal aux cheveux, plus de voix après la teuf
Allez maintenant ils sont en finales
et le peuple oublie le 49.3, la loi travail
déjà que les vacances sont là
pour tout faire oublier, mais le foot...
est un bon anesthésiant... je trouve
la drogue du peuple, les footeux
les gladiateurs des temps modernes...
mais la France est en finale contre le Portugal






avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Opaline le Ven 8 Juil 2016 - 10:27

Bonjour tout le monde, climat tropical aujourd'hui : chaleur et pluie

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Sam 9 Juil 2016 - 6:43


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Quelqu'un a dit " il y a des jours avec et des jours sans .... et les jours sans , il faut faire avec "


Un homme triste est dans un bar depuis une demi-heure.
Il contemple tristement son verre de bière en soupirant.
 
Tout à coup, un costaud en blouson de cuir entre dans le bar, voit le petit homme, lui donne une grande claque dans le dos en riant et lui boit sa bière.
 
 L'homme triste se met à pleurer à chaudes larmes.
 
 Eh, oh, attends lui dit le costaud, désolé ! Ce n'était qu'une plaisanterie, je te paye une autre bière, je ne voulais pas te faire pleurer.
 
 Non, non, laissez ! dit le petit homme, je pleure parce que cette journée a été la plus terrible de ma vie :
 
Ce matin, ma voiture tombe en panne, j'arrive en retard au travail, mon patron m'annonce qu'il me renvoie.
Quand je rentre à la maison, j'annonce ça à ma femme qui me quitte en emmenant mes deux enfants.
A peine parti, le four dans lequel ma femme faisait cuire un rôti explose et la maison brûle.
En sortant pour appeler les pompiers, je me fais renverser par une voiture.
Le temps d'arriver à l'hôpital, ma maison était détruite...

A la fin, n'en pouvant plus, je viens dans ce bar et voilà qu'un imbécile qui se croit rigolo, boit mon verre dans lequel j'avais mis du poison pour mettre fin à mes jours...

Alors vous voyez quand on n'a pas de bol c'est jusqu'au bout!
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 82
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Invité le Sam 9 Juil 2016 - 7:13



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Amandine ainsi que les Hermine, Irma et Marianne.
Prénoms fêtés autrefois : Procule.
Demain, nous fêterons les Ulrich.

Le 9 juillet est le 190e jour de l'année du calendrier grégorien, le 191e en cas d'année bissextile. Il reste 175 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 21e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la menthe.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 07
le soleil se couche à 21h 19
durée d'ensoleillement : 15h 12 (-1mn)
et on diminue doucement mais surement...



Citation du jour :
« La première heure du matin est le gouvernail du jour. »
Anonyme



Dicton du jour :
« Après Saint-Procule arrive la canicule. »


    
Proverbe du jour :
« Savoir bien se taire est plus malaisé que de bien parler. »



Événement du jour :
1429 : victoire de jeanne d'arc à Troyes.
Jeanne d'Arc fait ouvrir les portes de Troyes à Charles VII, qu'elle va faire sacrer à Reims. Alors que Reims se rapproche, le Dauphin et ses conseillers doutent encore de Sainte Jeanne d'Arc. Elle a bien du mal à convaincre le futur Roi de maintenir le siège quelques jours pour faire tomber la ville. Ayant prêté serment d'allégeance au roi d'Angleterre il y a peu, la cité refuse en effet de donner ses clés. Elle cède pourtant à la simple vue de la «pucelle» organisant le siège. Le lendemain l'armée royale entre dans la ville sans avoir combattu.
1918 : consécration des armées alliées au Sacré-Cœur.
Le généralissime Foch consacre au Sacré-Cœur toutes les armées alliées placées sous ses ordres. Il le fait en présence des officiers de son état-major.
Une plaque commémorative est apposée dans l'église du village de Bombon, en Seine et Marne, où se trouve l'état-major de Foch. Ce dernier commence avec ses officiers une neuvaine qui se termine le 18 juillet suivant. Ce jour-là commence l'offensive d'où sort la victoire finale.
1944 : Les troupes alliées commencent à libérer la Normandie.
1960 : un décret autorise le péage sur les autoroutes françaises.



L'historiette :
Trois ballons de Equinox

Trois ballons. Un rouge, un vert, un orange.
Si le vent l’avait voulu, il aurait pu les envoyer aux quatre coins de l’espace, là où, emportés par un trou noir, ils auraient été perdus à jamais.
Pourtant ils étaient là, ils lévitaient à la vue du monde entier, mais personne ne les regardait.

Lire la suite de l'historiette   :
Personne ne les regardait car la terreur planait, enveloppait la population. Elle tendait devant les yeux effarés des hommes un voile d’ombre qui cachait ces ballons brillants rouge, vert, et orange régnant pourtant sur cette planète sans couleurs.

Les océans et les mers noirs et blancs déferlaient de toutes parts noyant toute vie humaine.

Sous la croûte terrestre, des centaines de plaques se rencontrèrent et ce fut le chaos.

Pour faire simple, la Terre se fendit en deux et le magma ressortit. L’eau disparut. La Terre ressemblait plus à Mars en feu.

Puis un ange attrapa les ballons rouge, vert, et orange et les embrassa.

Alors, une musique apaisante s’éleva. Le magma rentra dans les entrailles de la planète, elle se referma, l’eau émergea, des continents se formèrent, des êtres naquirent.

Un nouveau monde remplaça l’ancien. Le temps passa, les espèces évoluèrent. L’homme se distingua. La lune fut souillée, l’espace envahi de satellites et autres détritus indésirables, la vie était là.

Et le petit ange qui commençait à s’ennuyer de ce monde-là, envoya un beau matin trois ballons qui contenaient les couleurs du monde. Un rouge, un vert, un orange.

Bonne journée à toutes et tous

Le bonheur est dans le pré pour moi il est au bord de l'eau
il faut juste un peu, beaucoup de soleil, de la chaleur,
du sable fin ou quelques galets,
une légère brise marine, une mer bleue
et le bonheur du moment est là et pour vous ?





avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Opaline le Sam 9 Juil 2016 - 9:09

Bonjour mes amis,
Il fait déjà chaud ce matin. L'une de mes petites filles vient déjeuner chez nous ce midi avec son compagnon. L'ours est en train de leur cuisiner un magret de canard dont ils se  souviendront.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coucou Invité, contente de te voir !
avatar
Opaline
Admin

Messages : 629
Date d'inscription : 05/07/2012
Localisation : Provence

http://amities-francophones.xooit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Le Gamin d'Etupes le Dim 10 Juil 2016 - 7:43


 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

 
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pendant que le docteur posait des points de suture sur la main d’un vieux pêcheur qui s’était blessé lors de sa dernière sortie de pêche, il discutait avec lui de choses et d’autres.
À la longue, la conversation tourna autour de la politique et de la victoire électorale de François Hollande.
Le vieux pêcheur dit :
- “Ben vous savez, Hollande est comme une tortue piquet.”
Pas familier avec le terme, le docteur demande :
- “Qu’est-ce qu’une tortue piquet ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le vieux pêcheur dit :
 “Quand vous conduisez sur un chemin de campagne et que vous croisez un piquet de clôture
avec une tortue juchée dessus, ça c’est une tortue piquet”.
Le vieux pêcheur remarqua l’air dubitatif du toubib.
Il continua donc son explication :
- On sait qu’elle n’a pas grimpé là toute seule,
- On sait qu’elle n’est pas à sa place,
- On sait qu’elle n’a pas d’idée de ce qu'elle doit faire pendant qu’elle y est,
- On sait qu’elle est au-dessus de sa capacité de fonctionner, et vous vous demandez quelle bande d’abrutis l’ont placée dans cette position.

C'est la meilleure explication entendue à ce jour sur le résultat des dernières élections présidentielles en France...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

******************************
Avec mes compliments et cordiales salutations
***********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bonjour Invité, très heureux de te voir !
avatar
Le Gamin d'Etupes

Messages : 1445
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 82
Localisation : F.25460 Etupes

http://papyroutier.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Invité le Dim 10 Juil 2016 - 8:01



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Ulrich.
Demain, nous fêterons les Benoît ainsi que les Olga.

Le 10 juillet est le 191e jour de l'année du calendrier grégorien, le 192e en cas d'année bissextile. Il reste 174 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 22e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du cumin.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 08
le soleil se couche à 21h 19
durée d'ensoleillement : 15h 11 (-1mn)



Célébrations de demain :
• Journée mondiale de la population



Citation du jour :
« C'est la faute de la fatalité ! »
Gustave Flaubert



Dicton du jour :
« Pluie du dix juillet, Pluie de sept semaines. »


    
Proverbe du jour :
« Qui croit aux rêves se nourrit de vent. »



Événement du jour :

1547  duel entre Jarnac et La Châtaigneraie.
Le duel a lieu dans la cour de Saint-Germain-en-Laye, en présence du Roi Henri II. La Châtaigneraie, considéré comme la plus fine lame du Royaume est battu grâce au « Coup de Jarnac ».
1900 :Inauguration du métro parisien.
1976 : loi sur la protection des animaux.
Cette loi punit de 6000F et 6 mois d'emprisonnement quiconque détruit un œuf d'aigle. Par contre la loi du 31 décembre 1982 fait rembourser par la sécurité sociale la destruction d'un œuf humain et oblige tout Français à y participer.
1985 :Naufrage du navire Rainbow Warrior, appartenant au mouvement Greenpeace, à la suite d'un sabotage dirigé par les services secrets français.



L'historiette :
Zwartmanseiland (une uchronie amazonienne) de IktomiIktomi

Au trente-sixième jour du conflit, six semaines après la proclamation de l’indépendance, la République Unie Nord-Amazonienne se réduisait à un couloir d’une quarantaine de kilomètres de large de part et d’autre du Lawa. Ce fleuve restait la seule voie de communication contrôlée par la RUNA, et encore ne lui laissait-elle qu’une faible marge de manœuvre. Son cours est jalonné d’une multitude de sauts qui ne peuvent être franchis qu’en prenant des risques extrêmes. Les Français qui, au dix-neuvième siècle, ont les premiers remonté le Lawa jusqu’à sa source non loin de la Sierra Parima, ont baptisé certains sauts de noms évocateurs qui sont restés tels quels dans la toponymie : « Trompe-la-mort », « Raison perdue », « A Dieu va ».

Lire la suite de l'historiette   :
Lorsque les troupes vénézuéliennes et brésiliennes avaient déferlé du nord-ouest et du sud-est, leur point de jonction devait être le Lawa, choisi pour devenir la nouvelle frontière entre le Venezuela et le Brésil. Ainsi ces deux états avaient-ils décidé de régler la question du « contesté territorial », qui les opposait à l’ancienne puissance coloniale, aux dépens de la nouvelle et fragile République Unie, alors que ces dernières années ils avaient semblé se désintéresser du sujet. Mais la petite armée de la RUNA avait montré une étonnante aptitude au combat, et la promenade militaire annoncée par Caracas et Brasilia avait rapidement été transformée en « nouvelle guerre du Chaco » par les médias, toujours friands d’analogies approximatives. Mais le fait est que si les troupes nord-amazoniennes avaient reculé partout, elles tenaient toujours le Lawa et le tenaient bien.

Pourtant à Zwartmanseiland, un village situé à une journée de pirogue en amont du saut Trompe-la-mort, une petite unité composée en majorité de volontaires locaux tentait désespérément de repousser les incursions de plus en plus nombreuses de l’ennemi. Les renforts ne venaient pas. Plusieurs soldats avaient été faits prisonniers lors de précédents accrochages. Leurs noms étaient sur toutes les lèvres : Eddy Ngwete, Alfred Bakalimo, Rudy Mahes, Kenneth Amiemba, Leonard Sana et les jumeaux Fedries : Hermann et Marlon. La nouvelle de leur capture dans le secteur de Trompe-la-mort avait consterné le village. Ce n’étaient certes pas des soldats de métier, mais enfin leurs ancêtres avaient toujours su semer les chasseurs d’esclaves : la forêt était leur domaine. A Zwartmanseiland, les envahisseurs étaient désignés du terme méprisant de Brasiùs. Savoir ces sept hommes aux mains des Brasiùs rendait la population malade d’angoisse. Il y avait pourtant un petit groupe qui semblait ne pas céder à la panique. Six femmes : Wilma Ngwete, Marlene Bakalimo, Lucia Mahes, Margrit Amiemba, Astrid Sana, les épouses, et Omiela Fedries, la mère des jumeaux.

A l’aube du trente-septième jour de guerre et du huitième jour de captivité des hommes de Zwartmanseiland, les six femmes chargeaient des vivres et des armes dans une pirogue. Le commandant Blonhoff, chef de l’unité, accourut avec quatre soldats qui les mirent en joue.

— Ce matériel est la propriété de la République Unie, leur cria-t-il. Je vous somme de me le restituer ! Où allez-vous comme ça ?
— On va chercher nos hommes, répondit tranquillement Wilma Ngwete.
— Puisque vous ne le faites pas, précisa Marlene Bakalimo.
— Je vous l’interdis ! ragea le commandant furieux. Vous êtes folles !
— C’est de rester ici sans rien faire qui nous rend folles, lança Astrid Sana.

Blonhoff chercha une réplique assassine, mais fut interrompu par un bruit semblable à du gravier remué dans un seau en métal. C’était la toux de la vieille Passionise, que les éclats de voix avaient attirée hors de sa case toute proche.

Passionise était la doyenne de Zwartmanseiland. Nul ne connaissait son âge exact. Certains prétendaient qu’elle était née à l’époque de la première ruée vers l’or. Plus probablement, elle devait approcher les quatre-vingt-dix ans, ce qui était déjà respectable. Elle passa entre le commandant et les six femmes, s’arrêta devant Wilma Ngwete, et lui mit une main sur l’épaule :
— Celui-là, dit-elle en désignant le commandant du pouce, passe son temps à répéter que les femmes n’ont pas d’honneur. Je voudrais que vous réussissiez, mais je suis trop vieille pour y croire. N’importe, vous aurez prouvé à cet imbécile qu’il a tort. Laissez-moi vous embrasser.

Blonhoff bouillait de colère. Il exécrait ce genre de scène, ce qu’il appelait des « effusions de bonnes femmes ». Et pour rendre les choses encore plus pénibles, il fallait qu’il se fasse insulter en public par cette vieille mégère crasseuse ! Mais il parvint à se dominer. Pas question d’ajouter le ridicule à la honte. De quoi aurait-il l’air s’il jetait au cachot quelques ménagères laborieuses et effacées ? Il jeta un coup d’œil dans la pirogue. Ces folles n’avaient pas volé grand-chose : trois méchants fusils dont elles ne savaient sûrement pas se servir, quelques conserves, un peu d’eau, deux bidons d’essence...

Qu’elles aillent au diable, après tout ! Ou plutôt non, qu’elles n’y aillent pas, qu’elles essaient seulement. Il leur donnait douze heures au plus pour réintégrer Zwartmanseiland toutes piteuses. Il haussa les épaules et tourna les talons.

Passionise regarda la pirogue s’éloigner sur le fleuve en marmonnant des paroles indistinctes. Wilma et Astrid lui adressaient de grands signes d’adieu qu’elle ne leur rendit pas.

Le trente-neuvième jour, les renforts s’annoncèrent par radio. Ils venaient de franchir le saut Trompe-la-mort où ils avaient trouvé les débris d’une pirogue et neuf cadavres (cinq femmes et quatre hommes) sur la rive orientale. Ils avaient mis en fuite un groupe de Brasiùs, et libéré les prisonniers qu’il détenait encore : Lucia Mahes, Eddy Ngwete et les jumeaux.

Le quarantième jour, un cessez-le-feu était conclu.

Le lendemain matin, Blonhoff fut sorti de chez lui par Eddy Ngwete et les frères Fedries, et abattu d’un coup de fusil devant la pirogue où gisaient Wilma et Omiela.



Bonne journée à toutes et tous
Des millions de supporters s'apprêtent à vivre
l'évènement de l'année, on oublie tout
pour le Dieu du Foot, ne pas oublier que ce n'est qu'un jeu
et faire tout ce pataquès pour un match, c'est un peu gros
On nous endort et pendant ce temps... on oublie tout le reste
Bon soyons beau joueur que le meilleur gagne
et qu'on range le foot au rayon des souvenirs
Ce dimanche sera chaud, très chaud, l'été est bien là





avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bonjours et contacts journaliers du Mois de Juiillet 2016

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum